Attaque des champs pétrolifères d'Abole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attaque du site pétrolier d'Abole
Image illustrative de l'article Attaque des champs pétrolifères d'Abole
Carte de l'Éthiopie avec la région Somali en rouge

Localisation Abole, Région Somali, Éthiopie
Cible Site pétrolier d'Abole
Date 24 avril 2007
6:00 am (UTC+3)
Type Raid
Arme(s) Armes automatiques
Mort(s) 74
Organisation(s) Front national de libération de l'Ogaden
Mouvance indépendantisme

L'attaque des champs pétrolifères d'Abole est un raid qui s'est déroulé dans la matinée du 24 avril 2007 lorsque des hommes armés du Front national de libération de l'Ogaden (FNLO) a attaqué un site pétrolier chinois dans la ville d'Abole, 30 km au nord de Degehabur, dans la région Somali en Éthiopie. 74 personnes, dont neuf ouvriers chinois travaillant pour le groupe pétrolier chinois China Petroleum & Chemical Corporation (Sinopec), furent tuées[1].

Cette attaque a choqué la population et nombreux ont été ceux qui ont craint qu'elle ne dissuade les investisseurs étrangers de venir dans le pays. La plupart des éthiopiens tués lors de ce massacre étaient des ouvriers, des gardes ou des personnels administratifs. Certains membres de la sécurité éthiopiennes ont également été tués au cours de l'attaque surprise. Ce fut le plus important attentat commis par FNLO[2].

L'attaque d'Abole est survenus alors même que les forces armées éthiopiennes étaient impliquées dans des combats contre des insurgés somaliens à Mogadiscio[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Article détaillé : répression dans l'Ogaden (2007).

Réactions[modifier | modifier le code]

  • Flag of Ogaden National Liberation Front(2).svg Le Front national de libération de l'Ogaden revendiqua l'attaque et indiqua qu'il s'agissait de représailles contre la politique gouvernementale dans la région[1]. Le FNLO avait précédemment averti les compagnies pétrolières internationales de ne pas signer d'accords avec le gouvernement éthiopien pour l'exploitation des sites pétroliers du bassin de l'Ogaden[4].
  • Drapeau de l'Éthiopie Le premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, a dénoncé l'attaque comme étant un "meurtre de sang-froid"[5].
  • Drapeau de la République populaire de Chine Le gouvernement de la République populaire de Chine a condamné l'attaque par le biais du porte-parole du ministre des affaires étrangères chinois qui annonçait : "Le gouvernement chinois condamne fermement cette attaque armée atroce, et pleure pour les chinois et éthiopiens victimes et exprime sa profonde sympathie à leurs familles ainsi qu'à ceux qui ont été blessés au cours de l'attaque"[6].
  • Drapeau du Royaume-Uni Au Royaume-Uni, le secrétaire d'État du Foreign and Commonwealth Office, Lord David Triesman, a dénoncé le "massacre aveugle d'innocents éthiopiens et chinois qui étaient des travailleurs sur le site d'exploitation pétrolière"[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]