Auguste Detœuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Auguste Detœuf, né à Lens le et mort le , est un industriel et essayiste français.

Fondateur d’Alsthom[1] en 1928, Auguste Detoeuf en a été l’administrateur délégué, puis le vice-président, jusqu’en 1940[2]. Il est l'auteur du livre Propos d'O.L. Barenton, confiseur, ancien élève de l'École polytechnique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de Polytechnique (promotion 1902), ingénieur général des Ponts et Chaussées, Auguste Detœuf débute en 1908 aux travaux hydrauliques de la marine à Cherbourg. Il est ensuite nommé au Havre en 1912. Il s'intéresse aux problèmes d'exploitation des ports et met en œuvre ses idées pendant la Première Guerre mondiale. Il est affecté à la commission technique des voies navigables. De directeur du port de Strasbourg, il devient directeur général de Thomson-Houston. Il est, de 1928 à 1940, le premier président d’Alsthom.

Impliqué dans les bouleversements de son temps, Detœuf prononce en 1936 un fameux discours devant le Groupe X-Crise intitulé « La fin du libéralisme »[3]. Il participe en 1938 au colloque Walter Lippmann où, sur certains thèmes, il s'oppose à Ludwig von Mises. Il est également l'un des fondateurs de la revue les Nouveaux Cahiers qui milite pour le rapprochement du patronat avec les syndicats ouvriers.

Sous l'Occupation, Detœuf est président d'un des « comités d'organisation » créés par le régime de Vichy, le comité d'organisation des industries de la construction électrique[4].

Mais Auguste Detœuf est sans doute plus connu pour son recueil de petits essais, maximes et aphorismes, Propos d'O.L. Barenton, confiseur, ancien élève de l'École polytechnique. De manière souvent humoristique, il traite de nombreux thèmes comme la nature humaine, l'économie, le fonctionnement de l'entreprise, les colorations propres des principales écoles d'ingénieurs... Cet ouvrage est régulièrement réédité.

Publications[modifier | modifier le code]

  • « La Réorganisation industrielle », dans Les Cahiers du redressement français, no 7, Paris, Éditions de la SAPE, 1927.
  • Construction du syndicalisme, Paris, Éditions Gallimard, 1938.
  • Passé, présent, avenir de l'organisation professionnelle, Paris, Éditions du Chêne, 1946.
  • Propos d'O.L. Barenton, confiseur, ancien élève de l'École polytechnique, Paris, Éditions du Tambourinaire, 1948.
  • Pages retrouvées, Paris, Éditions du Tambourinaire, 1955.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui s'écrit alors avec un h, contraction d'ALSacienne et de THOMson(-Houston).
  2. Mentionné dans l'ouvrage de Pierre Bilger Quatre millions d'euros, Bourin éditeur, 2004.
  3. « Auguste Detoeuf, le 1er mai 1936 : « Le libéralisme est mort ! » », sur latribune.fr, La Tribune,‎ 9 octobre 2008 (consulté le 1er août 2013).
  4. Claire Andrieu, La Banque française sous l'Occupation, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1990.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]