Audition des Beatles chez Decca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’audition des Beatles chez Decca est un épisode célèbre de l’histoire du groupe britannique, se rapportant à leur tentative, soldée par un échec, de conclure un contrat professionnel avec ce prestigieux label de musique. À la suite d’une audition à Londres le 1er janvier 1962, la maison Decca n’est pas convaincue et refuse d’engager les Beatles, qui finiront par signer chez un label concurrent, Parlophone, division d’EMI, et obtenir le succès que l’on connaît.

L’ensemble des enregistrements issus de ces séances constituent les Bandes Decca, qui circulent depuis lors sous forme de disques pirates, et dont certains extraits se sont finalement retrouvés sur la compilation Anthology 1 publiée en 1995.

Historique[modifier | modifier le code]

Fin 1961, Brian Epstein devient agent des Beatles. Dès lors, il va chercher à faire signer un contrat d’enregistrement au groupe de Liverpool, encore inconnu au-delà du Merseyside. Les grandes compagnies discographiques étant concentrées à Londres, Epstein s’y rend. Il rencontre en route Mike Smith, le directeur artistique de la maison de disques Decca, et le convainc d’auditionner le groupe. Il se voit confirmer un rendez-vous pour le 1er janvier 1962 aux studios de la firme où les Beatles enregistrent leurs premières chansons en studio[1].

Epstein et les Beatles s’y rendent, convoyés par leur « manager » de tournée, Neil Aspinall. Dans les studios Decca, situés au nord de la capitale anglaise, à West Hampstead, ils interprètent en un peu moins d’une heure quinze titres — des classiques du rock, des chansons traditionnelles arrangées et quelques chansons originales, de leur propre répertoire. Le batteur du groupe à l’époque de l’audition chez Decca est encore Pete Best. Les trois guitaristes chantent un nombre équivalent de titres, comme c'est alors le cas lors de leurs prestations scéniques[2]

Mike Smith est enthousiaste et leur promet une réponse prochaine. Pourtant, il faut attendre mars pour que Brian Epstein soit de nouveau convoqué à Londres, pour apprendre que l’audition en question s’est soldée par un échec. Il tente de convaincre Beecher Stevens et Dick Rowe, deux responsables importants de Decca, de donner au groupe une seconde chance, mais ceux-ci ne veulent pas des Beatles[3].

Dick Rowe lui-même n'était pas présent à l'audition, étant occupé avec un autre groupe se nommant Brian Poole and the Tremoloes[4] qui remportera lui-même quelques succès par la suite.

Dans la foulée de cet essai sans suite chez Decca, les Beatles repartent à Hambourg, en Allemagne, pour un engagement de sept semaines au Star Club. À leur retour, le 6 juin 1962, ils sont auditionnés aux studios EMI d’Abbey Road par George Martin, patron du label Parlophone[5]. Ce dernier décide de les engager, et la suite fait partie de la grande histoire du rock.

Il est à remarquer qu’hormis Money (That's What I Want) et Till There Was You — qui toutes deux ne seront reprises que sur leur deuxième album, With the Beatles, en 1963 —, ces chansons ne seront pas enregistrés par les Beatles aux studios d'Abbey Road. Cependant, elles continueront à être interprétées sur scène et surtout aux studios de la BBC comme en témoignent les enregistrements désormais officiels.

Raisons du refus[modifier | modifier le code]

Le célèbre refus de Decca de signer un contrat avec les Beatles est resté longtemps incompréhensible et son directeur artistique, Dick Rowe, y a gagné un surnom pour la vie : « The man who turned down The Beatles » (« L’homme qui rejeta les Beatles »). On lui prête aussi ces paroles à l’adresse du jeune manager du groupe : « Retournez à Liverpool, M. Epstein, les groupes à guitares vont disparaître ».

Autre raison du refus de Decca : l’inclination de cette maison de disques à vouloir signer avec des groupes londoniens. Decca hésitait d’ailleurs entre les Beatles et The Tremoloes, une autre formation venue d’un quartier ouvrier de l’East End. Les propos de Dick Rowe permettent de mieux comprendre ce choix : « Nous avions décidé qu’il était préférable de prendre un groupe local de la banlieue de Londres. Nous pouvions travailler avec lui plus facilement et avoir un contact plus étroit puisqu’il venait de Dagenham. »

La musique du groupe est hésitante et le répertoire peu ambitieux, même si l’interprétation de standards du rock 'n' roll est une pratique normale et courante. C’est peut-être aussi pour ces raisons que Dick Rowe ne se sent pas convaincu par leur potentiel créatif. D’ailleurs, si les Beatles donnent le meilleur d’eux-mêmes sur la scène, qui est leur spécialité depuis plusieurs années, où ils expriment une énergie compensant en partie leurs lacunes musicales, ils sont ici paralysés par l’enjeu et hors du contexte des clubs, les Beatles donnent à Decca une prestation peu convaincante, n’osant pas non plus proposer un répertoire personnel important. Les Beatles apparaissent comme des imitateurs, dont l’originalité propre n’a pas encore clairement émergé. Finalement, un seul directeur artistique sur la place londonienne décèlera presque instantanément ce potentiel, cette originalité, ces promesses créatives que les autres n’ont pas vues : leur futur producteur George Martin.

Le refus de Decca s’explique aussi par le fait que les modes changent vite au début des années 1960, et que les stratégies commerciales des maisons de disques sont fondées sur des succès éphémères ; elles sont persuadées que le « beat » a vécu et qu’elle va être remplacée par une musique dansante venue d’Amérique : le twist. Le triomphe du « Merseybeat » de Liverpool est un phénomène inattendu dans le monde très londonien du show business.

Un peu plus tard, la firme Decca ne ratera plus le coche et connaîtra le succès avec un autre groupe phare des années soixante, les Rolling Stones.

En réalité, un an après le refus de Decca, Dick Rowe fait partie d'un jury de jeunes talents aux coté de George Harrison. Il lui indique qu'on ne cesse de lui reprocher sa bévue. Harrison lui recommande alors d'aller au Marquee voir un groupe appelé les Rolling Stones. On connait la suite, et aussi que le premier N°1 au hit parade des Stones sera sur une chanson donnée par Lennon-McCartney en visite aux studios lors d'une séance : I Wanna Be Your Man[6].

Publications ultérieures[modifier | modifier le code]

En raison du statut légal de ces titres (enregistrés alors que les Beatles n’ont pas encore signé avec EMI), les bandes ont surtout servi à alimenter le répertoire des disques pirates des années 1970 à 1990. En effet, les actions judiciaires intentées par la firme Apple ont de toute façon toujours repoussé ces enregistrements dans le monde du disque illicite. En 1976, quatorze des quinze titres paraissent sous la forme d’une série de sept 45 tours fabriqués en vinyle coloré sur un label nommé Deccagone (cette forme d’édition entraînant l’omission du titre Take Good Care of My Baby), puis à partir de 1979 de 33 tours souvent nommés The Decca Tapes et réunissant les quinze chansons. Il en existe une version picture-disc[n 1].

Nombre d’entre ces titres sont également présents sur le disque pirate The Hamburg Tapes, tiré d'un enregistrement amateur. Le film Let It Be contient un extrait de Bésame Mucho, qui n’est pas repris sur le disque du même nom. Les morceaux circulent encore aujourd’hui sous forme de fichiers MP3 sur Internet.

Trois titres de cette audition, écrites mais jamais enregistrées par les Beatles dans les années 60, ont été publiés par leur maison d'édition Northern Songs, créé par Dick James et Brian Epstein en 1963, afin d’éditer des chansons écrites par John Lennon et Paul McCartney. Il s’agit de Love of the Loved[n 2], 'Hello Little Girl [n 3] et Like Dreamers Do[n 4],[7].

Un album reprenant ces morceaux[8], intitulé - inexactement, puisque le groupe avait déjà abandonné cette appellation lors de l'enregistement - The Silver Beatles fut publié en 1982, mais ne rencontra pas le succès au point d'apparaître dans les hit-parades.

Même si cette collection n'a jamais été publiée dans son intégralité par le groupe, plusieurs titres issus de ces enregistrements ont finalement été placés sur l’album Anthology 1 publié en 1995 et des versions live se retrouvent sur le disque Live at the BBC de 1994. Seules les pièces Take Good Care of My Baby, September in the Rain et Love of the Loved n'ont pas encore été publiées de façon officielle par les Beatles.

Chansons présentées[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous présente la liste des chansons jouées par le groupe lors de leur audition, dans l’ordre de leur enregistrement. Ces morceaux se sont retrouvés sur diverses éditions pirates. Money (That's What I Want) et Till There Was You ont été ré-enregistrées par les Beatles en 1963 pour leur album With the Beatles. Les titres suivis d'un astérisque apparaissent sur Anthology 1 tandis que des versions en direct des pièces suivies des symboles et § se retrouvent sur les disques Live at the BBC et On Air - Live at the BBC Volume 2 respectivement.

  1. Like Dreamers Do (John Lennon et Paul McCartney)*
  2. Money (That's What I Want) (Berry Gordy, Janie Bradford)§
  3. Till There Was You (Meredith Willson)§
    • Chant : Paul McCartney
  4. The Sheik of Araby (Harry B. Smith, Francis Wheeler, Ted Snyder)*
  5. To Know Her Is to Love Her (Phil Spector) [n 5]
    • Chant : John Lennon
  6. Take Good Care of My Baby (Gerry Goffin, Carole King)
    • Chant : George Harrison
  7. Memphis, Tennessee (Chuck Berry) §
    • Chant : John Lennon
  8. Sure to Fall (In Love with You) (Carl Perkins, William Cantrell, Quinton Claunch) §
    • Chant : Paul McCartney
  9. Hello Little Girl (John Lennon et Paul McCartney)*
    • Chant : John Lennon et Paul McCartney
  10. Three Cool Cats (Jerry Leiber & Mike Stoller)*[n 6],[9]
    • Chant : George Harrison
  11. Crying, Waiting, Hoping (Buddy Holly)
    • Chant : George Harrison
  12. Love of the Loved (John Lennon et Paul McCartney)
    • Chant : Paul McCartney
  13. September in the Rain (Harry Warren, Al Dubin) [n 7]
    • Chant : Paul McCartney
  14. Bésame Mucho (Consuelo Velázquez, Sunny Skylar) [n 8],[n 9]
    • Chant : Paul McCartney
  15. Searchin’ (Jerry Leiber & Mike Stoller)*
    • Chant : Paul McCartney

Interprètes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce paragraphe est en partie traduit de la page The Beatles bootlegs (en) sur la Wikipédia anglophone.
  2. Love of the Loved été enregistré par Cilla Black en 1963.
  3. Hello Little Girl été enregistré par les Fourmost en 1963.
  4. Like Dreamers Do fut enregistré par les Applejacks en 1964.
  5. Le titre original de cette chanson de 1958 était To Know Him Is to Love Him enregistrée par les Teddy Bears.
  6. Enregistrée à deux reprises en direct dans les studios de la BBC, cette chanson ne sera jamais mise en ondes. Ces prestations sont maintenant disparues.
  7. Chanson populaire écrite en 1937.
  8. Chanson populaire mexicaine écrite en 1940, devenue un standard par la suite.
  9. Cette pièce fut aussi enregistrée lors de la première session d'enregistrement chez EMI et publiée sur Anthology 1

Références[modifier | modifier le code]

  1. janvier 1962, quand les Beatles entrent en scène
  2. On stage, he [George] was still singing as many songs as Paul and George but, as George would say : 'An attitude came over John and Paul : We're the grooves and you two just watch it' - Mark Lewisohn - Tune In - 2013'
  3. (en) Brian Epstein, A Cellarful of Noise : The Autobiography of the Man Who Made the Beatles, with a new introduction by Martin Lewis, Byron Preiss,‎ 1998, 224 p. (ISBN 978-0-67-101196-3).
  4. https://class.coursera.org/beatles-001/lecture/13
  5. Collectif, The Beatles Anthology, Seuil,‎ 2000 (ISBN 2-02-041880-0).
  6. Stone Alone, Bill Wymann.
  7. (en) Joseph Brennan, « Songs the Beatles Didn't Do », sur http://www.columbia.edu/ Columbia University of New York,‎ 1996 (consulté le 3 septembre 2009).
  8. http://www.jpgr.co.uk/afelp1047.html
  9. http://www.beatlesbible.com/features/beatles-bbc-radio-recordings/