Auguste Le Prévost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auguste Le Prévost
Buste de Auguste Le Prévost par Jean-Marie Bonnassieux (1810-1892) au musée de Bernay
Buste de Auguste Le Prévost par Jean-Marie Bonnassieux (1810-1892) au musée de Bernay
Fonctions
Parlementaire français
Député
18341848
Groupe politique Centre
Conseiller général
Biographie
Date de naissance 3 juin 1787
Lieu de naissance Bernay (Eure)
Date de décès 14 juillet 1859 (à 72 ans)
Lieu de décès La Vaupalière
Résidence Eure

Signature

Auguste Le Prévost, né à Bernay (Eure) le 3 juin 1787 et mort à La Vaupalière le 14 juillet 1859, est un géologue, philologue, archéologue et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'érudit[modifier | modifier le code]

En même temps qu’il effectue de solides études classiques et de droit, Auguste Le Prévost se passionne pour l’histoire et l’archéologie, ce qui le conduit à apprendre, outre le latin et le grec, l’anglais, l’italien, l’allemand, le suédois, l’hébreu et le sanscrit. Son savoir encyclopédique, et la méthode rigoureuse et critique qu’il applique à ses recherches, en font incontestablement un novateur en son temps. Également à l’origine, avec son ami, le Caennais Arcisse de Caumont, des recherches sur l’architecture romane et gothique en Normandie et en France, il a cofondé, en 1824, avec ce dernier, Charles de Gerville et l’abbé Gervais de La Rue, la Société des antiquaires de Normandie, véritable « école en mouvement de spécialistes de l’architecture » (Noell[1]). L’Académie de Rouen lui ayant ouvert ses portes en 1813, il présidera ensuite, à diverses reprises, les sociétés savantes de la Seine-Inférieure et de l’Eure. En 1837, il fait partie de la société des amis de l'art de Rouen dont il est actionnaire[2]. Il sera reçu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1838.

Passionné d’histoire normande, il publie l’œuvre en cinq volumes du chroniqueur normand Orderic Vital. Parmi de nombreuses communications scientifiques, il manifeste son éclectisme en signant un Discours sur la poésie romantique (1825).

En 1830, il publie deux séries de notes détaillées sur l’importante découverte d’orfèvrerie gallo-romaine à Berthouville (Eure) — « le trésor de Berthouville » —, fabuleuse collection d’objets figurant aujourd’hui parmi les pièces les plus précieuses du cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale. Il est à l’origine de la restauration du Parlement de Rouen et de la conservation du théâtre romain de Lillebonne.

L'homme politique[modifier | modifier le code]

Nommé sous-préfet de Bernay en août 1814, il est révoqué en novembre 1815.

En 1831, il entame une carrière politique en se faisant élire conseiller général de Bernay, puis député en 1834. Il sera constamment réélu jusqu’en 1848. Ce fidèle orléaniste voit alors disparaître le régime cher à son cœur, sans pour autant s’opposer au nouveau régime républicain : « La République et moi, dira-t-il avec humour, nous nous saluons mais nous ne nous parlons pas »[3]. Il se consacre alors à nouveau à ses recherches, qu’il n’a d’ailleurs jamais abandonnées et qui lui ont valu le surnom de Pausanias normand. Il meurt en 1859, pratiquement aveugle.

La célébrité[modifier | modifier le code]

Dans son plus célèbre roman, Nez-de-Cuir (1936), Jean de La Varende le fait intervenir lorsque le héros, Roger de Tainchebraye, parcourt les ruines de l’abbaye de Saint-Évroult et qu’il rencontre « un homme noir [qui] s’agitait, mesurant, regardant, comptant, insecte actif et minuscule : c’était Auguste Le Prévost, l’archéologue de Bernay, le semi-fondateur de cette science qui allait prendre un tel essor ». Nez-de-Cuir évoque, à propos de l’abbaye, une mystérieuse crypte et « divers objets précieux, anneaux et sarments de crosses, qui viendraient d’une trouvaille faite par ici »... Déjà, Victor Hugo, dans Quatrevingt-treize (1874), avait évoqué une intervention d'Auguste Le Prévost dans la restauration d'une crypte située sous la tour imaginaire de la Tourgue : « Cette crypte, aux trois quarts comblée, a été déblayée en 1855 par les soins de M. Auguste Le Prévost, l'antiquaire de Bernay ».

La postérité[modifier | modifier le code]

Les innombrables Notes historiques et archéologiques de Le Prévost, restées inédites, ont fait l’objet d’une publication en plusieurs volumes entre 1866 et 1869 par Louis Passy et Léopold Delisle : elles ont été largement utilisées par des générations de chercheurs et font toujours autorité.

Hommage[modifier | modifier le code]

Une rue de Bernay porte le nom d’Auguste Le Prévost.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Matthias Noell, Classement und classification: Ordnungssysteme der Denkmalpflege in Frankreich und Deutschland, Berlin, 2 avril 2005.
  2. Bulletin de la société des amis des arts de Rouen, 1837.
  3. Cité par Gilles Rossignol, Eure. Le guide, La Renaissance du livre, 2001, auquel nous sous sommes en partie référé pour cette biographie.

Bibliographie sommaire[modifier | modifier le code]

  • Anciennes divisions territoriales de la Normandie, Crapelet, Paris, 1837
  • Architecture gallo-romaine et architecture du moyen age, Imprimerie Impériale, Paris, 1857
  • Dictionnaire des anciens noms de lieux du département de l’Eure, Ancelle, Évreux, 1839
  • Dictionnaire du patois normand en usage (...) dans l’Eure (avec Paul Eugène Robin et le marquis de Blosseville), Hérissey, Évreux, 1879-1882 ; Slatkine Reprints, Genève, 1978
  • Du classique et du romantique : recueil de disçours pour et contre, lus à l'Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, pendant l'année 1824, Nicétas Périaux, Rouen, 1826
  • Édition de : Orderic Vital, Historiae ecclesiasticae (...), 5 vol., J. Renouard, Paris, 1838-1855 ; Johnson Reprint, New York, 1965
  • Essai sur les romances historiques du Moyen Âge, Pierre Périaux, Rouen, 1814
  • Le Roman de Rou et des ducs de Normandie, Édouard Frère, Rouen, 1827
  • Mémoire sur la collection de vases antiques trouvée, en mars 1830, à Berthouville, T. Chalopin, Caen, 1830
  • Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoire du département de l’Eure, publiées par Léopold Delisle et Antoine Passy, 3 vol., A. Hérissey, Évreux, 1862-1869
  • Note sur les antiquités romaines de Serquigny, Ancelle fils, Évreux, 1830
  • Notes pour servir à la topographie et à l’histoire des communes du département de l’Eure au Moyen Âge, A. Hérissey, Évreux, 1849
  • Notice historique et archéologique sur le département de l’Eure, Ancelle, Évreux, 1832
  • Notice sur la châsse de Saint-Taurin d’Évreux, J.J. Ancelle, Évreux, 1838
  • Observations philologiques et grammaticales sur le Roman de Rou : et sur quelques règles de la langue des trouvères au douzième siècle, Édouard Frère, Rouen, 1829
  • Rapport sur les pièces adressées à l’Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, par M. le Professeur Carl Rafn, Nicétas Périaux, Rouen, 1830
  • Réflexions sur Alain Blanchard, Brière, Rouen, 1829
  • Réflexions sur les antiquités des départements de l'Eure et de la Seine-Inférieure, et notamment sur les restes d'Agnès Sorel, Académie de Rouen, Rouen, 1815
  • Réponse à l’écrit de M. Letronne intitulé : « Examen critique du prétendu cœur de saint Louis », 1844
  • Supplément aux notes historiques sur le « Roman de Rou », Rouen, Édouard Frère, 1829
  • Sur la poésie romantique, Pierre Périaux, Rouen, 1825
  • (en) The Conquest of England, from Wace's poem of the Roman de Rou, [s.n.], Londres, 1860
  • Ainsi que de nombreux articles dans diverses revues de sociétés savantes

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Le Prévost est l'abréviation botanique officielle de Auguste Le Prévost.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par IPNI