Attractivité d'un territoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'attractivité d'un territoire (ville, agglomération, etc.) est sa capacité à attirer à un moment donné l'implantation de facteurs de production (capital, main-d'œuvre...), d'habitants ou de touristes. La notion d'attractivité est généralement considérée comme un caractère positif, facteur de vitalité pour un territoire, tant que les seuils d'engorgement ne sont pas atteints.

Les acteurs économiques sont réputés choisir les territoires où ils s'implantent en recherchant un avantage concurrentiel et éventuellement un environnement de qualité. L'attractivité reflète donc la perception de cet avantage concurrentiel (réel ou supposé). Elle diffère en cela de la compétitivité, qui est une résultante, et éventuellement un facteur parmi d'autre de l'attractivité.

Mesure de l'attractivité[modifier | modifier le code]

Les critères supposés renforcer l'attractivité d'un territoire sont nombreux :

  • bon réseau, bien interconnecté (multimodal) de desserte (routes, canaux, voies ferrées, métro, tram, axes piétons, cyclistes...) ;
  • l'offre d'emploi d'une part, et dans certains cas la présence d'une main-d'œuvre qualifiée ou au contraire peu qualifiée mais "bon marché" ;
  • la sécurité des biens et personnes (avec des exceptions quand les migrations sont contraintes)
  • une météo clémente (cf héliocentrisme constaté en France et dans de nombreux autres pays tempérés) ;
  • la proximité de ressources naturelles accessibles, incluant les aménités (qualité de vie) ;
  • une fiscalité jugée favorable ;
  • la présence et l'accessibilité de nombreux services, sociaux, médicaux, culturels administratifs.
  • Densité importante d'établissements d'enseignement supérieur (sauf quand ils ont été "délocalisés" dans des zones périurbaines peu attractives)

D'autres critères affaiblissent en général l'attractivité d'un territoire ou découlent d'une faible attractivité,

  • les coûts de la main-d'œuvre (pour les entreprises cherchant une main-d'œuvre peu qualifiée)
  • l'insécurité (dont insécurité juridique),
  • une géographie peu avantageuse
  • la présence ou le danger de crise ou conflits ou de manque de ressource (eau en particulier).
  • forte proportion de logements anciens ou insalubres (sauf contexte de migration contraintes)
  • villes de grande taille (en nombre d'habitants, souvent caractérisées par des migrations contraintes)

La perception de l'attractivité[modifier | modifier le code]

  • Elle est relative à l'époque considérée. Par exemple un territoire de type Bassin minier pouvait être très attractif au XIXe siècle, ne plus l'être lors des grandes crises de la sidérurgie et de la carbochimie et le redevenir après requalification et verdissement des friches industrielles.
  • Elle varie selon le type d'acteur économique.
  • Ainsi, pour un industriel, une guerre civile sera un facteur diminuant l'attractivité d'une zone, alors qu'elle sera un facteur augmentant l'attractivité pour un marchand d'armes.

Malgré une certaine part de subjectivité, la plupart des acteurs économiques s'entendent sur les critères de l'attractivité. Certains organismes essayent de classer les pays ou les territoires en fonction d'indicateurs d'attractivité, par exemple en mesurant les investissements directs étrangers sur un territoire.
Toutefois, la mesure dépendra ici encore du type d'acteur à qui elle s'adresse.

Les critères d'attractivité sont en fait souvent confondus avec les facteurs de localisation, soit des variables qui agissent habituellement sur les décisions de localisation des entreprises ou des personnes.

Attractivité relative et compétitivité[modifier | modifier le code]

Un nombre grandissant d’économistes considèrent qu’une partie des pays d’Europe Occidentale est désormais “à la traîne”, loin derrière les économies les plus dynamiques d’Asie- notamment du fait que ces dernières ont su adopter et mettre en œuvre des politiques de développement ambitieuses plus propices aux investissements à long terme: “les pays qui réussissent comme Singapour, l’Indonésie et la Corée du Sud ont gardé en mémoire les mécanismes d’ajustement macroéconomiques douloureux qui leur ont été imposés abruptement par le FMI et la Banque mondiale pendant la ‘Crise Asiatique’ de 1997-1998 […] Le niveau de développement qu’ils ont atteint au cours des dix dernières années est d’autant plus remarquable qu’ils ont dans une large mesure abandonné le “consensus de Washington” (la perspective néolibérale dominante fondée sur la réduction des salaires, la baisse des charges patronales et le gel des investissements en infrastructure) pour investir massivement dans des projets d’infrastructures publiques ambitieux […] Cette approche pragmatique s’est avérée être particulièrement payante”[1]

En France[modifier | modifier le code]

Une étude[2]publiée en 2010, réalisée par le Crédit foncier de France et de l'Université Paris-Dauphine sur l'attractivité des 100 plus grandes agglomérations françaises, évaluées (pour la période 1995 2006) à partir de leur solde migratoire et d'une série de 200 caractéristiques urbaines confirme la tendance à l'héliocentrisme : hormis quelques exceptions, les villes du sud sont globalement plus attractives que celles du nord de la France, phénomène qui selon certains prospectivistes pourrait changer dans les décennies à venir si le réchauffement climatique et l'occurrence et la gravité des canicules continuent à progresser. Il faut toutefois distinguer entre différents types d'attractivité, touristique ou résidentielle par exemple, car ils n'ont pas les mêmes cibles et peuvent donc entrer en conflit. Les études de l'économiste français Laurent Davezies (La République et ses territoires. La circulation invisibles des richesses) demontrent bien qu'en voulant attirer trop de touristes en Île de France, on risque de faire partir les résidents, l'arrivée massive de touristes induisant une augmentation du coût de la vie, mais pas forcément une amélioration de sa qualité. Outre océan, les travaux de Sharon Zukin sur les effets des politiques culturelles dans le but de rendre une ville attractive, ont montré leurs limites: une standardisation de ces nouveaux espaces dits de consommation( on attire en effet des consommateurs potentiels) et un phénomène de gentrification ( départ des populations les plus.modestes) La notion d'offre territoriale (PhilippeThiard) est une garantie pour l'attractivité d'un territoire. Le projet urbain (Patrizia Ingallina) peut aussi être vu comme offre territoriale globale capable de valoriser l'identité d'un territoire à travers la construction d'une image marketing. L'attractivité d'un territoire concerne en effet aussi les espaces de la ville, son patrimoine, ses services, sa vie locale et son ambiance. Son but est d'attirer des flux globaux, de touristes, visiteurs, résidents...La compétitivité d'un territoire quant à elle, liée essentiellement à la capacité de produire d'un territoire, sa productivité, peut se mesurer à plus grande échelle ( région, nation) et sa cible sont les flux monétaires. Le plus difficile étant de retenir les présences (entreprises et résidents) qui ne sont pas conditionnées par les mêmes facteurs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

2009, L'attractivité des territoires: Regards Croisés, Actes des Séminaires de Février- Juillet 2007, sous la direction scientifique de Patrizia Ingallina, Préface de J.P. Blais, Paris-La Défense, PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture). http://rp.urbanisme.equipement.gouv.fr/puca/edito/actes_attr_territoires.pdf Jungyoon Park (2008), Les stratégies et projets urbains pour l'attractivité territoriale: rôle, place et signification des nouveaux espaces de consommation urbaine, thèse de doctorat sous la direction de Patrizia Ingallina, Université Paris Est Créteil. Ingallina, P., Park, J'Y, (2005), "City marketing et espaces de consommation. les nouveaux enjeux de l'attractivité urbaine", in : Urbanisme, n° 344, septembre-octobre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Nicolas J. Firzli quoted by Andrew Mortimer, « Country Risk: Asia Trading Places with the West », Euromoney Country Risk, .,‎ May 14 2012 (lire en ligne)
  2. étude sur l'attractivité des grandes agglomérations française (Batiactu)