Auguste Dumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dumont.
Auguste-Hyacinthe Debay, Portrait d’Augustin Dumont (1829)[1].

Augustin-Alexandre Dumont, né le 4 août 1801 à Paris, mort dans cette même ville le 28 janvier 1884, est un sculpteur français.

Il est le fils du sculpteur Jacques-Edme Dumont (1761-1844), et le frère de la compositrice Louise Farrenc, née Dumont (1804-1875).

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Cartellier, Augustin-Alexandre Dumont remporte le grand prix de Rome en sculpture de 1823[2], avec un bas-relief ayant pour sujet Douleur d'Évandre sur le corps de son fils Pallas. Il est l'auteur, à Paris, de la statue Napoléon en César (1863) qui surmonte la colonne de la place Vendôme et du Génie de la Liberté (1835) surmontant la colonne de Juillet sur la place de la Bastille.

Il est reçu à l'Institut de France en 1838 et enseigne à l'École des beaux-arts de 1853 à sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

À Paris[modifier | modifier le code]

Musée du Louvre[modifier | modifier le code]

  • Le Ciseleur et Le Forgeron, statuettes, terres cuites[3]
  • Gloire et immortalité (vers 1854 - 1855), haut-relief, plâtre
  • Le Génie de la Liberté, statue, bronze[4]
  • Projet de fronton pour le Pavillon Lesdiguières du palais du Louvre, haut-relief, plâtre

Autres lieux parisiens[modifier | modifier le code]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Au château de Versailles[modifier | modifier le code]

Ailleurs[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Auguste Dumont » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)
  • Simone Hoog, (préface de Jean-Pierre Babelon, avec la collaboration de Roland Brossard), Musée national de Versailles. Les sculptures. I- Le musée, Réunion des musées nationaux, Paris, 1993
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988
  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des Beaux-Arts de Paris. Histoire, doctrines, catalogue, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris, 2003, p. 146

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Rykner, « Exposition sur le XIXe siècle à la galerie Talabardon & Gautier », dans La Tribune de l'Art, 8 décembre 2006.
  2. Ex-Aequo avec Francisque Duret.
  3. « Notice no 5654 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  4. « Notice no 2654 », sur la base Atlas du musée du Louvre
  5. Salon de 1838, no 1851.
  6. Un exemplaire en bronze est conservé à Excideuil.
  7. Site officiel des Musées de Bourgogne

Liens externes[modifier | modifier le code]