Au cœur de la nuit (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Au cœur de la nuit et Dead of Night.

Au cœur de la nuit

Titre original Dead of Night
Réalisation Alberto Cavalcanti
Charles Crichton
Basil Dearden
Robert Hamer
Scénario John Baines
Angus MacPhail
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Horreur
Fantastique
Film à sketches

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Au cœur de la nuit (Dead of Night) est un film britannique fantastique, à sketches, réalisé par Alberto Cavalcanti, Charles Crichton, Basil Dearden et Robert Hamer, sorti en 1945.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film se compose de cinq récits, reliés entre eux par un « sketch de liaison ».

  1. Le « sketch de liaison » (Linking Narrative) réalisé par Basil Dearden, d'après une histoire de E. F. Benson :
    Le film commence par l'arrivée de l'architecte Walter Craig (Johns) dans un cottage anglais sur l'invitation du propriétaire de celui-ci, Elliot Foley, qui souhaiterait faire des travaux d'aménagement. Plusieurs personnes se trouvent réunies dans la maison et Craig, en entrant, a l'étrange sensation de les avoir déjà vues ensemble dans un rêve récurrent mais dont il ne se souvient que de façon diffuse. Au grand étonnement des invités, il fait allusion à certains incidents avant même qu'ils ne surviennent dans la maison. Un psychanalyste, présent parmi les invités, reste sceptique. Quatre parmi les personnes présentes se mettent alors à tour de rôle à raconter une histoire étrange dont elles ont fait l'expérience ou dont on leur a parlé. Un cinquième récit sera raconté par le psychanalyste lui-même… (chaque séquence commence par un flash-back)
  2. Le Cocher de corbillard (Hearse Driver), réalisé par Basil Dearden, d'après une histoire de E.F. Benso :
    Un pilote de course qui a de peu échappé à la mort après un accident survenu sur un circuit a une nuit la vision d'un corbillard. Cette vision va lui sauver la vie une nouvelle fois…
  3. La Fête de Noël (Christmas Party), réalisé par Alberto Cavalcanti, d'après une histoire d'Angus MacPhail :
    La jeune Sally O'Hara raconte à son tour une expérience qu'elle a faite du surnaturel. Une fête d'enfants est organisée à l'occasion de la fête de Noël dans une demeurre ancienne. Elle et Jimmy, un garçon plus âgé, sont chargés de la garde des enfants, mais ils commencent tous les deux à jouer à cache-cache dans les couloirs sans fin de la maison. Le garçon raconte que celle-ci est hantée par une femme qui tua jadis son frère. Les deux jeunes gens se chamaillent, et alors la jeune fille se retrouve seule ; elle pénètre dans une chambre à coucher dans laquelle des sanglots se font entendre… (la séquence fut originellement coupée lors de la sortie américaine du film).
  4. Le Miroir hanté (The Haunted Mirror), réalisé par Robert Hamer, d'après une histoire de John Baines :
    Une femme fait cadeau a son mari d'un miroir ancien. Celui-ci est fixé au mur de la chambre à coucher, mais au bout d'un certain temps, l'homme, quand il regarde dans le miroir, constate qu'il s'y voit dans une pièce qui est complètement différente de celle où il se trouve réellement…
  5. La Partie de golf (Golfing Story), réalisé par Charles Crichton, d'après une histoire de H. G. Wells :
    Deux amis sont épris de la même femme et décident de faire de celle-ci l'enjeu d'une partie de golf, et celui qui perdra devra disparaître. Le perdant est si désappointé qu'il part se noyer dans un étang. Mais son fantôme bientôt réapparaît…
  6. Le Mannequin du ventriloque (The Ventriloquist's Dummy), réalisé par Alberto Cavalcanti, d'après une histoire de John Baines :
    L'histoire d'un ventriloque déséquilibré (Redgrave) qui croit que sa poupée dénuée de morale est réellement vivante…

On revient alors à l'épisode de liaison, avec l'architecte et les autres invités, auquel est donnée une conclusion inattendue.

Analyse[modifier | modifier le code]

Au cœur de la nuit est tout à fait particulier dans la production cinématographique britannique des années 1940, où peu de films du genre furent produits. Le film eut un succès considérable et son influence sur les films d'horreur made in Britain fut énorme, et plus particulièrement sur les films à sketches produits par Amicus dans les années 1960 et au début des années 1970 pamis lesquels:


Le Train des épouvantes (Dr. Terror's House of Horrors) de Freddie Francis réalisé en 1965, La Maison qui tue (The House That Dripped Blood) de Peter Duffell en 1966, Histoires d'outre-tombe (Tales from the Crypt) de Freddie Francis et Asylum de Roy Ward Baker de 1972 et Le Sixième continent (The Land That Time Forgot) de Kevin Connor datant de 1975.

Les deux séquences écrites par John Baines furent recyclées dans des films ultérieurs. Celle de la poupée du ventriloque possédée fut adaptée dans un épisode d'une série radiophonique de la CBS, Escape. Elle fut également utilisée par deux fois dans la série télévisée américaine La Quatrième Dimension (The Twilight Zone), qu’Au cœur de la nuit anticipe comme d'autres séries du même genre ; elle sert en outre de base au scénario du film de Richard Attenborough, Magic (1978), scénario écrit par William Goldman.

Également la fin du Psychose de Hitchcock comporte certaines similitudes frappantes avec celle du sketch du ventriloque, où il est aussi question de dédoublement de personnalité.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  1. Le « sketch de liaison » :
  2. Le Cocher de corbillard :
  3. La Fête de Noël :
  4. Le Miroir hanté :
  5. La Partie de golf :
  6. Le Mannequin du ventriloque :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Dvd icon.svg zone 2 : Au cœur de la nuit, Canal+ Vidéo « collection Cinéma de quartier », (2001), EAN 3-339161-277615. — Édition comprenant une présentation du film par Jean-Pierre Dionnet et un entretien avec Philippe Haudiquet…