Attre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attre
Le « Vieux Chaudron »
Le « Vieux Chaudron »
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Ath
Commune Brugelette
Code postal 7941
Zone téléphonique 068
Démographie
Gentilé Attrois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 36′ N 3° 50′ E / 50.6, 3.83 ()50° 36′ Nord 3° 50′ Est / 50.6, 3.83 ()  
Superficie 381 ha = 3,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Attre

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Attre

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Attre

Attre (en wallon Ate-dilé-Brujlete) est une section de la commune belge de Brugelette située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom d’Attre trouve son origine dans le nom latin atrium[réf. nécessaire] qui anciennement était employé pour désigner le petit terrain servant de cimetière ceignant les églises.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a beaucoup souffert lors de la Première Guerre mondiale. En particulier le 9 mars 1918, une explosion a détruit dans la gare une partie de 365 wagons chargés de munitions. 2/3 de ces munitions étaient des obus chimiques. Des obus ayant été projetés tout autour du lieu de l'explosion. Il a fallu huit mois, et jusqu’à 800 hommes, pour nettoyer le site. On sait par les archives que 114 870 munitions dont chimiques, et environ 14 000 fusées (pièces centrale des obus) ont été ainsi récupérées et enfouies en six lieux différents[1]. Ces munitions ont ensuite été éliminées par les services de déminage de 1950 à 1954 et en 2006[2], mais il ne semble pas y avoir eu d'études visant à vérifier l'absence de séquelles de pollution sur ces anciens sites d’enfouissement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Schoen Erich, Geschichte des deutschen Feuerwerkswesens der Armee und Marine mit Einschluß des Zeugwesens. Berlin, Paul, 1936, page 1510
  2. Hardesty J D, « Belgian EOD cleans up ammo site ». In : The Meteor-Heraut, 24-15, 2006, p. 1-3.