Aubigny (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubigny.
Aubigny
Mairie et école de garçons.
Mairie et école de garçons.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Corbie
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Somme
Maire
Mandat
Georges Leclercq
2014-2020
Code postal 80800
Code commune 80036
Démographie
Population
municipale
473 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 54′ 04″ N 2° 28′ 59″ E / 49.9011, 2.483149° 54′ 04″ Nord 2° 28′ 59″ Est / 49.9011, 2.4831  
Altitude Min. 22 m – Max. 90 m
Superficie 9,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubigny

Aubigny est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la commune date de l'ère secondaire, il est formé de craie blanche à silex sur les 5/8e du territoire. Près du village et du marais, le sol est tourbeux, ailleurs, le sol est recouvert par le limon des plateaux, des alluvions modernes ou des dépôts meubles de formation quaternaire[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est celui d'une vallée au nord et d'un plateau au sud. L'altitude maximum est de 86 m, au lieu-dit, le Bois-l'Abbé. Le paysage est celui du plateau de l'Amiénois au sud et d'une vallée marécageuse au nord avec abondance de carex. Il y a sur le territoire de la commune quelques bosquets[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au confluent de la Somme canalisée et de l'Ancre. On y rencontre plusieurs sources qui portent localement le nom de fontaines. La nappe souterraine est située à 9 m en dessous du niveau du sol[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat d'Aubigny est tempéré océanique avec vent dominants de sud et de nord[1].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagements[modifier | modifier le code]

La commune présente un habitat groupé, le long de l'ancienne route de Corbie à Amiens. Il existe plusieurs écarts sur le territoire communal : la Ferme de Parfonval et la Gare de Daours située sur le territoire d'Aubigny. La commune a procédé en partenariat avec le conseil général de la Somme à l'aménagement des berges de la Somme canalisée. Elle est dotée d'une salle polyvalente moderne. Des constructions pavillonnaires des années 1970-1980 sont venues étoffer le bâti du village. La grande majorité de la population active travaille dans l'agglomération amiénoise et vit donc au rythme des migrations pendulaires.

Activités économiques et services[modifier | modifier le code]

La commune possède peu de services hormis l'école et la mairie. Il n'y a aucun commerce. Cependant Aubigny possède sur son territoire plusieurs entreprises importantes : l'usine Nestlé-Purina qui fabrique de l'alimentation pour animaux avec un laboratoire ; une entreprise de transport routier, une entreprise de mécanique pour les poids lourds. Il existe également plusieurs exploitations agricoles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Aubigny
Corbie
Daours Aubigny Fouilloy
Blangy-Tronville Cachy Villers-Bretonneux

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 473 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
365 341 534 525 601 585 676 657 701
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
743 724 721 712 746 748 768 744 607
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
611 595 521 463 459 438 436 401 404
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
377 399 455 527 539 536 526 524 473
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture, sports et loisirs[modifier | modifier le code]

La commune d'Aubigny est l'une des dernières où se pratique encore un sport traditionnel, celui de la balle à la main.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On rencontre plusieurs formes dans les textes anciens pour désigner Aubigny : Albiniacum, Aubeigny, Albeignyacum, Albiguiacum, Aubéguia, Aubergny, Aubegny[1].

Est issu de l'anthroponyme latin[4] ou roman[5]Albinius, suivi du suffixe gaulois -acum (-acon) de localisation et de propriété.

Décoration[modifier | modifier le code]

Le secrétaire d’État à la Guerre cite :

– pour actes de courage, d’abnégation et de résistance face à l’occupation ;
– pour les morts et les destructions suite aux violents combats de 1940 ;
– pour ses habitants fusillés ou déportés : la croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze a été attribuée à la commune d'Aubigny (Somme).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 19 199 Poiré divers droite  
mars 199 1995 Michel Vermel    
mars 1995 2008 Francis Alphonse divers gauche cadre de l'Équipement
Mars 2008[6] en cours
(au 6 mai 2014)
Georges Leclercq divers gauche Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Aubigny est mentionné en 662 dans le texte de la charte de fondation de l'abbaye de Corbie à laquelle le village et ses terres furent donnés par Clotaire III, roi des Francs et la mère la reine Bathilde.
  • Le premier seigneur d'Aubigny connu était Gamelon d'Aubigny au XIe siècle.
  • 1214, Baudouin d'Aubigny prit part à la Bataille de Bouvines avec son fils Hugues, aux côtés du roi de France Philippe-Auguste.
  • Le 13 octobre 1307, le bailli d'Amiens, Denis d'Aubigny, arrêta les Templiers sur ordre du roi Philippe IV le Bel.
  • 1325, Regnault d'Aubigny prêta hommage à l'abbé de Corbie pour le fief de la seigneurie d'Aubigny. Il réunit les milices communales du bailliage d'Amiens en 1337, au début de la guerre de Cent Ans.
  • 1476, Jean Vilain fit l'acquisition de la seigneurie d'Aubigny. Sa fille Marguerite Vilain épousa Jean de Saint-Delis, écuyer, seigneur d'Heucourt, Havernas, Saint-Germain... Il fut député de la noblesse aux états généraux de Tours en 1485.
  • 1527, une église neuve est construite dans le village sur un terrain donné par l'abbaye de Corbie.
  • 1572, le château était ceint de murailles entourées de douves alimentées par l'eau de la Somme.
  • 1603, Pierre de Saint-Delis vendit la seigneurie d'Aubigny.
  • 1636, le village d'Aubigny fut brûlé lors du siège de Corbie.
  • La seigneurie d'Aubigny passa ensuite à la famille du Fresne jusque 1789. À cette date, Charles du Fresne, seigneur d'Aubigny était également seigneur de Beaucourt où il résidait[1].
  • 1794, un instituteur est nommé dans la commune d'Aubigny.
  • 1821, reconstruction de l'église.
  • 1821-1827, construction du canal d'Angoulême (Somme canalisée) dans la commune.
  • 1832, épidémie: 32 décès.
  • 1846, construction du chemin de fer d'Amiens à Arras. La halte de Daours, sur le territoire d'Aubigny est créée en 1872.
  • 1849, épidémie: 49 décès.
  • 1860, ouverture d'une école de filles
  • 1861, ouverture d'une école spéciale de garçons et de filles.
  • 1872, cessation de l'exploitation de la tourbe.
  • 1883, reconstruction de l'école de garçons.
  • 1898, création d'une compagnie de sapeurs-pompiers[1].
  • L'industrie de la bonneterie emploie les 4/5e de la population active mais commence à décliner. Un bureau de bienfaisance porte secours aux indigents et aux chômeurs[1].
  • 1918, le village subit un violent bombardement, l'hôpital militaire britannique installé dans la mairie-école est touché. Plusieurs dizaines de morts sont à déplorer.
  • Le 23 mai 1940, à la fin de la première phase de la campagne de France, les Allemands avaient constitué une tête de pont en rive gauche de la Somme à Aubigny et à Fouilloy. Le 24e Régiment de Tiralleurs sénégalais reprit le village après une contre-attaque violente. Mais le lendemain, la 13e division d'infanterie allemande reprit la localité. Une cinquantaine de tirailleurs, blessés, furent massacrés par les troupes allemandes, alors qu'ils étaient prisonniers[8]. Cela constitue le premier massacre de tirailleurs sénégalais constaté lors de cette campagne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Colombe[9],[10] : les origines du bâtiment actuel remontent XVIe siècle siècle mais il a été reconstruit en 1821.
  • Cimetière militaire britannique, British Cemetery [11] : 95 corps y reposent (7 Britanniques, 88 Australiens et 1 inconnu). Édifié par les troupes australiennes en avril 1918, on y continua à ensevelir des corps jusqu'en août 1918.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Père Louis-François Daire, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire du doyenné de Fouilloy : repris, corrigé et annoté par Alcius Ledieu, Le Livre d'histoire, 1911 (réimpr. 1993), 233 p.
  • Pillon Daniel et Roussel Catherine, Mémoire de pierre, mémoire des hommes du canton de Corbie, Association « Villers-Bretonneux Mémoire », Villers-Bretonneux, 2010 (ISBN 2 - 9 525 411 - 6 - 7).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Notice géographique et historique sur la commune d'Aubigny, rédigée par Clotaire Forbras, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées adcr.
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 538
  6. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 12 juillet 2008)
  7. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  8. Scheck, R. (2007). Une saison noire. Les massacres de tirailleurs sénégalais. Mai-juin 1940. Paris : Tallandier. pp.39-40.
  9. Clochers.org
  10. 40000clochers.com
  11. http://www.cwgc.org/search/cemetery_details.aspx?cemetery=63706&mode=1