Aurora (avion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aurora.
Plan 3 vues de l'Aurora selon certaines spéculations.
Le SR-71 Blackbird, l'avion que l'Aurora aurait remplacé.
Le North American X-15 est peut-être aussi à l'origine de l'Aurora.

Aurora est le nom généralement attribué à un hypothétique avion de reconnaissance américain[1],[2],[3], développé à partir du milieu des années 1980, et successeur du Lockheed SR-71 Blackbird retiré du service actif. En tant que remplaçant du Blackbird, certains lui attribuent d’ailleurs le nom de Blackbird SR-91 Aurora ou XR-7 Aurora[4].

Présentation[modifier | modifier le code]

L’US Air Force ayant souvent employé des armes plusieurs années avant d’en reconnaître l’existence (Lockheed Martin F-117 Night Hawk, Northrop B-2 Spirit…), l’idée qu’il pourrait exister d’autres « armes secrètes » n'a rien de surprenant en soi : peu de pays souhaitent informer leurs adversaires potentiels des détails de leur arsenal, hormis pour ce qui concerne les armes de dissuasion stratégiques.

Lien avec le B-2 Spirit[modifier | modifier le code]

Réel ou hypothétique, l'Aurora est lié au programme du bombardier Northrop B-2 Spirit.

Aurora est un nom de code budgétaire du B-2, comme l’a expliqué dans ses mémoires un ancien dirigeant de l'entreprise Lockheed. Certains partisans d'une théorie du complot croient que c'est plutôt l'inverse : le programme aurait eu une face officielle et classique, représentée par le B-2, et une face secrète, représentée par l'Aurora. Pour ceux qui croient à l’existence d’Aurora, le B-2 avait pour fonction de justifier les dépenses en fait consacrées au développement d’Aurora. Les partisans de l’existence d’Aurora, trouvent en effet le coût du B-2 (estimé entre 1,157 milliard[5] et 2,2 milliards de dollars[6]) injustifié par rapport à la quantité d’innovations qu’il propose.

L’Aurora serait donc doté d’un dispositif de propulsion original (carburant spécial comme l'hydrogène ou le méthane, statoréacteur, moteur à ondes de détonation pulsées, propulsion magnétohydrodynamique, ou autres hypothèses).

Magnétohydrodynamique[modifier | modifier le code]

Le physicien français Jean-Pierre Petit a exposé les innovations qu’il attribue à Aurora dans son livre OVNIS et armes secrètes américaines : L'extraordinaire témoignage d'un scientifique. Ayant lui-même travaillé pendant les années 1980 sur la magnétohydrodynamique[7], il affirme que lors d'un congrès consacré à la « propulsion avancée », des confrères américains lui expliquèrent que leur pays avait engagé de très gros budgets et classé secret défense les recherches sur la « MHD ». Reprenant ses travaux, les États-Unis auraient mis au point des avions pouvant voler à « Mach 12 », c'est-à-dire à environ 14 000 km/h.

L'avion utiliserait aussi des techniques furtives actives basées sur l'électroaérodynamique[8],[9] dont voici le principe :

Les bords d'attaque sont chargés avec de l'électricité positive tandis que les flux de combustion des tuyères sont chargés négativement. Le B-2 se transformerait ainsi en un condensateur avec une différence de potentiel qui atteindrait 15 millions de volts. Les bords d'attaque qui sont donc chargés positivement, provoquent une ionisation de l'air.
La résistance de l'air diminuant, les performances du B-2 (vitesse, rayon d'action, capacité d'emports) augmenteraient. Ce nuage de plasma créerait en outre un camouflage électromagnétique[10].

Jean-Pierre Petit pointe aussi des liens entre le projet Aurora et le phénomène OVNI, dans un sens ou dans l'autre : certaines apparitions d'OVNI s'expliquent selon lui justement par des tests secrets d'avions tels Aurora, ou au contraire l'Aurora se serait inspiré d'authentiques vaisseaux extraterrestres employant la MHD.

Cependant, à ce jour, aucune théorie ni expérience physique n'a permis de confirmer que la MHD pouvait être utilisée comme propulseur avec de telles performances, les meilleures performances atteintes théoriquement étant de 5 à 6 ordres de grandeur inférieures à ce qu'il est nécessaire d'obtenir afin de l'utiliser dans de telles applications. La question d'un éventuel moyen léger utilisable pour stocker de telles quantités d'énergie se pose également.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les OVNIS vus de près: l'Aurora, avion top secret
  2. Bill Sweetman, Aurora: The Pentagon's Secret Hypersonic Spyplane. Motorbooks International, (1993). (ISBN 0-8793-8780-7)
  3. (en) http://english.pravda.ru/main/2002/11/05/39145.html Secret American Space Planes to Dominate Planet Earth], PRAVDA.Ru, 5 novembre 2002
  4. XR-7 "gaspipe" Aurora & Autres projets d'OVNI du Pentagone
  5. (en) Caractéristiques sur Aerospace Web
  6. B-2 et F-117, des avions américains « invisibles » pour frapper en toute impunité, Le Monde, édition du 22 mars 2003
  7. Magnétohydrodynamique
  8. démonstration de Jean-Pierre Petit au festival science frontière 2002
  9. démonstration de Jean-Pierre Petit au festival science frontière 2003
  10. (fr) Page d'Aeroweb qui penche sur la possibilité d'utilisation de l'électroaérodynamique et la création d'un plasma autour du B-2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bill Sweetman, Aurora: The Pentagon's Secret Hypersonic Spyplane. Motorbooks International, 1993 (ISBN 0-8793-8780-7)
  • (fr) Jean-Pierre Petit, OVNIS et armes secrètes américaines : L'extraordinaire témoignage d'un scientifique, Albin Michel, 2003 (ISBN 978-2226136169)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]