Auguste Ier de Saxe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auguste Ier.
Auguste Ier
Portrait par Lucas Cranach le Jeune.
Portrait par Lucas Cranach le Jeune.
Titre
Électeur de Saxe
11 juillet 1553 – 11 février 1586
Prédécesseur Maurice
Successeur Christian Ier
Biographie
Dynastie Wettin
Date de naissance 31 juillet 1526
Lieu de naissance Freiberg
Date de décès 11 février 1586 (59 ans)
Lieu de décès Dresde
Sépulture cathédrale de Freiberg
Père Henri « le Pieux »
Mère Catherine de Mecklembourg
Fratrie Maurice
Conjoint Anne de Danemark (1532-1585),
Enfant(s) Christian Ier (1560-1591), Dorothée (1563-1587), Amélie (1565-1565), Anne (1567-1613)
Religion luthérien

Auguste Ier, né à Freiberg le 31 juillet 1526 et mort à Dresde le 11 février 1586, est électeur de Saxe de 1553 à sa mort, comte palatin de Saxe et margrave de Misnie de 1556 à sa mort. Il fut le protecteur du parti luthérien dans le Saint Empire entre 1570 et 1586.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auguste succède à son frère Maurice comme électeur de Saxe en 1553. Il gouverne habilement l'État puissant que lui a laissé Maurice, bien qu'en 1554 le Traité de Naumbourg lui fasse obligation de céder une grande partie de ses terres à la branche ernestine des Wettin : outre les bailliages d’Altenburg, d’Eisenberg, de Herbesleben et de Sachsenburg, il s'agissait de restituer pratiquement toute la Thuringe ; mais par échange ou rachat de 700 000 florins de fiefs, il reconstitua des bailliages proprement saxons.

En 1555, Auguste fut élu président du Cercle de Haute-Saxe. Sous son autorité, le Diocèse de Meissen fut sécularisé et ses terres : Stolpen et Bischofswerda (1559) puis Mügeln (1581) furent annexées à l’Électorat de Saxe.

Auguste profita de la faide de Grumbach (1567) pour reprendre Gotha, faire prisonnier l'Ernestin Jean-Frédéric II, mis au ban de l'Empire, et s'emparer ainsi de plusieurs octrois en Thuringe. Il agrandit considérablement ses territoires par la tutelle des enfants de Jean-Guillaume de Saxe-Weimar, et le rachat du Vogtland et d'une partie du comté de Henneberg.

Auguste était le chef de la Ligue évangélique pour le Saint Empire. Pour réunir les Luthériens qui commencent à se diviser, Auguste appuie et signe lui-même la Formule de Concorde de 1577 ainsi que le Livre de Concorde de 1580, et en tant que tuteur apporte la caution formelle des jeunes ducs Frédéric-Guillaume Ier de Saxe-Weimar, Jean II de Saxe-Weimar, Jean-Casimir de Saxe-Cobourg et Jean-Ernest de Saxe-Eisenach[1]. Il s'oppose, lors de la diète d'Augsbourg, à l'adoption du calendrier grégorien. Il demeurera en paix tout son règne avec les princes catholiques de la Maison de Habsbourg, avec qui il fit front contre les Calvinistes.

Auguste s'éteint en 1586 à Dresde et est inhumé dans la cathédrale de Freiberg.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils du duc Henri « le Pieux » et de Catherine de Mecklembourg, Auguste Ier de Saxe épouse en 1548 Anne (1532-1585), fille du roi Christian III de Danemark et de Dorothée de Saxe-Lauenbourg. Quinze enfants sont nés de cette union :

Veuf en 1585, Auguste Ier épouse en 1586 Agnès Hedwige, fille de Joachim-Ernest d'Anhalt. Ils n'ont pas d'enfant.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. BSLK, p. 15 et suiv., et p. 762 et suiv.

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]