Autant en emporte mon nunchaku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Street Fighter.

Autant en emporte mon nunchaku

Titre original Gekitotsu! Satsujin ken
激突! 殺人拳
Réalisation Shigehiro Ozawa
Scénario Kôji Takada
Motohiro Torii
Acteurs principaux

Sonny Chiba
Goichi Yamada
Tony Cetera

Sociétés de production Toei
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre Action
Sortie 1974
Durée 91 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Autant en emporte mon nunchaku (titre original :激突! 殺人拳 - titre international : The Street Fighter) est un film japonais réalisé par Shigehiro Ozawa, sorti en 1974.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le mercenaire Takuma Tsurugi organise l’évasion d’un karatéka condamné à mort grâce à un subterfuge. Mais les commanditaires, le frère et la sœur de l’évadé, n’ont pas les moyens de payer le truand. Ni une ni deux, Tsurugi tue le frère par accident et vend la sœur comme prostituée. Par la suite, Tsurugi refuse la proposition de l’organisation des Cinq Dragons de Hong-Kong d’enlever la jeune héritière d’une société pétrolière. Dès lors, les Cinq Dragons n’ont d’autre choix que de l’éliminer pour ce qu’il sait. Le karatéka évadé apprend la mort de son frère et s’associe à la triade pour tuer Tsurugi. Ces péripéties émaillées de luttes au corps-à-corps nous amènent au clou du spectacle : le combat final sur un pétrolier où le "street fighter" se bat seul contre tous. Les comptes se solderont définitivement sur le pont sous la pluie battante.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau du Japon Japon : 2 février 1974
Drapeau des États-Unis États-Unis : novembre 1974
Drapeau de la France France : 13 avril 1977

Distribution[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Suites[modifier | modifier le code]

Le film connaitra deux suites : Return of the Street Fighter et The Street Fighter's Last Revenge, toutes deux sorties en 1974. La saga est ensuite enrichie de films dérivés centrés sur un personnage féminin incarné par Etsuko Shihomi.

Suites
Films dérivés
  • 1974 : La Karatigresse aux mains d'acier (Sister Street Fighter) (女必殺拳 Onna Hissatsu Ken)
  • 1974 : Sister Street Fighter: Hanging by a Thread (Onna hissatsu ken: kiki ippatsu)
  • 1975 : The Return of the Sister Street Fighter (Kaette kita onna hissatsu ken)
  • 1976 : Sister Street Fighter – Fifth Level Fist (Onna hissatsu godan ken)
  • 1976 : Karate Warriors (Kozure Satsujin Ken)

Hommage[modifier | modifier le code]

En 1993, le film et ses 2 suites font reparler d'eux après la sortie du film True Romance de Tony Scott. Le scénariste Quentin Tarantino, grand fan de la saga et de Sonny Chiba, lui rend hommage dans son script. Le personnage de Clarence va voir les trois films à la suite au cinéma pour son anniversaire[2].

Tarantino classe ce film 13e de ses 20 films grindhouse préférés[3]. Il offrira un rôle à Sonny Chiba dans Kill Bill.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]