Auditorium de Tenerife

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Auditorium de Ténérife)
Aller à : navigation, rechercher

L'Auditorium de Tenerife "Adán Martín" (appelé Auditorium de Tenerife jusqu'en janvier 2011)[1],[2],[3], en espagnol Auditorio de Tenerife, est un auditorium conçu par l'architecte espagnol Santiago Calatrava Valls. Inauguré en 2003, il se situe à Santa Cruz de Tenerife, en bordure de l'océan Atlantique.

L'auditorium est devenu l'un des symboles de la ville de Santa Cruz de Tenerife et des îles Canaries. Il est également considéré comme l'édifice le plus moderne dans l'archipel et l'un des bâtiments les plus emblématiques de l'architecture contemporaine espagnole. En mars 2008, le bâtiment a été mis à l'honneur par la poste espagnole qui a émis six timbres avec les œuvres les plus emblématiques de l'architecture espagnole, dont un consacré à l'auditorium[4]. Elle est l'une des attractions majeures de Tenerife[5].

Emplacement[modifier | modifier le code]

L'Auditorium est situé sur l'avenue de la Constitution de la capitale des îles Canaries, Santa Cruz de Tenerife, en bordure de l'océan Atlantique, dans la partie sud du port de la ville.

L'Auditorium est situé dans le quartier de Cabo Llanos dans le centre de la ville de Santa Cruz de Tenerife, dans la partie sud du port de la ville, entre l'avenue de la Constitution, le parc maritime César Manrique et le port de Santa Cruz de Tenerife. La salle est desservie par le Tramway de Tenerife.

À côté de l'auditorium se trouvent les Torres de Santa Cruz, qui sont les plus hauts gratte-ciel des îles Canaries, les plus hautes tours jumelles en Espagne et, jusqu'en 2010, les plus hautes tours résidentielles du pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1970 est envisagée la création d'un auditorium pour les Canaries[6]. En 1977 est approuvé l'emplacement de l'immeuble dans le El Ramonal. En 1978, les premiers appels à projet sont lancés. Initialement, il est prévu de nommer l'architecte Antonio Fernández Alba. Plus tard, en 1985, est approuvé un nouvel emplacement pour l'Auditorium: El Chapatal[6].

En 1987 sont présentés les plans des architectes Antonio Fernández Alba, Vicente Saavedra et Javier Díaz Llanos. En 1989 commencent les contacts avec l'architecte Santiago Calatrava Valls[6].

En 1991, Santiago Calatrava présente publiquement son projet d'auditorium, situé à l'extrémité de l'Avenue Tres de Mayo dans la capitale. En 1996 est approuvé le changement de lieu: le Château de San Juan Bautista, situé en bord de mer. Sa construction débute en 1997 et se termine en 2003[6]. L'inauguration a lieu le 26 septembre de la même année en présence de Felipe de Borbón, prince des Asturies. Certains des journaux les plus prestigieux du monde assistent à l'inauguration, y compris The New York Times, le Financial Times, The Independent, Le Monde, et le Corriere della Sera[7].

Le bâtiment a aussi été visité par l'ancien président américain Bill Clinton en 2005[8].

Description[modifier | modifier le code]

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Éclairage[modifier | modifier le code]

La nuit, le bâtiment est généralement illuminé par un éclairage traditionnel blanc. Mais certains jours, un éclairage plus coloré est utilisé lors d'occasions spéciales, comme le Réveillon de la Saint-Sylvestre de 2007-2008, où la salle fut éclairée en blanc et jaune (une horloge étant projetée sur une aile du bâtiment pour marquer le décompte des heures).

Les 23 septembre 2008, le bâtiment a été illuminé en vert pour célébrer les 30 ans du Transport Interurbain de Tenerife (TITSA).

Pour commémorer la Journée Mondiale du Diabète, l'auditoire est illuminé en bleu. De plus, l'auditorium se joint à l'initiative Earth Hour, une campagne de sensibilisation dans laquelle les grands bâtiments "s'éteignent" pendant une heure pour sensibiliser les gens au sujet des changements climatiques.

Un éclairage spécial est également utilisé pendant la session annuelle de la station de radio Cadena Dial.

En plus de ces effets de lumière, quand a lieu dans l'auditorium une convention nationale ou internationale, les mâts situés à côté du bâtiment se parent des drapeaux des pays participants, ou des bannières des différentes entreprises qui parrainent l'événement.

Galerie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]