Auguste Brancart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Auguste Brancart, né le 21 juillet 1851 à Saint-Quentin (Belgique) et mort après 1894[1], est un éditeur belge, spécialisé dans une littérature qualifiée alors de pornographique.

De 1880 à 1885, il s'établit à Bruxelles comme libraire-éditeur, cette échoppe servant bien entendu de couverture. Suite à une perquisition de ses locaux par la police, il déménagea avec toute sa famille à Amsterdam où il poursuivit son activité licencieuse toujours sous la marque Imprimerie de la Société Cosmopolite, vendant par correspondance et via des catalogues un nombre importants d'ouvrages à travers toute l'Europe. En 1894, il semble s'établir à Anvers puis on perd sa trace. Il fut, durant toute sa vie professionnelle, traqué en tant que pornographe.

Sa production, aujourd'hui en partie identifiée bien que largement clandestine, montre un travail de qualité, qui n'a rien à voir avec les autres publications sous le manteau imprimées à cette époque ou plus tard, du type pulp.

On lui doit la première édition anglaise (luxueuse et à quelques exemplaires) de Ma vie secrète (My Secret Life), autobiographie sexuelle d'un anonyme, attribuée dès 1962 à Henry Spencer Ashbee par Gershon Legman, mais rien n'est sûr[2]. Citons aussi son édition de Monsieur Vénus de Rachilde (1884).

Pour les illustrations et les ornementations de certains ouvrages, Brancart fit appel à des artistes comme Jules-Adolphe Chauvet, Frédillo...

Il fut, à la fin du XIXe siècle, l'un des éditeurs les plus importants du genre, flambeau que perpétua entre autres Charles Carrington.

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement entre 1880 et 1920, vol. 1, Paris, chez l'auteur rue Jacques Callot, 2002, pp. 12-14 (ISBN 978-2-9517742-0-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On ignore tout pour l'instant de sa vie après cette date.
  2. Lire à ce sujet la préface de Jean-Jacques Pauvert à sa traduction en français parue aux éditions La Musardine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]