Audre Lorde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Audre Lorde

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Audre Lorde, en 1980.

Nom de naissance Audre Geraldine Lorde
Naissance 18 février 1934
Harlem Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 17 novembre 1992 (à 58 ans)
Sainte-Croix, Îles Vierges Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Américaine
Profession Écrivain, poétesse
Formation
Hunter College High School (lycée)
Hunter College (université)
Conjoint
Edwin Rollins
Frances Clayton
Descendants
Elizabeth
Jonathan

Audre Geraldine Lorde (Harlem, 18 février 1934 - Sainte-Croix dans les Îles Vierges, 17 novembre 1992) était une écrivain et poétesse américaine, engagée contre le racisme, le sexisme et l'homophobie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lorde est née à New York de parents originaires des Antilles, Frederick Byron Lorde et Linda Gertrude Belmar Lorde. Lorde était malvoyante et officiellement aveugle. La dernière de trois filles, elle grandit à Harlem pendant la Grande Dépression, écoutant sa mère lui parler des Caraïbes. Elle n'apprit à parler que très tard, à l'âge de quatre ans. Cette incapacité à apprendre à parler, dans ses premières années, explique l'importance que le langage et sa réappropriation par les minorités (notamment par la poésie) a eu pour elle par la suite. En revanche, sa mère lui apprit à lire et à écrire dans le même temps, c’est-à-dire cette fois assez tôt. Elle écrivit son premier poème quand elle était en fin de collège (vers l'âge de treize ans). Elle choisit de retirer le y de son prénom Audrey, pour se faire appeler dès lors Audre, ce qui constitue une première démarche de réappropriation de sa propre identité. Après avoir reçu son diplôme au lycée "Hunter College High School", elle passa à l'université de Hunter College de 1954 à 1959, obtenant son diplôme de "bachelors degree". Tout en étudiant les sciences des bibliothèques, elle gagnait sa vie en faisant divers métiers : travail en usine, nègre littéraire, assistante sociale, technicienne de rayon-X, secrétaire médicale, et décoratrice. En 1954, elle passa une année déterminante en tant qu'étudiante à l'Université nationale autonome du Mexique, une période qu'elle a décrite comme un moment d'affirmation et de renaissance, car elle confirma son identité aux niveaux personnel et artistique comme lesbienne et poétesse. À son retour à New York, Lorde alla à l'université, travailla comme bibliothécaire, continua à écrire, et participa activement à la culture homosexuelle de Greenwich Village. Lorde poursuivit ses études à l'Université Columbia, décrochant une maîtrise en sciences des bibliothèques en 1961. Elle travaillait alors comme bibliothécaire à la bibliothèque municipale de Mount Vernon. Elle épousa un juriste, Edwin Rollins, en 1962 ; ils divorcèrent plus tard en 1970, après avoir eu deux enfants, Elizabeth et Jonathan. En 1966, Lorde fut promue bibliothécaire en chef à la Bibliothèque de Town School à New York, où elle demeura jusqu'en 1968. Lors d'une année de résidence à l'université de Tougaloo dans le Mississippi, financée par une bourse du National Endowment for the Arts, Lorde rencontra Frances Clayton, la femme qui devait être sa compagne fidèle pendant 22 ans - jusqu'au décès de Lorde d'un cancer. Lorde mourut le 17 novembre 1992 à Saint Croix après quatorze ans de lutte contre la maladie. Selon ses propres mots, elle était une "poétesse, guerrière, mère, lesbienne, noire". Avant sa mort, au cours d'une cérémonie de baptême africaine Lorde prit le nom de Gamba Adisa, qui veut dire "Guerrière : Celle qui se fait comprendre".

Carrière poétique[modifier | modifier le code]

La poésie de Lorde a été régulièrement publiée durant les années 1960 : dans le recueil de Langston Hughes New Negro Poets, USA en 1962, dans plusieurs anthologies à l'étranger, et dans des revues littéraires noires. Elle militait activement pour les Droits civiques, dans des mouvements pacifistes et féministes. Son premier recueil de poème, The First Cities (1968), fut publié par la Poet's Press et édité par Diane di Prima, une ancienne camarade classe et amie du Hunter College High School. Dudley Randall, un poète et critique, déclara dans sa compte rendu du livre que "[Lorde] n'agite pas un drapeau noir, mais sa couleur est là, implicite, au cœur même". Le deuxième recueil de Lorde, Cable to Rage (1970), écrit pour la plus grande part lors de sa résidence à l'université de Tougaloo, aborde les thèmes de l'amour, de la trahison, de l'accouchement, et des difficultés à élever des enfants. Il est particulièrement précieux pour son poème "Martha", dans lequel Lorde confirme poétiquement son homosexualité : "nous nous aimerons l'une l'autre ici ou jamais". Les livres suivants conservent pour buts les droits des lesbiennes et le féminisme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • The First Cities (1968)
  • Cables to Rage (1970)
  • From a Land Where Other People Live (1973)
  • New York Head Shop and Museum (1974)
  • Coal (1976)
  • Between Our Selves (1976)
  • The Black Unicorn (1978)
  • Undersong: Chosen Poems Old and New (1982)
  • Our Dead Behind Us (1986)
  • Need: A Chorale for Black Woman Voices (1990)
  • The Marvelous Arithmetics of Distance (1993)

Prose[modifier | modifier le code]

  • Uses of the Erotic: The Erotic as Power (1978)
  • The Cancer Journals (1980). Traduction : Journal du cancer suivi de Un souffle de lumière, Québec, Mamamélis/Trois, 1998.
  • Zami: A New Spelling of My Name, Mythobiography (1983). Traduction : Zami : une nouvelle façon d'écrire mon nom, Québec, Mamamélis, 2001.
  • Sister Outsider: Essays and Speeches (1984). Traduction : Sister Outsider, essais et propos d'Audre Lorde, Mamamélis, 2003.
  • I Am Your Sister: Black Women Organizing Across Sexualities (1985)
  • A Burst of Light: Essays (1988)

Biographies[modifier | modifier le code]

  • Alexis De Veaux, Warrior Poet: A Biography of Audre Lorde, New York, W.W. Norton, 2004.
  • Joan Wylie Hall, Conversations With Audre Lorde, University Press of Mississippi, 2004.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]