Augias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la mythologie grecque, Augias (en grec ancien Αὐγείας / Augeías, qui signifie « brillant » ou « rayonnant »), fils d'Hélios (ou de Poséidon) et d'Hyrmina, est roi d'Élis, et l'un des Argonautes.

Il est généralement présenté comme le frère  d'Actor (même si Diodore fait de ce dernier le fils de Phorbas). Augias est le souverain de l’Élide, un royaume se trouvant dans le nord ouest du Péloponnèse, en Grèce.  On lui donne généralement deux enfants, un fils, Phylée, et une fille, Agamède.

Augias est généralement associé à deux mythes principaux de la littérature grecque antique.

Augias dans la littérature[modifier | modifier le code]

Les Argonautes[modifier | modifier le code]

Il est d’abord cité dans le mythe des argonautes, Jason et la toison d’or. Il participe a la quête dans le but de trouver son frère, Aeétès, qu'il n'a jamais vu.

L'auteur grec Apollonios de Rhodes, dans les Argonautiques  présente Augias en tant que compagnons de Jason. « Augée, que la renommée disait issu du Soleil, régnait sur les habitants de l'Élide. Fier de ses richesses, il souhaitait avec passion de voir la Colchide et le roi Eétès ». traduction de  JJA Cassin 1892, Apollonios de Rhodes, Argonautiques

Les douze travaux d’Héraclès[modifier | modifier le code]

      Augias possède d'immenses écuries, qui contiennent, selon la légende, trois cents taureaux noirs à pattes blanches et deux cents taureaux reproducteurs rouges, et douze taureaux  blanc argentés dédié a son père, qui sont chargés de défendre le royaume.

Ces étables sont la cause d’une odeur pestilentielle, puisque  par la négligence du roi, personne ne les a jamais nettoyées et ce depuis trente ans.

L’ennemi d’Héraclès, Eurysthée, Εὐρυσθεύς / Eurystheús pour le punir d’avoir, dans un accès de folie, tué sa femme, le force à effectuer douze travaux. Le cinquième est une épreuve particulièrement déshonorante : Héraclès doit, en un jour, nettoyer les écuries du roi Augias, qui persuadé de le voir échouer, consent a lui donner 30 bœufs en cas de réussite.

Héraclès lave à grandes eaux les écuries en détournant deux fleuves de leur lits : Alphée  Ἀλφειός / Alpheiós, et Pénée Πηνειός / Pêneiós et en les faisant passer dans les bouveries d’Augias. Cette ruse se révèle plutôt efficace : la plaine entière est lavée de la vieille bouse de trente ans.       Augias est de très mauvaise foi et refuse de donner ce qui lui est dû à Héraclès, qui invoque le propre fils du roi, le vaillant Phylée, pour témoigner contre son père. Sa bonne foi sera la cause de son exil. "

Ce Travail et la mauvaise foi d'Augias sont citées par Pindare dans les Olympiques au vers 26:

"Docile aux lois de Jupiter, je veux aussi chanter ces antiques jeux que le vaillant Hercule institua près du tombeau de Pélops, après avoir immolé à sa vengeance les deux fils de Neptune, le brave Ctéatus (184) et son frère Eurytus. Il voulait forcer Augias à lui payer le salaire promis à ses travaux, et ce roi parjure le lui refusait. "  Pindare, Olympiqes X v26 M. AL. PERRAULT-MAYNAND,

Plus tard, Héraclès lève une armée contre le roi et prend Élis, qu'il met à sac en tuant Augias et les siens. Il rappelle alors Phylée qu'il met sur le trône à la place de son père.

Nettoyer les écuries d'augias[modifier | modifier le code]

On peut donc penser à l'évolution de l'expression a travers les époques. Actuellement, qualifier quelque chose par " écuries d'Augias" est péjoratif et désigne une très grande crasse. Ainsi, nettoyer les écuries d'Augias signifie mettre en place une solution radicale, "laver à grandes eaux", faire un nettoyage conséquent et ce, pas forcément dans un sens littéral.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]