Auguste Jean Ameil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ameil.
Auguste Jean Joseph Gilbert Ameil
Image illustrative de l'article Auguste Jean Ameil

Naissance 6 janvier 1775
Paris
Décès 16 septembre 1822 (à 47 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie puis Cavalerie
Grade général de brigade
Années de service 17891816
Distinctions Baron de l'Empire
Grand officier de la Légion d'honneur
chevalier de Saint-Louis
Famille Famille Ameil

Auguste-Jean-Joseph-Gilbert, baron Ameil connu sous le nom de Auguste Jean Ameil, né le 6 janvier 1775 à Paris - mort le 16 septembre 1822 à Paris était un militaire français qui combattit pendant la période de la Révolution et du Premier Empire, qui devint général de brigade en 1812.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un avocat au parlement, il entra au service comme simple soldat d'infanterie, le 14 juillet 1789, parcourut successivement tous les grades de l'armée, et les a obtenus par ses actions d'éclat. Chef d'escadron en 1805, à l'armée de Hanovre, sous les ordres de Bernadotte, il fit ensuite les campagnes d'Allemagne, de Pologne et de Russie. Colonel du 24e régiment de chasseurs à cheval le 12 juin 1809, il est promu général de brigade le 21 novembre 1812.

En 1814, il donna son adhésion à l'abdication de Napoléon, et sollicita ou accepta les faveurs des Bourbons. Créé chevalier de Saint-Louis, il accompagna le comte d'Artois (futur Charles X) à Lyon, lorsque ce prince voulut s'opposer à la marche de Napoléon sur Paris, mais la défection générale des troupes obligea le comte d'Artois à retourner à Paris, et le baron Ameil se rangea sous les drapeaux de son ancien chef. Envoyé par Napoléon à Auxerre, il fut arrêté par ordre du roi, et de là transféré à l'Abbaye, à Paris : il y était encore lorsque Napoléon entra aux Tuileries.

Le général Ameil fut employé, au sortir de l'Abbaye, dans l'armée qui se formait alors. La journée de Waterloo ayant terminé cette courte campagne, le général Ameil adressa à Louis XVIII une lettre pour justifier sa conduite ; il n’en fut pas moins compris dans ceux que l'ordonnance de juillet traduisait devant un conseil de guerre ; il quitta aussitôt la France et se réfugia en Angleterre, puis en Hanovre et se disposait à passer en Suède pour se mettre sous la protection de Bernadotte.

Il fut arrêté à Lunebourg d'où il fut transféré à Hildesheim et déposé dans une prison d'État ; mis en jugement comme prévenu de haute trahison, le premier conseil de guerre de la première division le condamna à mort par contumace le 15 novembre 1816. Une ordonnance royale du 25 juin 1821 déclara compris dans l'amnistie, accordée par la loi du 2 janvier 1816, les faits imputés au général Ameil, et il rentra immédiatement dans ses droits, titres, grades et honneurs.

Admis à la retraite le 24 octobre suivant, il mourut à Paris, le 16 septembre 1822.


Décorations[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Ornements extérieurs Barons de l'Empire français.svg
Blason famille fr Auguste Jean Ameil (Baron).svg
Armes du baron Ameil et de l'Empire

Écartelé : au 1, d'azur, à une harpe d'or; au 2 du quartier des Barons militaires de l'Empire ; au 3, de gueules, au centaure Sagittaire d'argent, la tête contournée, décochant une flèche vers senestre; au 4, de sinople, à un sauvage d'or, tenant une massue du même, posée sur son épaule.[1],[2],[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]