Au cœur des ténèbres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Au coeur des ténèbres)
Aller à : navigation, rechercher
Au cœur des ténèbres
Image illustrative de l'article Au cœur des ténèbres
Publication
Auteur Joseph Conrad
Titre d'origine Heart of Darkness
Langue Anglais britannique
Parution Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
février 1899
Blackwood's Magazine
Recueil Jeunesse
Traduction française
Traduction André Ruyters
Parution
française
1925
Éditions Gallimard, Paris
Intrigue
Genre Nouvelle
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Jeunesse Au bout du rouleau Suivant

Au cœur des ténèbres (Heart of Darkness) est une nouvelle de Joseph Conrad, parue en 1899.

Historique[modifier | modifier le code]

Au cœur des ténèbres est une longue nouvelle de Joseph Conrad, parue en feuilleton dans le Blackwood's Magazine[1] en 1899, puis au sein d'un recueil de trois récits, Youth : A Narrative, and Two Other Stories (Jeunesse), en 1902.

Résumé[modifier | modifier le code]

Au cœur des ténèbres relate le voyage de Charles Marlow, un jeune officier de marine marchande britannique, qui remonte le cours d'un fleuve au cœur de l'Afrique noire. Embauché par une compagnie belge, il doit rétablir des liens commerciaux avec le directeur d'un comptoir au cœur de la jungle, Kurtz, très efficace collecteur d'ivoire, mais dont on est sans nouvelles. Le périple se présente comme un lent éloignement de la civilisation et de l'humanité vers les aspects les plus sauvages et les plus primitifs de l'homme, à travers à la fois l'enfoncement dans une nature impénétrable et potentiellement menaçante, et la découverte progressive de la fascinante et très sombre personnalité de Kurtz.

Inspirée par le récit In Darkest Africa[réf. nécessaire] de Stanley relatant l'expédition pour retrouver l'aventurier Oscar Schnitzer, dont Conrad avait eu connaissance au Congo, l'intrigue générale du texte présente certains points communs avec celle de la nouvelle intitulée L'Homme qui voulut être roi[réf. nécessaire] de Rudyard Kipling, texte paru en 1888[2].

Adaptations et transpositions[modifier | modifier le code]

Le Roi des Belges, bateau sur lequel a navigué Joseph Conrad pour l'État indépendant du Congo.
Villageois rassemblés au passage du Roi des Belges à Sankuru en 1888.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Orson Welles avait projeté d’adapter Heart of Darkness (pour la RKO), avec une hypothèse de « caméra subjective » – il aurait lui-même joué le rôle de Kurtz – mais ce projet n'a finalement jamais abouti[3].

Le film Apocalypse Now de Coppola transpose le récit dans le contexte de la guerre du Viêt Nam. La trame (un bateau remontant une rivière au cœur de la jungle) et les thèmes abordés (la « déshumanisation » de l'homme au fur et à mesure qu'il remonte le fleuve) sont identiques. Le personnage interprété par Marlon Brando s'appelle d'ailleurs Kurtz.

La télévision a donné une adaptation plus fidèle au texte en 1994 par Nicolas Roeg avec Tim Roth, John Malkovich, Isaach de Bankolé et James Fox.

Aguirre, la colère de Dieu, film de l'Allemand Werner Herzog, sorti en 1972, a également une trame proche,[réf. nécessaire] mais transposée dans l'Amérique latine des conquistadors, se rapprochant plus d'un autre livre de Conrad, La Folie Almayer[réf. nécessaire].

Le roman de Conrad est également cité à diverses reprises dans le film King Kong de Peter Jackson en 2005, en écho à la progression vers l'île perdue.[réf. nécessaire]

Dans L'Art (délicat) de la séduction, film de Richard Berry sorti en 2001, Cécile de France prête ce livre à Patrick Timsit et déclare, à propos du capitaine Marlow qu'on « pourrait le prendre pour un imbécile, mais il voit plus loin que les autres, parce qu'il sait attendre. »

Le roman sert de fil rouge au documentaire de Thierry Michel consacré au fleuve Congo, Congo River (2006). Le réalisateur remonte le fleuve jusqu'à sa source et entre petit à petit au cœur d'un pays en quête de reconstruction.[réf. nécessaire]

Littérature (romans et essais)[modifier | modifier le code]

Dans Les Origines du totalitarisme (1951), Hannah Arendt utilise Au cœur des ténèbres pour analyser un des facteurs explicatifs du totalitarisme ; ses vues sont loin d'être actuellement partagées par les historiens.

En 1970, dans son roman Les Profondeurs de la Terre, l'écrivain Robert Silverberg s'en inspire et lui rend hommage en le transposant dans le genre de science-fiction.

En 1992, Sven Lindqvist publie Exterminez toutes ces brutes !, ouvrage dans lequel le narrateur, qui voyage en bus à travers le Sahara, étudie le contexte colonial dans lequel Conrad a rédigé son roman et sur cette base fait un lien entre l'impérialisme, en particulier britannique de la fin du XIXe siècle, et le génocide juif.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Spec Ops: The Line, jeu vidéo sorti le 29 juin 2012 sur PS3, Xbox 360 et PC est une adaptation moderne de l’œuvre. Développé par Yager Development et édité par 2K Games. L'histoire se déroule dans un Dubaï dévasté par une tempête de sable, où le capitaine Martin Walker et son équipe partent à la recherche de John Konrad (nom donné en hommage à l'auteur) porté disparu depuis la tempête. L'équipe étant confrontée, tout le long du voyage, aux horreurs de la guerre, les trois membres sombrent dans d'atroces tortures psychologiques. Le joueur lui-même est mis à l'épreuve, à plusieurs moments dans le scénario on demandera à celui-ci de faire des choix, parfois difficiles, qui affecteront la vie de plusieurs civils ou la psychologie des personnages de son escouade. Ainsi le jeu pourra se terminer de quatre manières différentes selon vos choix.

ADAPTATION RADIOPHONIQUE

mise en onde (avec la participation de l ’Orchestre National de France) par France Culture (service des Fictions) et la Direction de la Musique de Radio France. Écoutable pendant TROIS ans à partir du 21 juin 2014 & podcastable pendant un an à partir de cette date de diffusion

http://www.franceculture.fr/emission-fictions-droles-de-drames-au-coeur-des-tenebres-2014-06-21

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En février (le numéro 1000), mars et avril 1899 de Magazine, revue dirigée à Édimbourg par William Blackwood.
    La seule longueur du texte, qu’il fallut donc publier en trois fascicules, explique la division de la nouvelle en trois sections.
  2. Une adaptation filmique fut réalisée en 1975 sous la direction de John Huston.
  3. Source : Oxford Companion to Conrad.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Le texte[modifier | modifier le code]