Aurélien Bélanger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bélanger.

Aurélien Bélanger, né le 18 mars 1878 à Sainte-Scholastique au Québec et mort le 12 février 1953 à Ottawa, est un ancien député du Parti libéral de l'Ontario, professeur, inspecteur des écoles, directeur d'écoles et journaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enseignement et Éducation[modifier | modifier le code]

Aurélien Bélanger étudie à l'université Laval de Québec. Au début du XXe siècle, il est nommé professeur à l'université d'Ottawa. Il devint par la suite inspecteur d'écoles pour le canton de Russell majoritairement peuplé de Franco-ontariens. Il dirigea également, durant sa carrière professionnelle, plusieurs écoles bilingues d'Ottawa.

Aurélien Bélanger fut le directeur de la section locale d'Ottawa de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Il se maria avec Alida, la fille d'un de ses collègues inspecteurs, Télesphore Rochon.

Politique et Francophonie[modifier | modifier le code]

En 1912, Aurélien Bélanger fut un des cofondateurs du journal francophone d'Ottawa, Le Droit.

Aurélien Bélanger est élu deux fois député du Parti libéral de l'Ontario ; la première fois du 25 juin 1923 au 17 septembre 1929 puis une seconde fois du 19 juin 1934 au 27 avril 1948.

En 1925, devenu député, Aurélien Bélanger prononça deux importants discours à l'Assemblée législative de l'Ontario : un premier discours de deux heures le vendredi 3 avril et un second discours de quatre heures le lundi 6 avril. Aurélien Bélanger, dénonça la situation néfaste et discriminatoire faite aux écoles franco-ontariennes et cette guerre scolaire conduite par les membres orangistes pour l'assimilation des Franco-ontariens. Il en appela à la conscience de la majorité anglophone des Ontariens pour sauvegarder l'unité nationale. Il fut entendu par la majorité des députés ontariens et par le premier d'entre eux, le Premier ministre Howard Ferguson. Ce dernier mit en place une commission d'enquête, la Commission Scott-Merchant-Côté qui travailla sur l'état de l'enseignement scolaire dans le réseau des écoles francophones de l'Ontario au Canada. La publication du rapport de cette commission en 1927, permit de mettre un terme à la discrimination linguistique envers les Franco-ontariens.

Liens externes[modifier | modifier le code]