Auferstanden aus Ruinen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auferstanden aus Ruinen (de)

Ressuscitée des ruines

Auferstanden aus Ruinen
Auferstanden aus Ruinen

Hymne national de Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est
Paroles Johannes R. Becher
Musique Hanns Eisler
Adopté en 1949
Utilisé jusqu'en 1990
Remplacé par Deutschlandlied, jusque-là hymne de la RFA
Fichiers audio
Auferstanden aus Ruinen
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?

Auferstanden aus Ruinen (en français « Ressuscité des ruines ») était l'hymne national de la République démocratique allemande (RDA) de la création de celle-ci en 1949 jusqu'à la réunification allemande de 1990.

Les paroles sont de Johannes R. Becher et la musique de Hanns Eisler. Par ses références à une Allemagne unie (« Deutschland, einig Vaterland », en français « Allemagne, patrie unie »), les paroles sont devenues gênantes et seule la mélodie était jouée durant les cérémonies officielles et ceci depuis les années 1970 environ.

Paroles[modifier | modifier le code]

Paroles en allemand Sens des paroles en français

Auferstanden aus Ruinen
Und der Zukunft zugewandt,
Lass uns dir zum Guten dienen,
Deutschland, einig Vaterland.
Alte Not gilt es zu zwingen,
Und wir zwingen sie vereint,
Denn es muss uns doch gelingen,
Dass die Sonne schön wie nie
|: Über Deutschland scheint. :|

Glück und Frieden sei beschieden
Deutschland, unserm Vaterland.
Alle Welt sehnt sich nach Frieden,
Reicht den Völkern eure Hand.
Wenn wir brüderlich uns einen,
Schlagen wir des Volkes Feind!
Lasst das Licht des Friedens scheinen,
Dass nie eine Mutter mehr
|: Ihren Sohn beweint. :|

Lasst uns pflügen, lasst uns bauen,
Lernt und schafft wie nie zuvor.
Und der eignen Kraft vertrauend,
Steigt ein frei Geschlecht empor.
Deutsche Jugend, bestes Streben
Unsres Volks in dir vereint,
Wirst du Deutschlands neues Leben,
Und die Sonne schön wie nie
|: Über Deutschland scheint. :|

Ressuscitée des ruines
et tournée vers l'avenir,
laisse-nous te servir pour atteindre le bien,
Allemagne, patrie unie.
Une misère ancienne est à vaincre
et nous la vainquons réunis.
Car il nous faut y arriver
que le soleil bellement comme jamais
brille sur l'Allemagne (bis)

Qu'avec bonheur et avec paix soit bénie
l'Allemagne, notre patrie.
Le monde entier aspire à la paix,
tendez la main aux peuples.
Si nous nous réunissons fraternellement,
nous battrons l'ennemi du peuple.
Faites briller la lumière de la paix,
pour que jamais plus une mère
ne pleure son fils (bis)

Labourons, bâtissons,
apprenez et travaillez comme jamais avant.
Et avec confiance en sa propre force
une génération libre ascendra.
Jeunesse allemande, les meilleures ambitions
de notre peuple en toi réunies,
tu seras la nouvelle vie de l'Allemagne
et le soleil bellement comme jamais
brillera sur l'Allemagne (bis)

Un autre hymne très connu en RDA était le poème de Bertolt Brecht « Anmut sparet nicht noch Mühe », dont la mise en musique, faite aussi par Hanns Eisler, est connue sous le nom de Kinderhymne.

Article connexe[modifier | modifier le code]