Auguste-Georges de Bade-Bade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auguste-Georges de Bade-Bade

Auguste-Georges de Bade-Bade (en allemand, August Georg von Baden-Baden) (né à Rastatt le 14 janvier 1706 et y décédé le 21 octobre 1771[1]) fut le dernier margrave de Bade-Bade (Baden-Baden) de 1761 à 1771. Il avait succédé à son frère Louis-Georges. Il appartenait à la branche "Bernardine" de la Maison de Bade, branche qui s'éteignit avec lui[réf. nécessaire].

Biographie[modifier | modifier le code]

Auguste-Georges de Bade-Bade est le fils du margrave Louis-Guillaume et de Sibylle Augusta de Saxe-Lauenbourg.

Sa mère avait émis le souhait qu'en tant que cadet de sa famille, il entrât dans les ordres. En 1726, il devint chanoine de la cathédrale de Cologne, puis en 1728, doyen du chapitre d'Augsbourg. Il quitta l'état ecclésiastique en 1730, avec l'autorisation du pape[1].

Auguste-Georges de Bade-Bade instaura dans son margraviat un règlement scolaire, une assurance de feu, une caisse pour les veuves[réf. nécessaire].

À sa mort le margraviat de Bade-Bade revint, conformément au contrat de transmission (1535)[réf. nécessaire], au margrave Charles-Frédéric de Bade-Durlach (qui était protestant).

Famille[modifier | modifier le code]

Le 7 décembre 1735, il épousa à Neuhaus (en Bohême)[2], Marie Victoire d'Arenberg (1714-1793), fille du duc Léopold-Philippe d'Arenberg et de Marie-Françoise Pignatelli, princesse de Bisaccia et comtesse d'Egmont[1]. Ce mariage fut sans postérité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Huberty et al. 1991, p. 70.
  2. Il existe plusieurs toponymes de ce nom en Bohême. Nous n'avons pu identifier duquel il s'agit.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Michel Huberty, Alain Giraud, F. Magdelaine et B. Magdelaine, L'Allemagne dynastique, t. VI : Bade-Mecklembourg. Familles alliées C-G, Le Perreux-sur-Marne, chez Alain Giraud,‎ 1991, 530 p. (ISBN 2-901138-06-3), p. 70.