Augustin Barié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Augustin Barié

alt=Description de l'image defaut.svg.
Naissance 15 novembre 1883
Paris, Drapeau de la France France
Décès 22 août 1915
Antony, Drapeau de la France France
Activité principale Organiste, compositeur
Maîtres Adolphe Marty, Alexandre Guilmant, Louis Vierne

Augustin Barié, né à Paris le 15 novembre 1883, décédé à Antony, près de Paris, le 22 août 1915, est un organiste et un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aveugle de naissance, il étudie l’orgue avec Adolphe Marty à l’Institut national des jeunes aveugles, puis avec Alexandre Guilmant et Louis Vierne au Conservatoire national de Paris, où il obtient un Premier Prix en 1906. Il sera nommé titulaire des grandes orgues de l’église de Saint-Germain-des-Prés à Paris et professeur à l’Institut national des jeunes aveugles. Il a peu composé car il est mort prématurément d’une congestion cérébrale, à l’âge de 31 ans, peu de temps après son mariage.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses principales œuvres sont :

La Toccata[modifier | modifier le code]

La dernière pièce du recueil op. 7 est une Toccata en si mineur, maintes fois jouée et appréciée des organistes, connue communément sous le nom de « toccata de Barié ». Elle témoigne d’une extraordinaire inventivité et d’un génie musical qui fait d'autant plus regretter sa disparition prématurée.

Bâtie sur un tempo empressé Allegro vivace, elle mêle avec subtilité le classicisme du XIXe siècle et le modernisme du XXe siècle naissant. Débutant sur un carillon classique avec un thème mineur assez dramatique (néo-romantique), le mouvement s’arrête brusquement pour laisser place à un récitatif qui théâtralise le discours, comprime le temps et reprend le thème initial. Exposé deux fois dans deux tonalités relatives, la toccata s’achève sur un nouveau récitatif exposé cette fois-ci exclusivement à la pédale, avant de revenir une dernière fois sur le thème déclamé sur le tutti de l’orgue, et concluant par une série de modulations uniques en leur genre, constituant de fait la signature musicale du compositeur (on retrouve en effet un enchaînement similaire dans le Final de sa symphonie).

Écouter la toccata[modifier | modifier le code]

Fichier audio
La Toccata de Barié (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Registration :

  • Développement : Fonds 16, 8, 4, Anches du Récit, claviers accouplés, tirasses ;
  • Récitatifs : + mixtures ;
  • Final : Grand Chœur symphonique (fonds 32, 16, 8, 4, 2, anches 32, 16, 8, 4, mixtures).

Discographie[modifier | modifier le code]

  • La Toccata Op. 7 par André Marchal - Institut National des Jeunes Aveugles, 1975 FY P1 ;
  • L'œuvre pour orgue par Marie-Thérèse Jehan - Solstice SOCD-17 ;
  • Intégrale de l’œuvre pour orgue par Véronique Le Guen - B000GIWTPA.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Partitions gratuites[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • YouTube Élégie en la mineur par Marie-Thérèse Jehan
  • YouTube Marche, no 1 des Trois Pièces op. 7 par Marie-Thérèse Jehan.