Aurelius Conanus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aurelius Conanus (Gallois : Cynan Wledig) est un roi légendaire de Grande-Bretagne, qui succède à son oncle Constantin III de Bretagne selon le Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth[1].On l'assimile aussi parfois à Aurelius Caninus, l'un des tyrans du VIe siècle critiqués par Gildas le Sage.


Hypothèses[modifier | modifier le code]

Puisque Gildas semble énumérer ses tyrans dans l'ordre géographique, on suggère souvent qu'Aurelius Conanus aurait vraiment régné dans le Gwent au Pays de Galles ou vers 530 sur les Dobunni de la vallée de la Severn dans le Gloucestershire[2]. Cependant, David Nash Ford l'identifie comme pouvant être Cyngen Glodrydd, roi de Powys, royaume limitrophe de Gwent. Son nom étant semblable à celui d'Aurelius Ambrosius, il y a également eu des spéculations au sujet d'un lien possible à la famille illustre d'Aurelius.

Selon Gildas[modifier | modifier le code]

Gildas le Sage qualifie Aurelius de « Lion qui n'es qu'un chien » il lui reproche ses « parricides, ses fornications et adultères » et d'être « assoiffé de guerres civiles de de pillages incessants » et d'avoir fermé « à son âme les portes de la paix et du bonheurs célestes  ». Il lui prédit que s'il « ne se tournes pas rapidement vers le Seigneur ce roi pointera son épée contre toi » et que des « châtiments éternels l'attendent ou tu seras éternellement broyé sans jamais être consommé par les féroces mâchoires de l"Enfer »[3]. Le changement de son nom en « Caninus » a sûrement eu pour but de faire un jeu de mot avec le mot latin, qui signifie « chien ».

Selon Geoffroi de Monmouth[modifier | modifier le code]

Geoffroi de Monmouth affirme de son coté qu'Aurelius aurait succédé à son oncle Constantin III sur le trône de Bretagne en faisant emprisonner l'héritier légitime à sa mort. Il était promis à réaliser de grandes choses pendant sa jeunesse, mais le pays sombra dans la guerre civile durant son règne, qui dura trois ans.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geoffroy de Monmouth Histoire des rois de Bretagne, Les Belles Lettres, Paris 1993 (ISBN 2251339175) § 181 p. 260.
  2. (en) Mike Ashley British Kings & Queens, Robinson, Londres 1998 (ISBN 1841190969), « Aurelius Caninus » p. 114-115
  3. Christiane M.J. Kerboul-Vilhon Gildas Le Sage. Vies et œuvres Édition du Pontig Sautron 1997 (ISBN 2951031025) chapitre XXX « Aurelius Caninus », p. 43.