Audin de Bayeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Audin de Bayeux
Biographie
Naissance Condé-sur-Seulles[1]
Décès 2 juillet 1139
prieuré de Merton (en) (Angleterre)
Évêque de l’Église catholique
Évêque d’Évreux
11131139
Précédent Gilbert Fitz Osbern Rotrou de Warwick Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Chapelain du roi Henri Ier
Fonction laïque
Conseiller du roi d'Angleterre

Audin de Bayeux ou Ouen (Audinus Baiocensis)[1](† 1139), est un évêque catholique français.

Famille[modifier | modifier le code]

Audin est le fils d'Anger, chanoine de Londres et de Popelina. Son frère Thurstan est archevêque d'York[2],[3],[4],[5]. Son neveu Osbert de Bayeux, qui devient archidiacre d'York, est accusé en 1154 du meurtre de Guillaume d'York, un des successeurs de Thurstan à York[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant 1104, son père se voit confier la prébende de Cantlers par Maurice, évêque de Londres, et toute la famille se rend en Angleterre[7].

Chapelain du roi Henri Ier d'Angleterre[8], il succède en 1113 à Gilbert II à l'évêché d'Évreux. Orderic Vital dit de lui qu'il est un homme instruit et dévoué à la religion.

Suite à l'attribution du comté d'Évreux à Amaury de Montfort, que le roi Henri Ier choisit de ne pas reconnaitre suivant les conseils d'Audin[1], Amaury s'empare de la ville en 1118 et la pille. Audin s'enfuit. Lors du siège d'Évreux, ne pouvant se rendre maître de la ville, Audin donne son accord pour y mettre le feu[1]. Cette décision coûtera cher à la cathédrale d'Évreux qui se trouve ruinée. Au concile de Reims, le pape Calixte II oblige le roi et Audin à la reconstruire. Cette reconstruction commence en 1126.

Il consacre l'église Saint-Sauveur d'Évreux, en 1135, le prieuré du Désert dans la forêt de Breteuil[9].

En 1139, Audin embarque pour l'Angleterre rejoindre le roi qui cherche des conseils sur le comté d'Évreux. Durant son voyage, il tombe malade[1]. Il se réfugie dans le prieuré de Merton (en) où il meurt le 2 juillet 1139[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Pierre Bouet et François Neveux, Les évêques normands du XIe siècle : Colloque de Cerisy-la-Salle (30 septembre - 3 octobre 1993), Caen, Presses universitaires de Caen,‎ 1995, 330 p. (ISBN 2-84133-021-4), « Les évêques normands de 985 à 1150 », p. 19-35
  2. (en) « British History Online Prebendary of Cantlers » (consulté le 14 septembre 2007)
  3. Hollister Henry I p. 242–244
  4. Spear, « The Norman Empire and the Secular Clergy », Journal of British Studies, p. 5
  5. Keats-Rohan, Domesday Descendants, p. 151
  6. Greenway, Fasti Ecclesiae Anglicanae 1066-1300: Volume 6: York: Archdeacons: Richmond
  7. Burton, « Thurstan (c.1070–1140) », Oxford Dictionary of National Biography, Online Edition consulté le 11 novembre 2007
  8. Marie Casset, Les évêques aux champs: châteaux et manoirs des évêques normands au Moyen Age, XIe-XVe siècles, Publication Université de Rouen et du Havre, Mont-Saint-Aignan, 2007, 543 p., p. 34.
  9. Pierre Bouet et Véronique Gazeau, La Normandie Et L'Angleterre Au Moyen Age, Publications du CRAHM, Caen, 2003, 363 p., p. 71.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Chassant et G.-Er. Sauvage, Histoire des évêques d'Évreux : avec des notes et des armoiries, Imprimerie de L. Tavernier, Évreux, 1846, p. 42-43.