Au fil de l'épée (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Au fil de l'épée.
Au fil de l'épée
Pays Drapeau de la Belgique Belgique, Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité variable, surtout bimensuelle
Genre Politique, Culture, Histoire, Mouvance identitaire, Nationalisme européen, Géopolitique, Néopaganisme.
Date de fondation 1994
Date du dernier numéro 2003

Au fil de l'épée était un bulletin belge traitant de questions internationales, de géopolitique et de géostratégie qui émanait de l'association pan-européenne Synergies européennes, fondée en 1994 principalement par Rodolphe Lussac, Robert Keil et Robert Steuckers[1]. Gilbert Sincyr, Alessandra Colla ainsi que d'autres personnalités politiques européennes y ont également contribué. Ce périodique est paru de 1999 à 2003.

Historique[modifier | modifier le code]

Au départ, Au fil de l'épée s'appelait Res Publica Europeae et était animé principalement par le Français Louis Sorel, spécialiste en questions géopolitiques. Le bulletin a pris de l'ampleur pendant la guerre de l'OTAN contre la Serbie, à partir du printemps de 1999. Un numéro spécial, rassemblant tous les communiqués de Res Publica Europeae et de Synergies européennes, est d'ailleurs paru en juin 1999. On pouvait y lire de nombreuses traductions d'articles et d'entretiens issus principalement de la revue allemande Junge Freiheit et du quotidien milanais La Padania, organe de presse lié à la Lega Nord d'Umberto Bossi. Tant l'hebdomadaire berlinois que le quotidien milanais s'étaient fermement opposés à cette guerre, jugée contraire aux intérêts européens.

Après la guerre contre la Serbie, Res Publica Europeae change de nom à l'initiative d'un rédacteur, Rodolphe Lussac. Par la suite, la revue a notamment continué à s'opposer aux interventions armée des États-Unis en publiant notamment une quantité d'entretiens avec des personnalités anglo-saxonnes opposées aux néo-conservateurs de l'entourage du Président Bush (ces entretiens avaient pour la plupart été réalisé par Gerhard Frey junior, avocat à Munich, que l'on ne confondra pas avec son père Gerhard Frey (de) senior, éditeur munichois du Deutsche National-Zeitung nationaliste allemand, ainsi que les commentaires de Catherine Owerman, correspondante aux États-Unis de Junge Freiheit et critique virulente de la politique dite « néo-conservatrice »). Toutefois quelques entretiens et articles de cet organe bavarois sont également parus en traduction française dans Au fil de l'épée.

À la demande de l'écrivain franco-roumain Jean Parvulesco, la revue prendra pour sous-titre Arcana Imperii, car pour Parvulesco, elle présente véritablement les bases géopolitiques d'un futur « Imperium » européen.

La revue est parue jusqu'au lendemain de l'attaque américaine contre l'Irak en 2003. Le dernier numéro paru date de novembre 2003 et est entièrement consacré à une critique de la « stratégie Brzezinski ».

La personnalité qui a tenu cette revue à bout de bras est essentiellement Robert Steuckers. Elle oscillait entre un conservatisme isolationniste, le pacifisme traditionnel d'une certaine droite européenne et le nationalisme révolutionnaire de tradition allemande et italienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]