Atmosphère de la Lune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Atmosphère de la Lune
Image illustrative de l'article Atmosphère de la Lune
Diffusion des rayons crépusculaires sur la Lune esquissée par les astronautes mission Apollo 17.
Informations générales
Composition volumétrique
Argon Ar 40 000 atomes par centimètre cube
Hélium He 2500-40 000 atomes par centimètre cube
Sodium Na 70 atomes par centimètre cube
Potassium K 17 atomes par centimètre cube
Hydrogène H moins de 17 atomes par centimètre cube

L’atmosphère de la Lune est extrêmement ténue et même insignifiante en comparaison de celle de la Terre. Sa densité n'excède pas le cent millionième de celle de la Terre, au niveau de la mer. En pratique, la Lune peut quasiment toujours être considérée comme entourée par le vide.

Origines[modifier | modifier le code]

L'une des sources de l'atmosphère lunaire est le dégazage : la libération de gaz tel que le radon et l'hélium qui proviennent de la radioactivité de la croûte et du manteau lunaire. Une autre importante source est le bombardement de la surface lunaire par des micrométéorites, le vent solaire, et le rayonnement solaire dans un processus appelé pulvérisation cathodique[1]. Les gaz libérés par pulvérisation cathodique peuvent :

Composition[modifier | modifier le code]

Les éléments sodium (Na) et potassium (K) ont été détectés en utilisant les méthodes spectrométriques, là où les isotopes radon-22 et polonium-210 avaient été inférés selon les données obtenues par spectromètre de particule alpha de la mission Lunar Prospector[2]. De l'Argon-40, de l'helium-4, de l'oxygène et/ou du méthane (CH4), du gaz d'azote (N2) et/ou du monoxyde de carbone (CO), et du dioxyde de carbone (CO2) furent détectés par des détecteurs placés par les astronautes des missions Apollo[3].

Les quantités diurnes moyennes d'éléments présents dans l'atmosphère lunaire, en atomes par centimètre cube, sont :

  • Argon: 40000
  • Hélium: 2000-40000
  • Sodium: 70
  • Potassium: 17
  • Hydrogène: moins de 17

Cela correspond à un total d'environ 80000 atomes par centimètre cube, quantité marginalement supérieure à celle postulée dans l'atmosphère de Mercure[4]. Bien qu'excédant largement la densité du vent solaire, qui est limitée à quelques protons par centimètre cube, cela reste virtuellement un vide en comparaison de l'atmosphère terrestre.

En effet, la Lune est souvent considéré dépourvue d'atmosphère, car elle n'absorbe pas de quantité mesurable de radiations, elle ne se décompose pas en couches et ne circule pas à la surface de la Lune. Elle nécessite une constante reconstitution de son contenu étant donné le taux élevé de dissipation (échappement) de ses atomes dans l'espace (le vent solaire et la pulvérisation cathodique ne sont pas les sources primaires de l'atmosphère terrestre, ni d'aucune atmosphère stable connue à ce jour).

La Lune pourrait aussi avoir une « atmosphère » ténue de poussière en lévitation électrostatique.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lucey 2006
  2. Lawson et al. Belian
  3. Stern 1999
  4. Adapted from Stern, S.A. (1999) Rev. Geophys. 37, 453

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]