Auguste de Saint-Hilaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auguste de Saint-Hilaire.

Augustin François César Prouvensal de Saint-Hilaire dit Auguste de Saint-Hilaire, est un botaniste et explorateur français, né le 4 octobre 1779 à Orléans et mort le 30 septembre 1853 dans sa propriété de La Turpinière, à Sennely (Loiret).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un officier d'artillerie, appartenant à la noblesse du bailliage d'Orléans, il ne se maria pas et n'eut pas de descendance[1].

Il commence à faire paraître très jeune des mémoires sur la botanique. De 1816 à 1822, il voyage en Amérique du Sud et visite particulièrement le sud et le centre du Brésil[2]. Les observations qu’il réalise sur les végétaux de ces régions lui donnent matière à de nombreuses publications. Il est élu correspondant de l'Académie des sciences le 27 décembre 1819 puis membre le 8 mars 1830 en remplacement de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829). Il est président de l’Académie en 1835.

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

Son herbier est conservé au Muséum national d'Histoire naturelle, incorporé aux collections générales. Par sa richesse en spécimens types, il est fréquemment consulté pour les révisions systématiques. Des doubles, ainsi que son matériel de France, sont conservés à Clermont-Ferrand (CLF). Par ailleurs, l'herbier de Montpellier (MPU) possède aussi des échantillons du Brésil dans l'herbier Cambessèdes. Un projet franco-brésilien de photographie et mise à disposition de ce matériel sur le WEB est en cours. Il est pour l'instant consultable sur le site des collections du MNHN (http://www.mnhn.fr/base/sonnerat.html). Un site web spécifique a été développé par le Muséum national d'Histoire naturelle, l'Instituto de Botanica de São Paulo et une association brésilienne, le CRIA, il est consultable à l'adresse : http://hvsh.cria.org.br/

Le Brésil a émis en 1953 un timbre à son effigie.

Liste partielle des publications[modifier | modifier le code]

  • Province de S. Pedro de Rio Grande do Sul, au Brésil (1 volume, Paris, Pihan de la Forest, 1823) (en ligne).
  • Histoire des plantes les plus remarquables du Brésil et du Paraguay (1 volume, 30 planches, 1824) (en ligne).
  • Flora Brasiliae meridionalis (3 tomes, comprenant 592 planches colorées, 1825-1832) qu’il signe avec Adrien de Jussieu (1797-1853) et Jacques Cambessèdes (1799-1863) (en ligne gallica et archive.org).
  • Plantes usuelles des Brésiliens (1 volume, 70 planches, 1827-1828), signé également avec Jussieu et Cambessèdes (en ligne).
  • Voyage dans les provinces de Rio de Janeiro et de Minas Geraes (2 tomes, Paris, Grimbert et Dorez, 1830) (T. I, T. II).
  • Voyage dans le district des diamants et sur littoral du Brésil (2 tomes, 1833) (T. I et T. II).
  • Leçons de botanique comprenant principalement la morphologie végétale (1840), qui traitent de la morphologie végétale et de son application à la systématique botanique (en ligne).

Anecdote historique[modifier | modifier le code]

En 1789, il ne restait plus à Orléans, comme souvenir matériel de la présence de Jeanne d'Arc dans ses murs, qu'un chapeau laissé par elle chez son hôte et un cabinet construit de 1586 à 1589 avec luxe, sur l'emplacement de la chambre qu'avait habitée Jeanne d'Arc, par la même famille Colas qui avait contribué au monument de Jeanne d'Arc. Ce pavillon remarquable existe toujours dans une maison appelée l'Annonciade, rue du Tabour à Orléans. Quant au chapeau, Paul Metezeau, prêtre de l'Oratoire de Jésus, qui en avait hérité, ainsi qu'il l'établit dans un acte du 22 avril 1631, en avait fait don par le même acte, minutieusement détaillé, à la maison de l'Oratoire d'Orléans.

En 1792, les Oratoriens, croyant le sauver de la destruction l'avaient confié à madame de Saint-Hilaire, mère du botaniste de ce nom, mais des forcenés l'ayant appris la forcèrent bientôt à le leur livrer et ils le brûlèrent avec sa boîte ; M. Langlet Dufrenoy en a donné une description qui n'est pas tout à fait conforme à celle que nous avons recueillie des notes de M. Deloyne, qui l'avait vu en dernier lieu ; suivant lui, il était conservé dans une boîte de sapin ; il était en feutre gris à grands rebords, mais retroussé par devant, et le rebord attaché par une fleur de lys en cuivre doré, de laquelle descendaient des spirales (filigranes) en cuivre doré, assez nombreux et terminés par des fleurs de lis pendant sur les bords du chapeau ; la coiffe était en toile bleue. (d'après Vergnaud-Romagnési, "Extrait des comptes de la ville d'Orléans", tiré du Bulletin du bouquiniste)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Traduction corrigée et augmentée de l'article de langue anglaise de Wikipédia.
  1. Régis de Varax, Essai généalogique : la famille Prouvansal de Saint Hilaire (1990).
  2. Voir la carte de ses itinéraires.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lorelai Kury, La politique des voyages et la culture scientifique d'Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853), dans Les naturalistes français en Amérique du Sud : XVIe-XIXe siècles, sous la dir. de Yves Laissus, Paris, 1995, p. 234-245 (ISBN 2-7355-0316-X) (synthèse en portugais).
  • Ana Lucia Torresini Venturella, Le Rio Grande do Sul (1817-1834) : images et témoignages des voyageurs français [Auguste de Saint-Hilaire, Arsène Isabel et Nicolas-Jacques Treize] [Thèse de 3e cycle : HISTOIRE : Paris 3 : 1986], sous la dir. de Fréderic Mauro, Paris, 1986.
  • Alberto Andrè, et al., Auguste de Saint-Hilaire : 1779-1853, Porto Alegre, 1982.

-Claude Hartmann / Les deux herbiers d'Auguste de Saint hilaire (1779-1853) : J. Soc.Bot. France, 49, p. 3-8.

Autres références
  • Gervásio Rodrigo Neves, Liana Bach Martins, Márcia Piva Radtke, Mapa dos itinerários de Saint-Hilaire. Viagem ao Rio Grande do Sul, Porto Alegre, 2007 (en ligne).
  • Jean-Marc Drouin, Analogies et contrastes entre l'expédition d'Égypte et le voyage d'Humboldt et Bonpland, dans História, Ciências, Saúde - Manguinhos, vol. VIII (supplément), Rio de Janeiro, 2001, p. 839-861, en part. n. 20 (ISSN 0104-5970) (en ligne).
Références anciennes
A.St.-Hil. est l’abréviation botanique officielle de Auguste de Saint-Hilaire.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI