Auguste-Lucien Vérité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Auguste-Lucien Vérité

alt=Description de l'image Auguste-Lucien Vérité.jpg.
Naissance 21 octobre 1806
Beauvais
Décès 19 juillet 1887 (à 81 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession

Auguste-Lucien Vérité (21 octobre 1806 à Beauvais - 19 juillet 1887) est un illustre horloger français, de Beauvais en Picardie. Il a fabriqué notamment deux exceptionnelles horloges astronomiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vérité a été responsable technique de la maintenance de tout le système de signalisation ferroviaire et des horloges de gare du réseau ferroviaire de la compagnie des chemins de fer du Nord.

Puis il se fait un nom en tant qu'expert de la construction d'orgue d'église, avant de se consacrer aux horloges d'église et horloges astronomiques.

Son chef-d'œuvre, l'horloge astronomique de Beauvais de la Cathédrale Saint-Pierre de Beauvais est composée (dit-on) de 90000 pièces, 68 automates et 52 cadrans. Elle a été construite en 3 ans entre 1865 et 1868.

Auguste-Lucien Vérité est inhumé au cimetière général de Beauvais (rue de Calais), mais sa tombe est à l'abandon.

Synchronisation des horloges par l'électricité[modifier | modifier le code]

Léon Foucault semble avoir été le premier à formuler le principe de la synchronisation des horloges par une action électromagnétique[1]. Vérité est l'un de ceux à avoir mis cette idée en œuvre. Cette idée a été adoptée par la Compagnie du chemin de fer du Nord pour sa gare centrale de Paris, où des centaines de cadrans recevaient l'heure d'une horloge unique. (cf. nécrologie p. 426-427)

Expositions et distinctions[modifier | modifier le code]

Vérité a participé à de nombreuses expositions et a eu divers prix.

Lors de l'exposition de 1844, il a exposé un échappement à force constante et a obtenu une médaille d'argent. Il a exposé l'horloge destinée au palais de justice de Beauvais[2].

Il a aussi reçu la croix de la Légion d'honneur pour ses travaux en synchronisation des horloges.

Brevets[modifier | modifier le code]

  • A.-L. Vérité, brevet pour un échappement libre à force constante, 4 juin 1840
  • A.-L. Vérité et J.-S. Bazin, brevet d'importation pour un système d'appareils destinés à prévenir les rencontres des trains sur les chemins de fer, brevet de 15 ans du 30 avril 1858
  • A.-L. Vérité et J.-S. Bazin, brevet d'importation pour un système de construction d'appareils destinés à prévenir la rencontre des trains sur les chemins de fer, brevet du 25 septembre 1861

Liste partielle des horloges de Vérité[modifier | modifier le code]

  • Ancienne horloge de la tour du château de Bouvigny-Boyeffles, restaurée en 2010 et exposée dans l'église Saint Martin de Bouvigny-Boyeffles (cf. La Voix du Nord, 21 septembre 2010[3])
  • Horloge de l'église d'Allonne (Oise) : cette horloge existe encore et il est prévu de la faire restaurer (Le Parisien, 24 juin 2012, lien)
  • Horloge de la collégiale de Gerberoy (Oise) : cette horloge existe encore (2012)
  • Horloge du Centre Hospitalier Interdépartemental de Clermont (Oise) : cette horloge existe encore (2012)
  • Horloge de l'Hôtel-Dieu de Beauvais (1832). Cette horloge a fonctionné jusqu'en 1940[4].
  • Horloge du Palais de Justice de Beauvais (1844)[5]. Il s'agit de l'actuel musée départemental de l'Oise. Cette horloge existe encore, mais est actuellement (2012) inaccessible en raison de travaux qui peuvent durer jusqu'en 2016, voire 2018.
  • Horloge du Grand Séminaire de Beauvais (années 1850) ; cette horloge indiquait l'heure sur 32 cadrans [6]Il s'agit de l'actuel lycée Jeanne-Hachette. Cette horloge a disparu.
  • L'église Sainte Maure et Sainte Brigide de Nogent-sur-Oise (anciennement Nogent-Les-Vierges) comporte à l'intérieur une horloge réalisée par Vérité et dont le cadran des heures est entouré de six cadrans plus petits qui se réfèrent aux mouvements des astres[7].
  • Horloge astronomique du château de Frocourt dans l'Oise (1855). Cette horloge semble avoir été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Horloge astronomique de Besançon (1858-1863) : la construction de cette horloge fait suite à l'horloge astronomique construite par Bernardin entre 1850 et 1855 et qui n'a apparemment pas donné satisfaction. L'horloge de Vérité reprend ou est inspirée de celle de Bernardin.
  • Horloge et carillon de la basilique de Bonsecours (76) (vers 1863)[8]. Cette horloge existait encore en 1977[4].
  • Horloge astronomique de Beauvais (1865-1868). Cette horloge est construite sur le même principe que celle de Besançon, mais avec une plus grande ampleur.
  • Horloge du carillon de la cathédrale de Reims (1873), détruite pendant la première guerre mondiale et remplacée par un mécanisme de l'entreprise Ungerer en 1935
  • Horloge astronomique de la cathédrale de Reims (1873) (soit une nouvelle horloge, soit l'ancienne améliorée par Vérité), disparue dans les années 1930 et remplacée par un mécanisme de l'entreprise Ungerer

La maison Vérité après Vérité[modifier | modifier le code]

L'horloger Renard, qui avait fondé son entreprise à Ferrières en 1839, aurait acheté ce qui restait de la maison Vérité vers 1885 (ou après le décès de Vérité ?). Renard aurait vendu en 1898 son entreprise à Marie et Louis Joly, son gendre. L’entreprise prit le nom de Huchez-Joly en 1930[9].

Horloges de la maison Vérité[modifier | modifier le code]

  • Horloge créée par la maison Vérité, ornant le campanile surmonté d'une flèche de la gare de Senlis (Oise), à l'occasion de la reconstruction de ce bâtiment en 1922, sous la direction de l’architecte Gustave Umbdenstock, à la suite de sa destruction en septembre 1914 par l'ennemi[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin de la Société internationale des électriciens, volume 4, 1887, p. 571
  2. (fr)http://books.google.com/books?id=B5hBAAAAIAAJ&pg=PA445
  3. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Bethune/actualite/Autour_de_Bethune/De_Noeux_a_Laventie/2010/09/21/article_l-eglise-au-cœur-des-journees-du-patrim.shtml
  4. a et b Bernard Miclet: "Un horloger du XIXe siècle: Auguste Lucien Vérité"
  5. cf. nécrologie p. 426
  6. cf. Figuier 1857, p. 146 et Figuier 1867, p. 411, cf. nécrologie p. 426.
  7. Revue de l'art chrétien, volume 6, 1862, page 277
  8. Auguste Lucien Vérité : Revue chronométrique, volume 5, 1864, p. 346, http://books.google.fr/books?id=82EEAAAAYAAJ&pg=PA346
  9. http://www.cc-plateaupicard.fr/spip.php?article23
  10. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]