Atlantis (HSK 2)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Atlantis (croiseur))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atlantis.
Atlantis (HSK 2)
Image illustrative de l'article Atlantis (HSK 2)
Atlantis (HSK 2) en 1941

Autres noms Goldenfels
Histoire
A servi dans Pavillon de la Kriegsmarine Kriegsmarine
Lancement 1937
Armé 30 novembre 1939 (Kriegsmarine)
Statut coulé le 23 novembre 1941
Caractéristiques techniques
Type croiseur auxiliaire
Longueur 155 m
Maître-bau 18,7 m
Tirant d'eau 8,7 m
Déplacement 7 860 t
Propulsion 2 moteurs diesel 6 cylindres
1 chaudière
Puissance 7 600 cv
Vitesse 17.5 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
  • 2 x 1 canon de 150 mm
  • 1 canon de 76 mm
  • 2 x 2 canons AA de 37 mm
  • 2 x 2 canons AA de 20 mm
  • 4 tubes lance-torpilles de 533 mm
  • 92 mines
Aéronefs 2 Heinkel He 114
Rayon d'action 60 000 milles à 12 noeuds
(250 jours)
Autres caractéristiques
Équipage 349/351 hommes
Chantier naval Bremer Vulkan -Brême
Coordonnées 4° 12′ 00″ S 18° 42′ 00″ O / -4.2, -18.7 ()4° 12′ 00″ Sud 18° 42′ 00″ Ouest / -4.2, -18.7 ()  


L’Atlantis (HSK 2), connu aussi dans la Kriegsmarine comme Schiff 16 et dans la Royal Navy comme Raider-C, était un Hilfskreuzer, un croiseur auxiliaire allemand durant la Seconde Guerre mondiale.
Ancien navire de commerce, il avait été transformé en navire de guerre camouflé de la Kriegsmarine en novembre 1939. Il navigua plus de 161 000 km en 602 jours et coula ou captura 22 navires d'un tonnage total de 144 384 tonnes en Atlantique, dans l'océan Indien et le Pacifique.
L’Atlantis fut coulé le 21 novembre 1941 par le navire britannique HMS Devonshire dans l'Atlantique Sud mais son équipage put être secouru par un sous-marin allemand.

Le navire corsaire était commandé par le capitaine Bernhard Rogge (1899-1982), qui fut décoré des feuilles de chêne de la croix de fer.

Histoire du navire[modifier | modifier le code]

Le cargo Goldenfels fut construit aux chantiers Bremer Vulkan en 1937 et était la propriété de la Hansa Line à Brême. Fin 1939, il fut réquisitionné par la Kriegsmarine et transformé en navire de guerre par DeSchiMAG à Brême et mis en service comme navire corsaire en novembre 1939.

Atlantis était un navire de 155 m de long qui déplaçait 7 600 tonnes. Il avait une cheminée unique située au milieu du navire. Son équipage était de 349 hommes (21 officiers et 328 marins enrôlés). Le croiseur avait une fausse cheminée, différents mâts de hauteur variable et un stock de peinture, de toile et différents matériels afin de pouvoir modifier son apparence, jusqu'au habits de l'équipage et aux drapeaux. L’Atlantis était susceptible de prendre 26 silhouettes différentes.

Le 22 octobre 1940, il prit le cargo yougoslave Durmitor et amena sa prise au port de Warsheik (Somalie italienne). Le 8 novembre 1940, il s’empara du pétrolier norvégien Teddy. Sa plus belle prise fut sans doute le cargo britannique SS Automedon capturé le 11 novembre 1940 dans le Pacifique. Dans le coffre-fort du navire, les Allemands mirent la main sur le plan de défense britannique de Singapour, les codes de la marine marchande britannique et l’organigramme des forces armées britanniques en Extrême-Orient, qu'ils communiquèrent aux Japonais, ainsi que sur une cargaison de valeur : avions et automobiles en pièces détachées, whisky, cigarettes, produits médicaux, microscopes…

Le navire relâcha un temps aux îles Kerguelen où un de ses marins, le quartier-maître Bernahrd Herrmann, se tua accidentellement et fut enterré le 29 décembre 1940[1]

De tels navires corsaires n'attaquaient pas habituellement d'autres navires de guerre mais essayaient plutôt de couler des navires de commerce ennemis comme le faisaient les sous-marins allemands.

L'épopée de l’Atlantis fut portée à l'écran dans le film Sous dix drapeaux avec l'acteur Van Heflin dans le rôle de Bernhard Rogge.

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa tombe y existe toujours et le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge finance son entretien auprès de l'administration française.