Attentats de la guerre d'Irak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentat contre un arrêt de bus à Bagdad le 17 août 2005.
Graphique sur le nombre d'attaques de 2003 à fin 2005
Bilan du nombre de civils tué entre janvier 2006 et février 2008 en Irak.

Une étude réalisée par l'Institut de hautes études internationales (publiée le 12 juillet 2005) estimait à 39 000 le nombre de victimes irakiennes de la guerre. Divers ministères du gouvernement irakien annonçaient en juillet 2005 le bilan des six premiers mois de l'année :

1 594 civils tués
895 membres des forces de sécurité tués (620 policiers et 275 soldats)
781 « insurgés » tués
4 000 personnes au total ont été tuées au cours du premier semestre 2005. Ces informations proviennent du ministère de l'Intérieur irakien.

Selon le département de la Défense des États-Unis [1] 26 000 Irakiens auraient été tués ou blessés dans les attentats depuis janvier 2004, dont une grande partie d'attentats-suicides.

Une étude publié par la revue britannique The Lancet en octobre 2004 lance un chiffre de 100 000 victimes de surmortalité due aux violences, une autre étude publié par le même magazine, effectuée par des universitaires américains en collaboration avec l'université de Bagdad, annonce en octobre 2006, plus de 650 000 Irakiens victime de la surmortalité. Le gouvernement américain refuse cette étude, le gouvernement irakien dément le chiffre ainsi que Iraq Body Count [2].

(Liste non exhaustive)

2003[modifier | modifier le code]

  • 7 août : explosion d’une voiture piégée devant l’ambassade de Jordanie à Bagdad : 14 morts, 40 blessés.
  • 19 août : un camion piégé explose à côté du siège de l’ONU à Bagdad faisant 22 morts et une centaine de blessés. Le représentant des Nations unies Sérgio Vieira de Mello est tué dans l’attentat. Al-Zarqaoui (Al-Qaida en Irak) revendique l'attentat, mais des membres d'Ansar al-Islam sont aussi soupçonnés.
  • 29 août : attentat à la voiture piégée devant la mosquée chiite de l’imam Ali à Najaf : au moins 83 morts, 125 blessés. L'ayatollah Mohammed Baqer Al-Hakim meurt au cours de l'explosion [3].
  • 27 octobre : cinq attentats contre quatre postes de police et le siège du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) font 43 morts et plus de 200 blessés.
  • 12 novembre : 19 Italiens et neuf Irakiens sont tués dans un attentat contre une base italienne à Nassiriyah (Sud) visant le contingent italien.
  • 19 novembre : attentat contre une base italienne à Nassiriyah : 19 Italiens et 9 Irakiens tués.
  • 22 novembre : Au moins 18 Irakiens, en majorité des policiers, sont tués et 53 blessés dans un double attentat suicide à la voiture piégée contre des commissariats au nord de Bagdad, en Irak.
  • 14 décembre : L’explosion d’une voiture piégée fait 18 morts dans le poste de police de Khaldiya (province d'Al Anbar).
  • 27 décembre : 19 morts et près de 200 blessés dans quatre attentats à la voiture piégée à Kerbala.

2004[modifier | modifier le code]

  • 18 janvier : 24 morts et plus de cent blessés dans un attentat suicide à la voiture piégée devant le quartier général américain dans la capitale irakienne.
  • 1er février : 105 personnes sont tuées dans un double attentat suicide contre les sièges à Erbil des deux principaux partis kurdes en Irak.
  • 10 février : un attentat suicide devant un commissariat de police d'Iskandariya (au sud de Bagdad) fait 55 morts et 67 blessés.
  • 11 février : attentat suicide contre le centre de recrutement de l’armée irakienne : 47 morts.
  • 14 février : au moins 23 policiers sont tués dans l'attaque de postes de la sécurité irakienne à Falloujah, à l'ouest de Bagdad. Quatre assaillants sont tués dans l'échange de tirs.
  • 23 février : Dix personnes sont tuées (dont les deux kamikazes) et 45 autres blessées dans un attentat-suicide contre un commissariat de police d'un quartier kurde de Kirkouk, au nord de Bagdad.
  • 2 mars : quatre explosions détruisent le parvis de la mosquée chiite de Kadhimiya, lors de la fête de l'achoura. À Kerbala, des tirs de roquettes sont lancés contre le mausolée d'Abbas. Le bilan de ces opérations est lourd : 171 morts, 556 blessés. La communauté chiite d’Irak accuse les sunnites extrémistes.
  • 21 avril : 74 personnes sont tuées et plus de 160 blessées dans cinq attentats à la voiture piégée contre la police irakienne à Bassorah et à Zoubeïr, dans le sud de l'Irak.
  • 17 mai : le chef du Conseil du gouvernement irakien, Abdel Zahra Osmane Mohammad, est tué à Bagdad dans un attentat à la voiture piégée qui fait sept autres morts [réf. nécessaire]. On soupçonne Al-Qaïda en Irak.
  • 1er juin : attentat suicide à la voiture piégée à Baiji, au nord de Bagdad. Il vise une base américaine. 11 morts, 26 blessés.
  • 17 juin : 35 morts et 138 blessés dans un attentat suicide devant un centre de recrutement de l'armée irakienne à Bagdad.
  • 24 juin : une série d'attentats coordonnés contre la police, suivis de violences, font plus de 100 morts et 300 blessés à travers les bastions sunnites au nord et à l'ouest de Bagdad (Mossoul, Baaqouba, Ramadi…).
  • 26 juin : au moins 23 civils, dont de nombreux enfants, périssent dans un attentat à la voiture piégée à Hilla (sud de Bagdad).
  • 28 juillet : 70 personnes sont tuées et 56 autres blessées dans un attentat suicide perpétré devant un bâtiment de la police à Baaqouba (nord de Bagdad).
  • 1er août : attentats contre 5 églises d’Irak. L'exil des chrétiens, qui représentent 3 % de la population, se poursuit.
  • 14 septembre : un attentat à la voiture piégée contre le quartier général de la police à Bagdad fait 49 morts et 131 blessés.
  • 30 septembre : trois attentats à la voiture piégée et à la roquette dans le quartier populaire d’Al-Amel à Bagdad : 37 enfants sont morts alors qu’ils regardaient l’inauguration d’une station de pompage des eaux usées, organisée par les Américains. Au moins trois hommes et une femme sont également parmi les victimes. On compte plus de 200 blessés.
  • 23 octobre : 49 recrues de l'armée irakienne et trois chauffeurs civils sont massacrés dans une embuscade tendue au nord de Bagdad.
  • 6 novembre : 36 personnes, dont 26 policiers, sont tuées dans une série d'attentats à Samarra (nord de Bagdad), revendiqués par le groupe de l'islamiste jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui.
  • 7 novembre : 21 policiers irakiens sont exécutés de sang froid par des hommes armés, qui prennent d'assaut deux postes de police dans la province d'Al-Anbâr (ouest de Bagdad). Revendiqué par al-Zarqaoui [réf. nécessaire].
  • 19 décembre : une série d'attaques-suicides à la voiture piégée touchent les villes chiites de Kerbala et Nadjaf faisant plus de 60 morts et de 130 blessés. Elle a pour but de provoquer un conflit religieux en visant les mausolées de l'imam Ali et de l'imam Hussein, avant les élections prévues le 30 janvier 2005.
  • 21 décembre : 22 personnes, dont 18 Américains, meurent lors d'une attaque contre une base américaine à Mossoul (nord). Le groupe Ansar Al-Sunna, lié au réseau Al-Qaïda, revendique l'attentat suicide, l'un des plus meurtriers commis contre les Américains depuis mars 2003.
  • 28 décembre : trente personnes, en majorité des civils, sont tuées par l'explosion d'une maison piégée qui souffle plusieurs foyers à Bagdad dans une embuscade tendue aux forces de l'ordre.

2005[modifier | modifier le code]

Engin explosif improvisé désamorcé en Irak en 2005. La charge est composée d'obus d'artillerie et de bidons de carburant.

Le Ministère de l'intérieur irakien recense 4308 irakiens tués en 2005, dont 2976 civils, 956 policiers et 376 militaires (statistiques d'octobre 2005).

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 4 janvier : le gouverneur de Bagdad, Ali Radi al-Haïdari, est tué dans un attentat à la voiture piégée.
  • 21 janvier : 15 personnes sont tuées (premier bilan) dans un attentat à la voiture piégée devant la mosquée chiite de Chouhada al-Taf, au sud-ouest de Bagdad, selon la police. Le drame s'est produit à l'heure de la fin de la prière, le premier jour de la fête sainte d'al-Adha.

Février[modifier | modifier le code]

  • 16 février : après les résultats des élections donnant la majorité absolue aux chiites, plusieurs attentats font plus de 33 morts dans le pays : plusieurs visaient des mosquées alors que la communauté chiite fêtait l'Achoura :
    • Attentat à la ceinture d'explosifs dans la mosquée Kazimain, Bagdad.
    • Attentat-suicide contre la mosquée Ali-Baya, Bagdad.
    • Bombe artisanale la mosquée d'Iskandariyah.
  • 21 février : un attentat à la voiture piégée à Hilla (quartier chiite) tue 125 Irakiens et blesse 129 personnes.

Mars[modifier | modifier le code]

  • 4 mars : le gouvernement italien obtient la libération de la journaliste Giuliana Sgrena. Le convoi qui la conduit à l'aéroport essuye des tirs à un barrage par les soldats des États-Unis. Nicola Calipari, membre des services secrets italiens, est tué, Giuliana est atteinte d'une balle à l'épaule et un autre militaire italien est blessé.
  • 10 mars : au cours des obsèques du chiite Sayyed Hicham Sayyed Mahmoud Al-Araji, un kamikaze provoque un attentat à l'intérieur de la mosquée chiite Sadraïn de Mossoul. Un premier bilan fait état de 18 morts et 41 blessés.

Mai[modifier | modifier le code]

  • 1er mai : 25 morts dans un attentat suicide à Tall Afar, à l'ouest de Mossoul, visant les funérailles d'un responsable du Parti démocratique du Kurdistan (PDK).
  • 4 mai 2005 : 45 personnes sont tuées et 95 blessées dans un attentat suicide commis à Erbil contre des recrues de la police.

Juin[modifier | modifier le code]

  • 15 juin : un kamikaze portant l'uniforme de l'armée irakienne tue 26 soldats à Khalis, au nord de Bagdad.
  • 22 juin : trois attentats à la voiture piégée font 18 morts et 48 blessés dans un quartier chiite de Bagdad.
  • 23 juin : quatre attentats à la voiture piégée font au moins 40 morts à Bagdad
  • 24 juin : un attentat à la voiture piégée tue 6 soldats américains à Falloudja.
  • 25 juin : l'attaque d'un poste de police fait 8 morts et 1 blessé à l'ouest de Bagdad.
  • 26 juin :
    • un kamikaze tue 4 policiers et blesse 9 personnes à l'hôpital de Mossoul.
    • un attentat tue 16 soldats irakiens près de Mossoul.
    • un attentat suicide à la voiture piégée contre un commissariat à Mossoul tue au moins 5 personnes.
  • 28 juin :
    • l'explosion d'une bombe tue 5 personnes au nord de Bagdad dont un député.
    • un kamikaze se fait exploser dans un hôpital à Moussayib, tuant 3 personnes et en blessant 13 autres.

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 1er juillet : un imam chiite est abattu à Bagdad.
  • 2 juillet :
    • un kamikaze se fait sauter dans un centre de recrutement à Bagdad, tuant au moins 20 personnes et en blessant 21 autres.
    • un attentat à la voiture piégée fait au moins 5 morts et 12 blessés à Mahmoudiya, au sud de Bagdad.
    • 2 officiers de police sont abattus à Moussayib et à Mossoul.
    • 4 personnes sont tuées lors d'une fusillade près de Kirkouk.
  • 7 juillet : un double attentat à la voiture piégée fait 11 morts et 19 blessés à Jbala au sud de Bagdad.
  • 10 juillet :
    • Un attentat suicide à Bagdad fait 22 morts et au moins 42 blessés devant un centre de recrutement de l'armée. Le kamikaze s'est introduit dans la foule.
    • Un attentat à la voiture piégée à Kirkouk fait 3 morts et 10 blessés.
    • Un kamikaze se fait exploser à Mossoul, tuant 4 policiers et en blessant 3 autres.
    • Deux attentats suicides à la voiture piégée tuent au moins 7 douaniers le long de la frontière syrienne.
  • 11 juillet :
    • Une attaque à la mitrailleuse et aux mortiers tue 12 soldats irakiens et fait 3 blessés, à Khalis au nord de Bagdad.
    • L'explosion d'une voiture piégée tue 2 soldats irakiens et fait 1 blessé.
  • 12 juillet : un attentat à la voiture piégée à Kirkouk fait 3 morts et 15 blessés.
  • 13 juillet : un attentat à la voiture piégée tue 32 personnes, dont 31 enfants, et fait au moins 67 blessés.
  • 15 juillet : une série de 10 attentats suicides à la voiture piégée fait au moins 30 morts et 111 blessés à Bagdad et dans le nord du pays. Ces attaques visent les forces armées irakiennes. Elles font suite à l'échec de trois opérations-suicides devant l'entrée de la "Zone Verte" sécurisée où se trouvent les administrations irakiennes et les principales ambassades. Paris a fermement condamné ces violences.
  • 16 juillet : un kamikaze fait exploser un camion-citerne rempli de gaz, près d'une mosquée chiite à Moussayib, au sud de Bagdad. Le bilan fait état d'au moins 98 personnes tuées[3] et 134 blessés.
  • 17 juillet : deux attentats à la voiture piégée à Bagdad font 16 morts et 17 blessés.
  • 18 juillet : 18 morts au cours d'attentats dans toute l'Irak.
  • 19 juillet : double attentats à Mossoul faisant 7 morts.
  • 20 juillet : 6 morts et 25 blessés dans un attentat suicide à Bagdad.
  • 24 juillet : un kamikaze au volant d'un camion contenant 220 kg d'explosifs fait sauter sa charge près d'un commissariat de police de l'est de Bagdad, faisant 40 morts.
  • 25 juillet :
    • Double attentat à la voiture piégée à Bagdad, qui fait 14 morts et 30 blessés.
    • Quatre membres d'une même famille sont abattus alors qu'ils faisaient de l'auto-stop à 95 kilomètres au nord de Bagdad.
  • 26 juillet : 4 soldats américains meurent lorsque leur véhicule saute sur une mine au sud-ouest de Bagdad.
  • 27 juillet :
    • un attentat suicide fait 5 morts et 10 blessés, à l'entrée de l'hôpital de Bagdad.
    • deux diplomates algériens sont assassinés.
  • 28 juillet :
  • deux soldats américains meurent en patrouille.
  • six soldats irakiens meurent dans 4 attaques simultanées près de Baqouba.
  • 29 juillet :
    • deux marines américains meurent dans l'Ouest du pays.
    • les forces américaines disent avoir tué 9 rebelles près de Bagdad.
    • 40 morts et 57 blessés, nouvelles recrues de l'armée, meurent dans un attentat-suicide près de Mossoul.
  • 30 juillet : 22 Irakiens, 2 Britanniques et 5 soldats américains meurent dans une série d'attentats.
  • 31 juillet : 5 morts et 10 blessés lors de l'explosion d'une voiture près d'Hadita.

Août[modifier | modifier le code]

  • 1er août : 12 cadavres, pour certains décapités, sont découverts au sud de Bagdad.
  • 2 août :
    • un attentat à la voiture piégée visant un convoi américain fait plusieurs morts et 29 blessés.
    • cinq civils sont tués dans l’embuscade de leur véhicule à l'ouest de Bagdad.
    • le chef du commissariat d'Abou Ghraïb est abattu dans sa voiture.
    • une voiture piégée explose à Bakouba, tuant un enfant et blessant 8 policiers.
    • le directeur de l'hôpital Khalous à Bakouba est abattu.
    • les soldats américains ouvrent le feu sur un camion citerne, tuant un Irakien et faisant deux blessés.
    • l'armée américaine annonce la mort de 7 soldats dans la vallée de l'Euphrate.
    • attentat suicide à Mossoul faisant 6 morts.
  • 3 août : 14 marines et leur traducteur meurent à l'ouest de Bagdad.
  • 6 août :
    • l'armée américaine abat un kamikaze avant qu'il n'ai le temps de projeter son véhicule piégé. Les tirs blessent trois civils irakiens.
    • dans la province de Balil, un kamikaze fait exploser sa voiture piégée contre un poste de police, tuant 2 soldats irakiens et blessant deux autres.
  • 7 août :
    • un attentat à la voiture piégée contre un commissariat fait 5 morts et blessés à Tikrit.
    • la police irakienne tire sur la foule à Samaoua, tuant une personne.
    • un marine est tué lors de l'explosion d'une voiture piégée près de Falloujah.
  • 9 août : un marine est tué à Bagdad.
  • 10 août :
    • Six soldats américains sont tués et six autres blessés dans des attaques insurgées près de Baïdji dans le Nord du pays.
    • l'explosion d'une voiture piégée à l'ouest de Bagdad tue sept Irakiens.
  • 12 août :
    • un soldat américain est tué lors d'une attaque à la bombe.
    • une explosion près d'une mosquée à l'ouest de Bagdad tue 4 personnes et fait au moins 19 blessés.
  • 13 août : 10 personnes meurent dans différentes attaques à la bombe et fusillades.
  • 14 août : 6 soldats américains meurent dans trois attentats à la bombe.
  • 15 août : un attentat suicide dans un restaurant de Bagdad fait 11 blessés.
  • 17 août : triple attentat à la voiture piégée à Bagdad, faisant 43 morts et 88 blessés.
  • 30 août : Bousculade sur un pont à Bagdad, durant le pèlerinage pour la commémoration de l’anniversaire de la mort de l’imam Moussa Al-Kazem : 965 civils meurent et 815 sont blessés. Jour de deuil national décrété.

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 2 septembre : deux soldats américains meurent à Bagdad et un soldat à Iskandariyah.
  • 3 septembre : 17 soldats irakiens sont tués vers Bakouba.
  • 5 septembre : une trentaine d'hommes armés attaquent le ministère de l'Intérieur à Bagdad, tuant deux policiers et en blessant cinq.
  • 6 septembre : 3 soldats américains sont tués par l'explosion de bombes.
  • 7 septembre : l'explosion d'une voiture piégée fait 16 morts et 20 blessés à Bassorah.
  • 12 septembre :
    • 157 rebelles sont tués durant l'assaut de la ville de Tall Afar. 291 autres sont capturés.
    • un attentat à la voiture piégée à Bagdad fait 2 morts et 17 blessés.
  • 14 septembre : "mercredi sanglant" : près de 114 personnes meurent et 156 sont blessées[3] dans 11 attentats-suicides perpétrés par les islamistes d'Abou Moussab Al-Zarkaoui. Ce dernier a proclamé une guerre totale contre les musulmans chiites qui représentent la majorité de la population irakienne. Pendant ce temps, les forces américano-irakiennes combattent des rebelles dans les villes sunnites du nord du pays (opération "Restoring the rights"). Il a utilisé le terme péjoratif de "Rafidha" pour désignant les musulmans chiites.
  • 17 septembre : Un attentat à la voiture piégée vise la communauté chiite sur le marché de Nahrawân à Bagdad. 30 Irakiens meurent et 38 autres sont blessés.
  • 18 septembre :
    • un député kurde est abattu au nord de Bagdad.
    • 20 cadavres sont découverts dans une rivière au nord de Bagdad.
  • 19 septembre : un journaliste irakien du New York Times est tué à Bassora.
  • 20 septembre : 9 américains, dont 5 soldats, sont tués près de Bagdad.
  • 21 septembre : une bataille entre forces irakiennes et insurgés fait 8 morts dans le quartier de Mansour à Bagdad.
  • 22 septembre : l'explosion d'une bombe artisanale à Bagdad tue un soldat américain et en blesse six autres.
  • 23 septembre : six personnes meurent dans l'explosion d'une bombe posée dans un minibus à Bagdad.
  • 24 septembre : un attentat suicide à la voiture piégée tue deux soldats irakiens.
  • 25 septembre : des attentats suicides à Bagdad, Hilla et Moussayyib font 23 morts et une vingtaine de blessés.
  • 26 septembre : un attentat suicide contre le ministère du pétrole fait une vingtaine de morts.
  • 27 septembre : le numéro 2 du réseau Al-Qaïda, Abou Azzam, est tué en Irak, pendant qu'un attentat suicide a Bakouba tue 10 personnes.
  • 28 septembre : après le siège de Tall Afar, la première femme kamikaze irakienne se fait exploser à Tall Afar, devant un centre de recrutement de la police.
  • 29 septembre : un triple attentat suicide à Balad fait 85 morts, dont 22 enfants et 35 femmes.
  • 30 septembre : un attentat à la voiture piégée fait 10 morts et 38 blessés à Hilla, capitale de la province de Babil.

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 1er octobre : une vaste opération militaire est lancé à l'Ouest de l'Irak. Elle a pour but la réussite du référendum sur la constitution prévu le 15 octobre.
  • 7 octobre : Le bilan humain pour l'US Army approche les 2000 morts et 14 500 blessés. Le Pentagone investit plus de 14 millions de $ dans la recherche sur les prothèses, afin de permettre à un maximum de blessés de revenir au combat.
  • 9 octobre : un attentat à la voiture piégée tue un enfant à Bassorah et blesse 6 personnes.
  • 10 octobre : un convoi de la Ligue arabe est attaqué dans Bagdad, 3 policiers de l'escorte sont tués.
  • 11 octobre : Une série d'attaques suicides, d'attentats à la bombe et de fusillades fait 53 morts et de nombreux blessés dans l'ensemble du pays. La principale action, un attentat-suicide sur le marché de Tall Afar, fait 30 victimes et 45 blessés. Cette flambée de violence intervient avant le référendum du 15 octobre sur la nouvelle constitution irakienne. Dans ce cadre de violence, le gouvernement provisoire ordonne la fermeture de l'aéroport international de Bagdad, l'interdiction de la circulation automobile et la fermeture des administrations le jour du scrutin, ainsi qu'un couvre-feu de nuit.
  • 12 octobre : Un attentat-suicide fait 30 morts et 35 blessés dans un centre de recrutement de l'armée à Tall Afar au Nord-Ouest du pays, au lendemain d'un autre attentat-suicide sur le marché de cette ville et qui avait fait le même nombre de victimes. Six personnes sont également tuées lors de fusillades à Bagdad.
  • 15 octobre : 5 soldats américains sont tués près de Ramadi, marquant l'ouverture du vote pour la constitution irakienne.
  • 18 octobre : le parti Baas appelle à la violence contre les forces américaines. Ce communiqué intervient la veille de l'ouverture du procès de Saddam Hussein.
  • 19 octobre : 19 Irakiens meurent à travers tous le pays, tous kurdes ou chiites.
  • 20 octobre : 3 marines américains sont été tués dans l'explosion d'une bombe dans l'Ouest de l'Irak.
  • 21 octobre : un avocat d'un coaccusé de Saddam Hussein, enlevé la veille, est retrouvé mort.
  • 23 octobre : trois attentats à la voiture piégée et plusieurs bombes visent des soldats américains et les forces de sécurité irakiennes à Bagdad, ainsi qu'à Kirkouk, faisant 8 morts et des dizaines de blessés.
  • 24 octobre : triple attentat suicide à Bagdad contre des hôtels fréquentés par des journalistes, qui fait 15 morts.
  • 25 octobre : des attentats à la voiture piégée font 13 morts à Souleimania, dans le Kurdistan irakien.
  • 27 octobre : des miliciens chiites et insurgés sunnites s'opposent au sud est de Bagdad. Ces affrontements font 23 morts, dont 2 policiers.
  • 29 octobre : l'explosion d'une bombe près de Kirkouk tue deux policiers irakiens et en blesse trois autres.
  • 31 octobre :
    • au moins vingt civils meurent et 45 sont blessés par une voiture piégée à Bassora, dans une centre commercial récemment inauguré.
    • 6 militaires américains sont tués par l'explosion de deux bombes au passage de leurs patrouilles.

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 1er novembre : le général de la police irakienne Khattab Abdallah Areb est la cible d'un attentat à la ceinture pigée à Kirkouk. L'auteur de l'attentat est un enfant d'une dizaine d'années.
  • 2 novembre :
    • 2 soldats américains meurent dans l'accident de leur hélicoptère près de Bagdad.
    • un attentat à la voiture piégée contre une mosquée de Moussayeb fait 23 morts et 46 blessés.
  • 4 novembre : 15 irakiens trouvent la mort lors d'attaque rebelles pendant la fête du Fitr.
  • 5 novembre :
    • 3 soldats américains trouvent la mort lors d'attaques à Bagdad.
    • les forces américaines et irakiennes lancent une vaste offensive nommée "Rideau de fer", près de la frontière syrienne.
  • 7 novembre :
    • 36 rebelles (dont 2 chefs du réseau Al-Qaïda) et un marine meurent à la frontière syrienne.
    • 4 militaires américains meurent dans un attentat suicide à la voiture piégée à Bagdad.
  • 8 novembre : un deuxième avocat de Saddam Hussein est assassiné.
  • 9 novembre : un double attentat à la voiture piégée fait au moins 6 morts à Bagdad.
  • 10 novembre :
    • un double attentat suicide près d'un restaurant de Bagdad fait 33 morts et 19 blessés.
    • un attentat suicide à la voiture piégée fait 20 morts et 2 blessés dans un centre de recrutement de l'armée près de Tikrit.
    • un charnier contenant 27 corps d'Irakiens est découvert entre la ville de Kut et la frontière iranienne. Ils ont été exécutés et ont eu les mains attachées.
  • 11 novembre : Un communiqué pour l'heure non authentifié du Parti Bass annonce le décès de Ezzat Ibrahim Al-Duri, l'ancien no 2 du régime de Saddam Hussein, le deuxième homme le plus recherché d'Irak pour avoir organisé la guérilla sunnite.
  • 12 novembre : 1re visite du secrétaire générale de l'ONU, Kofi Annan, à Bagdad depuis la chute du régime Bassiste.
  • 14 novembre : 3 attaques à la bombe font 11 morts.
  • 18 novembre : 2 attentats-suicides tuent 74 fidèles[3] dans deux mosquées chi'ites de Khanaqin.
  • 19 novembre :
    • un attentat fait 35 morts et une cinquantaine de blessés lors des obsèques d'un dignitaire chiite.
    • 5 militaires américains sont tués lors d'une attaque à la bombe près de Baïdji.
    • 15 civils irakiens auraient été tués par des marines près de la ville de Haditha, dans l’Ouest de l'Irak, après que leur véhicule eut été atteint par une bombe[4].
  • 20 novembre :
    • Réunion interirakienne au siège de la Ligue arabe au Caire d’une centaine de représentants de divers groupes ethniques et religieux qui ont entamé une réunion de trois jours dans le but de progresser vers une réconciliation. Un accord pour la libération des prisonniers irakiens détenus sans inculpation, et d'un retrait progressif de l'armée des États-Unis d'Amérique[5].
    • 8 membres d'une cellule d'Al-Qaeda sont abattus par les forces américaines ou se suicident à Mossoul.
  • 21 novembre :
    • Un accord est obtenu sur une conférence de réconciliation nationale, qui doit être organisée en février 2006. Les dirigeants irakiens conviennent également qu'un calendrier devrait être fixé pour le retrait des troupes étrangères, et qu'une distinction doit être faite entre la résistance, droit légitime de tous les peuples, et le terrorisme, qui doit être condamné. L'organisation Al-Qaïda en Irak du Jordanien Abou Moussab Zarkaoui dénonce la conférence et ses participants[6],[7].
  • 22 novembre :
    • Attentat suicide à Kirkouk, 21 morts[8]
    • 16 Irakiens sont tués dans un attentat-suicide à Bagdad[9]
    • Un obus de mortier tombe près d'une cérémonie officielle irako-américaine à Tikrit. L'obus n'explose pas, aucun blessé[10].
  • 24 novembre : un attentat à la voiture piégée fait 30 morts et 40 blessés au nord de Bagdad.
  • 26 novembre :
    • Au Caire, les représentants des factions irakiennes se réunissent pour plusieurs jours et poursuivent leurs travaux qui visent à réintégrer les sunnites dans le jeu politique et à isoler les insurgés, pour préparer une grande conférence de réconciliation nationale en Irak à une date à déterminer.
    • 16 civils sont tués dans deux attentats à la voiture piégée à Samarra et à Bagdad.
  • 27 novembre : 4 humanitaires, dont deux Canadiens, un Britannique et un Américain, sont enlevés.
  • 28 novembre : Iyad Alizi et Ali Hussein, deux dirigeants politiques sunnites, sont tués avec leurs gardes du corps dans l'Ouest de Bagdad.
  • 29 novembre :
    • une archéologue allemande et son chauffeur sont enlevés. Leurs ravisseurs menacent leurs vies si le gouvernement allemand ne cesse pas sa coopération avec le gouvernement irakien.
    • un mufti sunnite est abattu à Fallouja devant sa mosquée.
  • 30 novembre : des hommes armés et cagoulés ouvrent le feu sur un minibus à Bakouba, faisant 9 morts.

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 1er décembre : des centaines d'activistes attaquent à l'arme lourde une base militaire américaine près de Ramadi.
  • 2 décembre : 10 soldats américains sont tués à Falloujah dans un attentat à la bombe.
  • 3 décembre : 19 militaires irakiens meurent dans une embuscade dans la région d'Adhaim.
  • 4 décembre : 3 civils sont tués dans un attentat à la bombe à Bagdad.
  • 5 décembre : un ingénieur français est enlevé.
  • 6 décembre :
    • un attentat suicide contre l'académie de police fait 43 morts et 73 blessés.
    • un attentat suicide devant un café à Bagdad fait 3 morts.
    • un consultant américain est enlevé en Irak.
  • 8 décembre :
    • un attentat suicide dans un bus à Bagdad fait 30 morts et 40 blessés.
    • un des otages américains aurait été assassiné.
  • 10 décembre : 4 soldats américains sont tués ce jour dans toute l'Irak.
  • 11 décembre : La guérilla baassiste demande aux chi'ites irakiens d'aller voter lors des élections législatives et se proposent même d'aller défendre les bureaux de votes contre les attaques kamikazes d'Al-Qaïda[11].
  • 13 décembre : 4 soldats américains sont tués par l'explosion d'une bombe au passage de leur patrouille au nord-ouest de Bagdad.
  • 19 décembre : 3 attentats à la bombe ont eu lieu dans les villes de Bagdad, Bassorah et Mikladiya.
  • 23 décembre :
    • un attentat suicide contre une mosquée du nord-est de Bagdad fait 10 morts et 4 blessés.
    • un groupe de 6 Soudanais, dont un membre de l'ambassade du Soudan, est enlevé à Bagdad.
  • 25 décembre : deux soldats américains meurent à la suite de l'explosion d'une bombe artisanale à Bagdad.
  • 26 décembre : 5 attentats par voitures piégées font 19 morts et une quinzaine de blessés.
  • 28 décembre :
    • au moins 9 personnes meurent dans la tentative d'évasion d'une prison de haute sécurité de Bagdad.
    • le rapt de l'ingénieur français Bernard Planche est revendiqué par un groupe inconnu.
  • 29 décembre : 18 irakiens meurent dans deux attaques, dont 14 chiites.

2006[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

La Mosquée d'Or après un premier attentat le 22 février 2006. Un autre attentat frappe ses deux minarets le 13 juin 2007. Ces actes déclencheront d'importantes violences interconfessionnelles.

Octobre[modifier | modifier le code]

L’Organisation de la conférence islamique (OCI) rédige le « document de La Mecque ». Signé par des dignitaires irakiens chiites et sunnites, le texte lance un appel à la fin des violences interconfessionnelles, à la libération de tous les otages et à la préservation de l’unité de l'Irak[12].

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 23 novembre : une série d'attentats et d'attaques à la mitrailleuse et au mortier fait au moins 200 morts[3] dans le quartier chiite de Sadr City. Une heure plus tard, des obus de mortier sont lancés sur le quartier sunnite d'Adhamiyah. Dans les jours qui suivent, les représailles des miliciens chiites font une cinquantaine de morts parmi les sunnites torturés, égorgés ou abattus[3].

2007[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 20 janvier
    • Diyala : Un hélicoptère de l'armée américaine s'écrase au nord-est de Bagdad, ses 12 occupants périssent. On ne connaît pas les causes de l'accident.
    • Kerbala : 9 soldats américains sont tués et 3 blessés par des miliciens.
  • 21 janvier :
    • Bagdad : L'explosion d'une bombe à bord d'un bus fait 6 morts et 15 blessés.
    • Bassorah : 1 soldat britannique tué et 4 autres blessés dans des combats.
  • 22 janvier :
    • Bagdad : Un double attentat à la voiture piégée fait 88 morts et 160 blessés dans le centre ville.
    • Bakouba : 15 personnes tuées et 40 blessées dans l'explosion d'une bombe sur un marché.
  • 28 janvier :
    • Kirkouk : Au moins seize personnes sont tuées et 30 blessées au cours de deux attentats à la voiture piégée.
    • Plus de 200 miliciens d'une secte chiite messianique sont tués, 200 autres blessés et 600 personnes (dont femmes et enfants) détenus, après des combats qui les ont opposés au nord de Najaf aux forces irakiennes, soutenues par les Américains. Une partie des prisonniers est libérée à la suite de leur disculpation quant à leur appartenance à cette milice.
  • 30 janvier - Anbâr : 5 soldats américains sont tués au combat dans ce fief insurgé à l'ouest de Bagdad.
  • 31 janvier :
    • 8 civils sont tués et 21 blessés à Bagdad, lors des explosions de 3 voitures piégées. De plus, 4 habitants du quartier sunnite d'Adhamiyah sont tués et 20 blessés par des obus de mortier. Les corps de quatre universitaires, enlevés le 28, sont retrouvés, assassinés.
    • Ezzi (environ 100 km au nord-est de Bagdad): un camion citerne conduit par un kamikaze a explosé, blessant 12 soldats dont 6 grièvement.
    • Mossoul : une voiture piégée explose au passage d'une patrouille de police, tuant un policier et en blessant trois autres.
    • Kirkouk : une bombe explose au passage d'une patrouille de l'armée irakienne, tuant un soldat et en blessant deux autres.
    • Saouira : 4 policiers sont blessés par l'explosion d'une bombe. Les corps de trois personnes non identifiées, tuées par balles, sont aussi découverts.

Février[modifier | modifier le code]

  • 1er février :
    • Hilla (120 km au sud de Bagdad): Deux kamikazes se font exploser en fin d'après-midi dans un marché, faisant 57 morts et 138 blessés parmi la population.
    • Bagdad : Des attaques sporadiques (au mortier et au minibus et à la voiture piégés) provoquent la mort de 20 personnes. Les bilans font aussi état de 28 blessés.
  • 3 février :
    • Bagdad : Attentat suicide au camion piégé dans un marché de Bagdad. Le premier ministre iraquien attribue cette action aux sunnites extrémistes. Bilan : 135 morts au moins, et plus de 305 blessés. Sous la violence de l'explosion (1 tonne d'explosifs) des bâtiments s'écroulent.
    • Kirkouk : Dans la nuit, la cité pétrolière du Nord de l'Irak connaît 11 attaques terroristes, qui provoquent la mort de 11 personnes et 37 blessés.
  • 4 février - Bagdad : Au moins onze personnes sont tuées, dont quatre policiers, au cours de quatre attentats et d'une fusillade dans différents quartiers de la capitale irakienne.

Août[modifier | modifier le code]

2008[modifier | modifier le code]

  • 23 mars 2008: Abdallah al-Ajmi, ex-détenu koweïtien de Guantanamo (arrêté en décembre 2001 à l'âge de 23 ans, alors qu'il était petit soldat pour les forces talibanes), meurt dans un attentat-suicide près de Mossoul (13 soldats irakiens morts et 42 autres blessés) [13].

2009[modifier | modifier le code]

  • 18 janvier 2009 : attentat-suicide à Kaiyara, au sud de Mossoul, qui tue Hassan Zaidan al Lihebi, le no 2 du Front du dialogue national, un parti sunnite[14].
  • 9 février 2009: attentat-suicide près de Mossoul, qui tue 4 soldats américains (selon la Force multinationale)[15]. C'est l'attaque la plus meurtrière pour les forces américaines depuis le début de l'année 2009[16].
  • mai 2009 : Le ministère de la Santé irakien annonce que 134 Irakiens ont été tués en mai 2009, soit le chiffre le plus bas jusqu'ici depuis l'invasion de 2003, et le porte-parole de l'armée américaine en Irak annonce que 13 attaques importantes ont eu lieu [Quand ?][17].
  • 21 juin 2009 : attentat-suicide à Taza, région turcomane, près de Kirkouk. 72 morts et plus de 200 blessés. Attentat le plus meurtrier en Irak depuis 18 mois[18].
  • 10 août 2009 : triple attentat à Mossoul et Bagdad. Deux camions piégés explosent dans le village de Khaznan, faisant 25 tués et 70 blessés. Deux voitures piégées explosent à Bagdad à deux endroits différents, faisant 16 tués et 81 blessés. Le bilan total est moins important que les attentats précédents, mais déjà très lourd : 41 tués et 151 blessés.
  • 19 août 2009 : Sextuple attentat à Bagdad, qui fait 95 morts et plus de 550 blessés : c'est l'attentat le plus grave à Bagdad depuis le 1er février 2008, deux des bombes étant posées devant les ministères irakiens des Finances et des Affaires étrangères, au cœur de la zone verte[19]. Les autorités irakiennes accusent d'abord des hauts responsables du Parti Baas en exil en Syrie, mais Al-Qaïda en Irak (l'État islamique d'Irak) revendique le 25 août les attentats[20]. Le premier ministre Nouri al-Maliki limoge à la suite de ces attaques près de 12 000 fonctionnaires de l’Intérieur et de la Défense, soupçonnés d’accointances avec les réseaux baasistes[21].
  • 24 août 2009 : deux minibus explosent près de Kout, dans le Sud de l'Irak (région majoritairement chiite), et font au moins 11 morts[22].
  • 25 octobre 2009 : un double attentat fait 155 morts et 500 blessés à Bagdad, le plus meurtrier en Irak depuis deux ans[23],[24],[25].

2010[modifier | modifier le code]

  • 1er février 2010 : 41 tués et une centaine de blessés dans un attentat-suicide contre des pèlerins chiites à Bagdad.
  • 4 février 2010 : environ 20 pèlerins chiites tués dans un attentat.
  • 5 février 2010 : 31 morts et 95 blessés à Kerbala dans un double attentat contre des pèlerins[26].
  • 13 février 2010 : 5 attentats à la bombe contre des permanences électorales de 5 partis laïcs font 8 blessés[27].
  • 10 mai 2010 : Environ 60 attaques d'Al-Qaïda font au moins 110 morts et 500 bléssés parmi la population civile et les forces de sécurité dans plusieurs villes d'Irak. C'est la vague d'attentats la plus importante depuis 2007[28].
  • 31 octobre 2010: La veille de la Toussaint, une prise d'otage dans la cathédrale de Bagdad se transforme en véritable bain de sang. 46 fidèles sont tués dans ce "carnage", dont 5 femmes, 7 enfants et 2 prêtres. Al Qaida revendique cet attentat.

2011[modifier | modifier le code]

  • 15 août 2011 : 74 morts et 200 blessés dans une vague d'attentats dans 17 villes[29].
  • 28 octobre 2011 : 32 morts et 70 blessés dans le nord de Bagdad[30].
  • Novembre : 187 morts dans les violences[31]..
  • 22 décembre 2011 : Au moins 63 morts et 185 blessés dans 10 attentats à Bagdad.

2012[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guerre civile irakienne.

2013[modifier | modifier le code]

  • 3 janvier 2013 : un attentat à la bombe à Musayyib tue 28 pèlerins chiites et en blesse 60 autres, alors qu'ils retournaient à Kerbala[40].
  • 22-23 janvier 2013 : une vague d'attentats à Bagdad fait 26 tués et 58 blessés.
  • 4 mars 2013 : embuscade d'Akachat contre un convoi de l'armée syrienne défendu par des soldats irakiens.
  • 19 mars 2013 : une série d'attaques coordonnées contre des civils chiites fait 98 morts et 240 blessés à Bagdad et dans les autres villes du nord du pays. L'Émirat islamique d'Irak revendique les attaques[41].
  • 15 mai 2013 : des insurgés attaquent neuf magasins d'alcool dans l'ouest de Bagdad, tuant 12 personnes[42].
  • 15 mai 2013 : 33 personnes, dont 3 officiers de police, sont tuées dans les quartiers chiites de Bagdad[43].
  • 16 mai 2013 : des attentats à la voiture piégée à Bagdad font 17 tués[44].
  • 17 mai 2013 : plusieurs attentats à la bombe visant des sunnites font au moins 76 morts à travers le pays[45].
  • 20 mai 2013/21 mai 2013 : une vague d'attaques et d'attentat fait au moins 89 morts, dont 24 policiers, à travers le pays[46].
  • 27 mai 2013 : une série d'attaques coordonnées à travers le pays fait 71 morts et plus de 220 blessés[47].
  • 1er juin 2013 : les autorités irakiennes annoncent avoir déjoué une tentative par Al Qaïda d'utiliser des armes chimiques[48].
  • 6 juin 2013 : des hommes armés attaquent un bus dans la province d'Al-Anbar, tuant 13 policiers et 5 civils irakiens[49].
  • 7 juin 2013 : deux attentats-suicides font 19 morts à Bagdad[50].
  • 16 juin 2013 : une série d'attentats à la voiture piégée dans le centre et le sud du pays font 20 morts[51].
  • 18 juin 2013 : deux attentats-suicides font 31 morts et 60 blessés dans le district d'al-Qahira à Bagdad[52].
  • octobre 2013 : Les violences ont fait un total de 964 personnes tuées. 855 civils, 65 policiers et 44 soldats ont été tués, selon des chiffres compilés par les autorités irakiennes. Il s'agit du mois le plus meurtrier depuis 2008[53].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (étude d'octobre 2005)
  2. Communiqué de Iraq Body Count face aux allégations du Lancet
  3. a, b, c, d, e et f Patrice Claude, « Chiites et sunnites s'entre-tuent pour contrôler Bagdad », dans Le Monde du 25/11/2006, [lire en ligne]
  4. http://www.figaro.fr/international/20060320.WWW000000345_larmee_americaine_enquete_sur_le_deces_de_civils.html
  5. http://fr.news.yahoo.com/21112005/290/accord-sur-le-droit-a-la-resistance-a-la-conference.html
  6. http://www.french.xinhuanet.com/french/2005-11/22/content_185939.htm
  7. http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=9417&1937
  8. http://fr.news.yahoo.com/22112005/5/attentat-suicide-kirkouk-21-morts.html
  9. http://fr.news.yahoo.com/22112005/202/seize-irakiens-tues-dans-un-attentat-suicide-au-nord-de.html
  10. http://fr.news.yahoo.com/22112005/5/un-obus-de-mortier-explose-lors-d-une-ceremonie-officielle.html
  11. http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=10684
  12. « Chiites et sunnites unis contre les violences », dans Le Figaro du 21/10/2006, [lire en ligne]
  13. Rajiv Chandrasekaran, From Captive To Suicide Bomber, The Washington Post, 21 février 2009 (publié dans l'édition du dimanche 22 février 2009, page AO1)
  14. Le numéro deux d'un parti sunnite tué par un kamikaze en Irak, Reuters sur Le Point, 18 janvier 2009
  15. Irak: Quatre soldats américains tués dans un attentat-suicide, AFP sur Le Monde, 9 février 2009
  16. Quatre soldats américains tués dans un attentat en Irak, Reuters sur Le Point, 9 février 2009
  17. Les pertes civiles en Irak au plus bas depuis l'invasion, L'Express, 1er juin 2009.
  18. Irak : 72 morts dans l'attentat suicide le plus meurtrier depuis 15 mois , 24 heures avec l’AFP, 21 juin 2009.
  19. Une série d'attentats sanglants à Bagdad, Europe 1, 19 août 2009.
  20. Al-Qaïda revendique les attentats de Bagdad, Europe 1, 25 août 2009.
  21. La purge de Nouri al-Maliki a échoué, Intelligence On Line, no 604, 29 octobre 2009
  22. Attentats contre des minibus en Irak, au moins 11 morts, dépêche Reuters sur le site du Monde, 24 août 2009.
  23. (en) « Baghdad bomb fatalities pass 150 », sur BBC News,‎ 26 octobre 2009 (consulté le 26 octobre 2009)
  24. « Après le double attentat qui a secoué Bagdad, M.Maliki accuse Al-Qaida », sur lemonde.fr,‎ 25 octobre 2009 (consulté le 26 octobre 2009)
  25. « Attentats en Irak : les services de sécurité mis en état d'alerte », sur fr.rian.ru,‎ 26 octobre 2009 (consulté le 26 octobre 2009)
  26. Un attentat fait 31 morts et 95 blessés à Kerbala en Irak,Le Point, 5 février 2010
  27. rak: attentats contre cinq partis laïcs, dépeche AFP, Le Figaro, 13 février 2010
  28. (fr) Attentats en Irak: Al-Qaïda pointé du doigt, la sécurité sur la sellette, Amam Karim, AFP
  29. Dix villes irakiennes frappées simultanément par des attentats
  30. Irak - Attentats à Bagdad (28 octobre 2011)
  31. « Irak : première vague d'attentats d'envergure depuis le retrait des GI's », sur TF1,‎ 22 décembre 2011 (consulté le 22 décembre 2011)
  32. Irak : série d'attentats à la voiture piégée
  33. En Irak, une vaste série d'attentats fait 107 morts
  34. (fr) french.news.cn/monde/2012-08/17/c_131790575.html
  35. (fr) news.fr.msn.com/m6.../irak-10-morts-dans-des-attaques
  36. (en) Explosions kill 58 in Iraq, French consulate hit, Reuters, 9 septembre 2012
  37. (en) Death Sentence for a Top Iraqi Leader in a Day of Bloodshed, The New York Times, 9 septembre 2012
  38. (en) Many dead in attacks on Iraqi security forces, BBC News, 9 septembre 2012
  39. (en) Many killed in string of Iraq attacks, Al Jazeera, 30 septembre 2012
  40. 32 Pilgrims Are Killed by Bombings in Central Iraq, The New York Times, 3 janvier 2013
  41. Iraq Invasion Anniversary Carnage: 98 Killed, over 240 Wounded, Antiwar, 19 mars 2013
  42. Deadly attacks target Iraq liquor stores, Al Jazeera, 14 mai 2013
  43. Bombs kill more than 35 people across Iraq, Reuters, 15 mai 2013
  44. Car bombs, shooting in Iraq leave 17 dead, USA TODAY, 16 mai 2013
  45. (en) Blasts targeting Sunnis kill 76 in Iraq, Times of India, 18 mai 2013
  46. Vague sanglante d'attentats en Irak, Le Figaro, 21 mai 2013
  47. (en) Iraq Carnage Leaves 81 Killed, 246 Wounded, Antiwar, 27 mai 2013
  48. (en) Iraq uncovers al-Qaeda 'chemical weapons plot', BBC News, 1er juin 2013
  49. (en) Gunmen ambush bus, kill 15 passengers in Iraqi desert, Reuters, 5 juin 2013
  50. (en) Newsday, 7 juin 2013
  51. (en) Iraq car bombings: Attacks hit mainly Shia cities, BBC News, 16 juin 2013
  52. (en) Iraq violence: Deadly suicide bomb attacks hit Baghdad, BBC News, 18 juin 2013
  53. AFP, « Irak: octobre, le mois le plus meurtrier depuis 2008 », sur Libération,‎ 1er novembre 2013 (consulté le 1er novembre 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]