Auguste Louis Albéric d'Arenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison d'Arenberg.
Auguste d’Arenberg
Image illustrative de l'article Auguste Louis Albéric d'Arenberg
Fonctions
Député du Cher à la Chambre
(1re circonscription de Bourges)
187727 octobre 1881
Élection 14 octobre 1877
Législature Drapeau de la France France
Député du Cher à la Chambre
(1re circonscription de Bourges)
188931 mai 1902
Élection 22 septembre 1889
Réélection 20 août 1893
22 mai 1898
Biographie
Nom de naissance Auguste Louis Albéric d'Arenberg
Date de naissance 15 septembre 1837
Lieu de naissance Paris
Date de décès 24 janvier 1924
Lieu de décès Paris
Parti politique Conservateur
Monarchiste
« Parti colonial »
Républicain libéral
Ralliés
Profession Président de la Compagnie de Suez

Auguste Louis Albéric d'Arenberg, né le 15 septembre 1837 à Paris et mort le 24 janvier 1924 dans la même commune, 2e duc français d'Arenberg, est un gentilhomme français, qui a été homme d'affaires et homme politique, issu d'une famille d'origine allemande des XVIIIe et XIXe siècles. Administrateur de la Compagnie des mines d'Anzin, la fosse Arenberg a été baptisée en son honneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Pierre d’Arenberg (1790 - 1877) et de la princesse, née Alix-Marie-Charlotte de Talleyrand-Périgord ( Famille de Talleyrand-Périgord), Auguste Louis Albéric appartient à la branche française de sa famille. Il avait un frère jumeau, Louis Charles Marie , né le 15 septembre 1837 à Paris et mort assassiné le 7 mai 1870 à Saint-Pétersbourg.

Activité politique[modifier | modifier le code]

En possession de propriétés considérables dans plusieurs endroits de France, et notamment dans le Cher, à Menetou-Salon (canton de Saint-Martin-d'Auxigny), sportsman distingué, ancien officier des mobilisés du Cher durant la Guerre franco-allemande de 1870, il est, depuis peu, conseiller général de Saint-Martin, lorsqu'il est, aux élections du 14 octobre 1877, dans la 1re circonscription de Bourges, le candidat heureux du gouvernement du maréchal de Mac-Mahon (3e ministère Broglie), après la dissolution de la Chambre des députés. Il est élu, comme conservateur, avec 9 096 voix sur 16 090 votants et 19 401 inscrits, contre Philippe Devoucoux, député sortant, président de la gauche républicaine, l'un des signataires du fameux ordre du jour des gauches, dit « des 363 »[1]. M. Devoucoux n'a obtinu que 6 914 voix. Un assez grand nombre d'électeurs, parmi les républicains avancés, mécontents de l'attitude, politique de M. Devoucoux, se sont abstenus de prendre part aux scrutins. Le prince d'Arenberg siège à droite et vote constamment avec les monarchistes contre les divers ministères qui se succédèrent au pouvoir, contre l'amnistie, contre le retour du Parlement à Paris, contre l'article no 7, contre l'application des lois existantes aux congrégations non autorisées, contre le rétablissement du divorce...

Aux élections du 21 août 1881, Auguste d'Arenberg est candidat dans la même circonscription, et échoue avec 7 886 voix, contre Henri Chéneau, conseiller général, maire de Brécy, candidat républicain opportuniste, et patronné par Henri Brisson. Henri Chéneau est élu au second tour avec 8 316 voix.

Enfin, aux élections du 4 octobre 1885, Auguste d'Arenberg est porté par les conservateurs du Cher. Il obtient 37 778 voix. La liste opportuniste, restée seule en présence de la liste monarchiste, passe au second tour. Le prince Auguste d'Arenberg représente alors toujours au Conseil général du Cher le canton de Saint-Martin-d'Auxigny.

Aux élections générales du 22 septembre 1889, le scrutin d'arrondissement ayant été rétabli (scrutin uninominal à deux tours par arrondissements : loi du 13 février 1889), il pose à nouveau sa candidature dans la première circonscription de Bourges, et est élu au premier tour de scrutin par 9 790 voix contre 8 439 à Eugène Brisson, candidat républicain. Outre la prévoyance sociale, il s'intéresse tout particulièrement aux questions coloniales : liberté de la navigation sur le Niger ; arrangement conclu avec le roi du Dahomey (1891) ; agression contre des missionnaires français en Ouganda (1892) ; indemnités dues par le Gouvernement anglais à des Français établis dans l'Ouganda, dont les propriétés ont été pillées (1893).

Il est resté profondément monarchiste et se déclare adversaire de l'État républicain. Cependant, après la reconnaissance par le pape de la forme républicaine du gouvernement français, il s'incline devant les décisions pontificales, et se présente aux élections générales du 20 août 1893 sous l'étiquette de républicain libéral. Il est élu au premier tour de scrutin par 8 979 voix contre 8 338 à M. Debanne. Durant cette législature, il est nommé président de la Commission chargée de l'examen des projets relatifs aux colonies, et s'occupe en cette qualité de l'arrangement franco-congolais pour la délimitation des territoires du Haut-Oubanghi (1894). Il participe à la discussion des budgets des colonies pour plaider la cause des missions françaises pillées au Nord du lac Victoria par la compagnie anglaise « East African Company » (1895), et du budget de l'Instruction publique pour faire créer au Collège de France une chaire de science coloniale (1897).

Réélu aux élections générales du 22 mai 1898 par la même circonscription (2e tour de scrutin) par 9 587 voix contre 8 742 à Gaston Cougny, il est rapporteur du projet de loi portant approbation de la convention pour la délimitation des possessions françaises et britanniques en Afrique centrale (1899). Il se fait entendre au cours de la fixation de la date de discussion d'interpellations sur les motifs de la démission du général Galliffet, ministre de la Guerre (1900) ; il demande la construction d'un dock d'expérience de la résistance des carènes (1902) qui aboutit à l'inauguration, le 9 juillet 1906, du bassin des carènes.

Il était inscrit au groupe des « Ralliés ».

Il se représenta aux élections générales des 27 avril et 11 mai 1902, mais se fait battre au 2e tour de scrutin par Louis Debanne, n'obtenant que 9 352 voix, contre 10 319 à son adversaire. II tente encore sa chance aux élections générales des 6 et 20 mai 1906, mais succombe une fois encore devant son précédent adversaire Louis Debanne, au 2e tour de scrutin, n'obtenant que 2 504 voix, contre 11 953 à ce dernier. Il se retire définitivement, après cet échec, de la vie politique.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Mais son activité s'est déjà employée et a continué de s'employer dans d'autres domaines : le prince d'Arenberg est un philanthrope, il est un des fondateurs et directeurs de « l'Hospitalité de nuit » et du « Dispensaire pour les enfants ». II est le premier président du comité de l'Afrique française, après avoir participé à sa fondation et dont il a continué à s'occuper activement jusqu'à sa mort.

Nommé président de la Compagnie universelle du Canal de Suez (1896-1913), il est, depuis 1897, membre de l'Institut de France (Académie des beaux-arts), dans le fauteuil du duc d’Aumale.

Admis au Jockey Club en 1860, il en est nommé vice-président en 1885. Élu membre adjoint du comité de la Société d'encouragement en 1864, il en devient membre fondateur en 1883, président en 1897 et président d'honneur en 1920.

En 1867, il s'associe avec le comte Gustave de Juigné au sein du haras de Bois-Rouaud à Chéméré, non loin de Nantes. Leurs chevaux remportent le succès sous des couleurs communes (casaque cerclée jaune et rouge, toque noire), notamment Jongleur en 1877 dans les Prix du Jockey Club, Lupin, Royal Oak et le Cambridgeshire Handicap (en).

Le puits Arenberg no 1 vers 1912.

Sur un terrain de 1 580 m2 acquis en 1888 par Jeanne Greffulhe d'Arenberg, 20-22 rue de la Ville-l'Évêque (Paris, VIIIe) Auguste d'Arenberg fait édifier par Ernest Sanson un hôtel dans le style Louis XVI (détruit dans les années 1960). Il fait également construire par Ernest Sanson, de 1884 à 1890, le château de Menetou-SalonMenetou-Salon, Cher), dans le goût du Palais Jacques-Cœur de Bourges, sur un site occupé depuis le Moyen Âge.

Il est également administrateur de la Compagnie des mines d'Anzin, dans le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. À ce titre, la fosse Arenberg ouverte au début du XXe siècle à Wallers porte est baptisée en son honneur. Celle-ci est devenue après sa mort un important siège de concentration, et a été classée au monuments historiques le 22 février 2010[A 1].

Il meurt le 24 janvier 1924 à Paris.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Le prince d'Arenberg épouse, à Paris le 18 juin 1868, Jeanne Greffulhe (20 mars 1850 - Paris24 mars 1891 - Paris), fille de Charles (9 février 181427 octobre 1888 - Paris), 2e comte Greffulhe, banquier, pair de France, dont :

  1. Alix Jeanne Marie (dite « Lily ») (15 avril 1869 - Paris7 décembre 1924 - Paris), mariée, le 2 juin 1888, avec Pierre Adolphe (15 juin 1859 - Paris12 mars 1940 - Chaumont[Lequel ?]), marquis de Laguiche, polytechnicien (X 1879), officier d'artillerie, général de division, commandeur de la Légion d'honneur, dont postérité ;
  2. Charles Louis Pierre (14 août 1871 - Menetou-Salon3 août 1919 - Paris VIIIe), marié avec Emma Antoinette Hélène Louise de Gramont de Lesparre (3 octobre 1883 - Baillon1er octobre 1958 - Hay-les-Roses), fille d'Armand de Gramont (30 janvier 1854 - Turin1er juin 1931 - Paris VIIIe), duc de Lesparre et d'Hélène Duchesne de Gillevoisin de Conegliano (11 juin 1858 - Paris26 janvier 1917 - Paris), , dont :
    1. Charles-Auguste Armand (27 mai 1905 - Paris11 juin 1967 - Paris), 3e Duc (français) d'Arenberg, chevalier de la Légion d'honneur[2], marié, le 29 décembre 1960 à Paris, Margaret (Peggy) Wright Bedford (18 octobre 1932 - New York16 octobre 1977 - Saclay (Essonne)), dont :
      1. Pierre-Frédérick Henri (né le 7 octobre 1961 - Berne), 4e duc (français) d'Arenberg, mariée en 1995 (Philippines), avec Marie Christine Kraffe de Laubarède dont il eut une fille. Divorcé, il épousa, le 11 octobre 1997 à Bourges, Silvia de Castellane (née le 13 juin 1963 - Neuilly), dont il eut deux autres filles :
        1. Aliénor ;
        2. Lydia Athenaïs Margaret (née le 26 octobre 1998 - Genève) ;
        3. Dorothée-Anastasja Elise (née le 27 juillet 2000 - Saanen) ;
    2. Armand Louis Hélie (14 avril 1906 - Paris26 janvier 1985 - Paris), chevalier de l'Ordre de Malte, marié, le 9 août 1941 à Paris, Gabrielle (née le 8 septembre 1920 - Biarritz), fille de Charles de Lambertye, marquis de Gerbevilliers, dont :
      1. Marie-Virtudes Loraine (Mirabelle) (née le 9 juin 1947 - Paris), mariée, le 21 avril 1967 à Paris (divorcés le 27 juin 1983), avec Louis-Jean Loppin (11 octobre 1943 - Paris1996), comte de Montmort, dont postérité, puis, le 14 octobre 1983 à Neuilly-sur-Seine, avec Georges Hervet (né le 5 juin 1924 - Bourges), dont postérité ;
      2. Charles-Louis (né le 20 février 1949 - Neuilly). D'une première relation, il eut un fils. Marié, le 25 octobre 1975 à Saint-Cirq-Lapopie (Lot), avec Philomène Toulouse (née le 9 janvier 1939 - Saint-Cirq-Lapopie), il eut une fille. Divorcé, il épousa, en 2005, Diane d'Harcourt (née en 1954). Postérité :
        1. Alban Severin ;
        2. Marie Gabrielle Charlotte (née le 2 août 1977 - Paris) ;
    3. Jeanne Hélène (3 août 1909 - Paris13 août 1964 - Larmor-Baden, Morbihan), mariée, le 10 juillet 1933, avec Jean-Louis (18981936), marquis de Cossé-Brissac ;
  3. Louise Marie Charlotte (23 novembre 1872 - Menetou-Salon24 octobre 1958 - Paris), mariée, le 3 août 1892, avec Louis (1868-1948), marquis de Vogüé, dont postérité ;
  4. Ernest Hélie Charles Marie (3 mars 1886 - Paris21 mai 1915 - Château de Combreux), marié, le 1er juin 1908, avec Thérèse de La Rochefoucauld, fille de Alexandre Jules Paul Philippe François de La Rochefoucauld (18541930), 3e duc d'Estissac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. Le 16 juin, lors d'un débat à la Chambre, Léon Gambetta prononce un discours véhément contre la politique du gouvernement, dans lequel il dit notamment : « Nous partons 363, nous reviendrons 400 », allusion à la fois à l'ordre du jour voté par la Chambre, et à l'Adresse des 221 de 1830. Source : Jean-Jacques Chevallier, Histoire des institutions et des régimes politiques de la France de 1789 à 1958, éd. Armand Colin, coll. « Classic », Paris, 2001.
  2. Base LEONORE (Légion d'honneur) : Dossier 19800035/850/110
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,‎ 1991

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • « Arenberg, Auguste-Louis-Albéric, prince d' », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  • « Arenberg, Auguste-Louis-Albéric, prince d' », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I,‎ 1991, 176 p., p. 30 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Julie d'Andurain, « Réseaux d’affaires et réseaux politiques : le cas d’Eugène Étienne et d’Auguste d’Arenberg », paru dans Bonin Hubert, Klein Jean-François, Hodeir Catherine (dir), L’Esprit Économique impérial, groupes de pression et réseaux du patronat colonial en France et dans l'Empire, Revue française d’histoire d’outre-mer, SFHOM, janvier 2008, p. 85-102