Auguste de Saxe-Cobourg-Kohary (1867-1922)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le prince Auguste Léopold de Saxe-Cobourg-Kohary.

Auguste Léopold Philippe Marie Michel Gabriel Raphaël Gonzague de Saxe-Cobourg-Koháry, prince de Saxe-Cobourg, est né le 6 décembre 1867 à Rio de Janeiro, au Brésil, et est décédé le 11 octobre 1922 à Schladming, en Autriche. C’est un prince austro-brésilien de la Maison de Saxe-Cobourg et un officier des marines brésilienne et austro-hongroise.

Famille[modifier | modifier le code]

Le prince Auguste est le deuxième fils du prince Auguste de Saxe-Cobourg-Kohary (1845-1907) et de son épouse la princesse Léopoldine du Brésil (1847-1871).

Par sa mère, le prince est donc le petit-fils de l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891) et de son épouse la princesse Thérèse Christine des Deux-Siciles (1822-1889) tandis que, par son père, il descend du prince Auguste de Saxe-Cobourg-Kohary (1818-1881) et de son épouse la princesse Clémentine d'Orléans (1817-1907).

Le 30 mai 1894, le prince Auguste épouse, à Vienne, l’archiduchesse Caroline de Toscane (1869-1945), elle-même fille du prince Charles Salvator de Toscane et de son épouse la princesse Marie-Immaculée de Bourbon-Siciles (1844–1899). De son mariage naissent huit enfants :

  • Auguste de Saxe-Cobourg-Kohary (1895-1908) ;
  • Clementine de Saxe-Cobourg-Kohary (1897-1975) qui épouse, en 1925, Eduard von Heller ;
  • Marie Caroline de Saxe-Cobourg-Kohary (1899-1941). Handicapée mentale, elle est assassinée par les nazis au camp de Schloss Hartheim ;
  • Rainier de Saxe-Cobourg-Kohary (1900-1945) ;
  • Philippe de Saxe-Cobourg-Kohary (1901) qui épouse morganatiquement, en 1944, Sarah Aurelia Halasz. D’où un fils ;
  • Thérèse de Saxe-Cobourg-Kohary (1902-1990) qui épouse, en 1930, Lamoral von Taxis di Bordogna e Valnigra. Leurs descendants portent le nom de Tasso de Saxe-Coburgo e Bragança ;
  • Léopoldine de Saxe-Cobourg-Kohary (1905-1978) ;
  • Ernest de Saxe-Cobourg-Kohary (1907-1978) qui épouse morganatiquement, en 1939, Irmgard Röll.

Biographie[modifier | modifier le code]

La princesse Léopoldine (debout) portant le prince Auguste et la princesse Isabelle (assise) ayant sur ses genoux le prince Pierre de Saxe-Cobourg-Kohary (Rio de Janeiro, 1866).

Après la mort de sa mère, en 1871, le prince Auguste quitte son père et ses deux frères cadets pour vivre au Brésil, où il est élevé avec son frère aîné par ses grands-parents maternels, l'empereur Pierre II et l'impératrice Thérèse-Christine. La princesse impériale Isabelle du Brésil n'ayant pas encore d'enfant, Auguste et son frère sont en effet considérés comme les héritiers présomptifs de l'empire brésilien. En 1875, cependant, naît le prince Pierre d'Orléans-Bragance et les jeunes Saxe-Cobourg perdent leur place privilégiée dans l'ordre de succession au trône brésilien.

Moins doué pour les études que son aîné, Auguste décide d'embrasser une carrière militaire et intègre la marine brésilienne en décembre 1882. Diplômé en novembre 1885, il devient officier et passe la majeure partie de son temps en mer. Quand éclate un coup d'État républicain au Brésil, le 15 octobre 1889, le prince se trouve d'ailleurs à bord d'un navire de la marine, dans l'océan Indien. Il est alors abandonné par son équipage à Colombo, dans l'île de Ceylan, et met plusieurs semaines à regagner l'Europe, où sa famille a été exilée.

En 1891, Auguste obtient de l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche l'autorisation de rejoindre la marine austro-hongroise. Trois ans plus tard, il épouse une princesse de la Maison de Habsbourg-Lorraine, ce qui le lie encore davantage à l'Autriche.

Dans les mêmes moments, le prince Pierre de Saxe-Cobourg-Kohary traverse une grave dépression, qui oblige sa famille à l'interner. Auguste devient donc, en quelque sorte, l'aîné de la branche brésilienne de la Maison de Saxe-Cobourg et c'est à ses enfants que passe officiellement l'héritage familial, en 1934.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Olivier Defrance, « These Princes who came from Brazil » dans Royalty Digest Quarterly, no 2, 2012, p. 1-13.
  • (en) Olivier Defrance, « Between Egypt and Europe - The curious fate of Clementine of Saxe-Coburg and Gotha» dans Royalty Digest Quarterly, no 4, 2013, p. 1-15.


Liens internes[modifier | modifier le code]