Auguste Steinheil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Steinheil.

Louis Charles Auguste Steinheil

alt=Description de l'image Louis Charles Auguste Steinheil.jpg.
Naissance 26 juillet 1814
Strasbourg
Décès 16 mars 1885
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Artiste-peintre Cartonnier Verrier
Formation École des Beaux-arts de Paris
Maîtres Henri Decaisne, David d’Angers.
Mouvement artistique Sociétaire des Artistes Français
Influença Gaudin

Œuvres réputées

Cartons, Fresques, Scènes de genre

Louis Charles Auguste Steinheil est un peintre français du XIXe siècle spécialiste de l'art historique et médiéval, du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Charles Auguste Steinheil est né le 26 juillet 1814 à Strasbourg.

Il est le fils de Louis Steinheil, peintre verrier de l'École de Nancy, né en 1781 à Ribeauvillé, décédé en 1855 à Paris et de Marguerite Frédérique D'Emmerich (?1790-1858).

De son mariage avec Aimée Émilie ODIT vers 1925 naîtront :

Sa sœur Emma Steinheil (1817-1888) épouse en 1838 Jean-Louis-Ernest Meissonier, artiste Peintre avec lequel il collaborera à diverses occasions.

En 1833 il entre à l' École des Beaux-arts de Paris où il est élève du peintre historique Henri Decaisne et du sculpteur David d’Angers .

Sociétaire des Artistes Français, il fait ses débuts au salon de 1836 avec un tableau de genre titré « Consolation », dont il ne reste aucune trace. Il exposera tous les ans jusqu'en 1855. Pendant cette période il gagne sa vie en illustrant plusieurs romans et livres religieux.

Spécialiste de l'histoire chrétienne et de l'époque médiévale, il acquiert une grande notoriété tant comme peintre décorateur que comme cartonnier de vitraux réalisés par une vingtaine de peintres verriers différents.

Il collabore avec les architectes Eugène Viollet-le-Duc, Jean-Baptiste Lassus, Émile Boeswillwald qui conduisirent les grandes restaurations du XIXe siècle.

Il décède le 16 mars 1885 à Paris.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Vitraux[modifier | modifier le code]

Pour produire les cartons en grande quantité, Steinheil se base sur le principe des dessins des cartons de haute-lice: il réalise une ébauche, grandeur réelle, au crayon sur du papier ou du calque. Le carton définitif est un décalque à l'encre de chine de l"ébauche modifiée sur lequel sont indiquées au crayon les instructions pour la réalisation. Les détails de la peinture et la grisaille sont alors réalisés directement par le maître-verrier et l'atelier associés.

Fresques et peintures murales[modifier | modifier le code]

Pour ses fresques, il semblerait que Steinheil utilise une technique de report semblable à celle qu'il utilise pour les grands vitraux, car sous la détrempe on ne distingue jamais que l'ébauche en noir, sans retouches, reprise dans le dessin.

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

En marge de son œuvre picturale, Steinheil illustres de nombreux livres religieux ou classiques tels que, en 1838, Paul et Virginie[1], ou en 1844, Notre-Dame de Paris [2]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre: Paul et Virginie
  2. Victor Hugo: Notre-Dame de Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]