Aulus Hirtius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aulus Hirtius est né en 90 av. J.-C. et est décédé en 43 av. J.-C., il fut consul en -43.

Auteur de livres militaires, on lui attribue notamment le huitième et dernier livre des Commentaires de César sur la Guerre des Gaules. Il a pu également avoir été l'auteur du Bellum Alexandrinum (-47), un travail qui commente la guerre menée par César en Égypte, mais on le considère maintenant plus probablement comme un recteur. Les deux livres qui ont pour sujet les campagnes de -46 et de -45 en Afrique et en Espagne, De bello Africano, De bello Hispaniensi médiocrement rédigés, ne semblent pas être de lui.

Il fut légat de César en Gaule jusqu'en 54. Pendant la guerre civile, il a servi en Espagne. Il pourrait avoir été un tribun en 48 et en 47 à Antioche. Il est préteur en 46.

Cet homo novus[1] devient gouverneur de la Gaule transalpine en 45. César le nomme à l'avance au consulat de 43, ainsi que C. Vibius Pansa.

Hirtius a fait partie du cercle qui suivait durant la période 46/44 av. J.-C. les enseignements rhétoriques de Cicéron[2] et a correspondu avec lui, mais les neuf livres de cette correspondance ont été perdus.

Après l'assassinat de César, il est impliqué dans les manœuvres entre les différents partis. Au commencement, il fut un défenseur de Marc Antoine. Puis, il a été amené par Cicéron à faire une alliance avec le parti sénatorial. En tant que consul en exercice, avec Pansa et Octavien, il attaque Marc Antoine, qui assiégeait Modène, l'obligeant à se retirer, mais il meurt au combat vers le 25-27 avril 43 av. J.-C..

Il est honoré d'un enterrement public, avec Caius Vibius Pansa Caetronianus, tué quelques jours plus tôt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Maria H. Dettenhofer, Perdita iuventus : zwischen den Generationen von Caesar und Augustus, C.H.Beck,‎ 2007, p. 15
  2. Laurent Pernot, La Rhétorique dans l'Antiquité, Paris, Librairie Générale Française, coll. « Le Livre de poche / Antiquité », 2000 (ISBN 2-253-90553-4), p. 151.

Annexes[modifier | modifier le code]