Authieux-Ratiéville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Authieux-Ratiéville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rouen
Canton Canton de Clères
Intercommunalité Communauté de communes des Portes Nord-Ouest de Rouen
Maire
Mandat
Serge Vallée
2014-2020
Code postal 76690
Code commune 76038
Démographie
Population
municipale
397 hab. (2011)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 25″ N 1° 09′ 07″ E / 49.60694, 1.15194449° 36′ 25″ Nord 1° 09′ 07″ Est / 49.60694, 1.151944  
Altitude Min. 107 m – Max. 166 m
Superficie 5,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Authieux-Ratiéville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Authieux-Ratiéville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Authieux-Ratiéville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Authieux-Ratiéville

Authieux-Ratiéville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Authieux-Ratiéville est une commune du pays de Rouen ou Rouënnais située dans le canton de Clères.

Carte de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Authieux est le pluriel archaïque du mot autel. Ratiéville signifierait la ville de Ratharius, nom d'un homme germanique. Le village des Authieux est mentionné en 1240 sous l'appellation Altaribus, puis Altaria en 1337. La forme des Authieux date de 1431. Cette paroisse longtemps attachée au comté de Clères est réunie à Ratiéville par ordonnance royale le 18 septembre 1882[réf. nécessaire].

(décret de Louis XVIII signé en le château des Tuileries-article premier : la commune des Authieux sur Clères et celle de Ratiéville, département de la Seine Inférieure, sont réunies en une seule sous la dénomination des Authieux Ratiéville dont le chef lieu est fixé aux Authieux sur Clères. Les registres et documents des deux mairies y seront rassemblées.)

La commune est formée des deux anciennes paroisses : Les Autels sur Clères avec son église Saint-Thomas de Canterbory.

Ratiéville avait déjà son église au début du XVe siècle : Saint Gervais et Protais (en 1104 le pape Pascal II confirme à l'abbaye de Fécamp la possession de l'église de Fontaine-le-Bourg. Ce monastère confère de plein droit la cure, qui fait partie de son exemption. Selon un aveu du 12 août 1675, Fontaine-le-Bourg est une baronnie du domaine de l'abbaye de Fécamp, qui confère de plein droit la cure du lieu et à droit de présenter à celles de St Georges, de Mont Cauvaire, de Rathierville, de Tendos. La Haute justice est exercée par un sénéchal, dont il y a appel au Parlement de Rouen, où cet officier doit comparaitre tous les ans)

Liste des curés de Ratiéville :

  • 1674-1715 Louis BICQUET
  • 1715-1730 Jean BEAUMONT
  • 1731-1762 Antoine LEMARCHAND
  • 1762-1763 LEBOUCHER
  • 1763-1774 Armand GODEFROY
  • À la mort de Godefroy, Fontaine-le-Bourg dessert puis Claville, en 1822 l'abbé Vauquelin curé de Claville voyant l'état pitoyable de l'église, demande à l'autorité diocésaine l'autorisation de ne plus célébrer, le maire de Ratiéville demande le rattachement aux Authieux accepté par le conseil municipal le 18 décembre 1822. Les vestiges de l'église et le terrain du cimetière seront vendus en 1865.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014   Serge Vallée   Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 397 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210 198 225 205 290 311 311 307 285
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
257 234 253 250 258 241 225 219 203
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
206 202 196 193 199 170 157 171 195
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
177 178 136 183 262 342 399 397 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Thomas-de-Cantorbéry.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :