Au Pilori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pilori.
Au Pilori
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Politique, antisémitisme
Date de fondation Occupation
Date du dernier numéro 1944
Ville d’édition Paris

Rédacteur en chef Jean Lestandi

Au Pilori était un journal hebdomadaire d'extrême-droite fondé en 1938, qui devint en 1940 l'une des publications antisémites les plus virulentes de l'époque de l'Occupation.

Il paraît tout d'abord sous le titre Le Pilori, avant de changer de nom en juillet 1940 à la faveur d'une évolution de l'équipe rédactionnelle. Son sous-titre était : « Hebdomadaire de combat pour la défense des intérêts français ».

Il était l'organe social de la Rénovation française et était dirigé par Jean Lestandi avec pour principaux rédacteurs : Lucien Pemjean, Urbain Gohier, Robert-Jullien Courtine, Paul Vigouroux et Paul Riche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sa publication était subventionnée par les services de propagande allemands. Les membres de l'équipe n'hésitaient pas à dénoncer publiquement dans les colonnes de leur journal certaines personnalités soupçonnées à tort ou à raison d'être juives, ou telle profession pratiquée par des juifs (le journal mena ainsi une campagne contre des dermatologues juifs).

Pendant toute la guerre, la rédaction du journal occupera l'hôtel particulier du 43 rue de Monceau, dans le 8e arrondissement de Paris, lequel appartenait et appartient toujours à la famille Kraemer, antiquaires d'origine alsacienne mondialement connus.

Le journal est aujourd'hui avant tout connu pour les textes que l'écrivain Louis-Ferdinand Céline y fit paraître sous l'Occupation[1].

C'est aussi avec les membres de l'équipe du Pilori que Céline organisa en décembre 1941 une réunion publique avec 27 personnalités, invitées à discuter du problème juif et de la question du national-socialisme. Parmi les pressentis, ni Xavier Vallat, ni Ramon Fernandez, ni Drieu la Rochelle n'acceptèrent de venir à la réunion dont le compte rendu fut publié Au Pilori le 25 décembre[2],[3].

Le Pilori, journal suisse[modifier | modifier le code]

L'édition française ne doit pas être confondue avec la publication suisse d'extrême-droite créé par Georges Oltramare, également appelée Le Pilori et dont la première parution remonte à 1923[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédérique Devigny, Au Pilori, journal antisémite de la Collaboration 1940-1944 (1996), mémoire de maîtrise d'histoire contemporaine (Dir. Ralph Schor), Université de Nice-Sophia-Antipolis, Faculté des Lettres.

Notes et références[modifier | modifier le code]