Ateliers de construction du Nord de la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 24′ 26″ N 3° 39′ 44″ E / 50.407103, 3.662347 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ANF.

La société des Ateliers de construction du Nord de la France (ANF), est devenue, en 1989 une filiale du groupe canadien Bombardier.

Historique[modifier | modifier le code]

La société des Ateliers de construction du Nord de la France (ANF) est un constructeur ferroviaire français implanté à Crespin, près de Valenciennes. Filiale de la société anonyme Belge La Métallurgique qui l'a créée en 1882, elle construit du matériel ferroviaire et à ses débuts notamment les locomotives à vapeur Blanc-Misseron entre 1885 et 1945.

Article détaillé : Blanc-Misseron.

En 1989, la société devenue « ANF industries », deuxième fabricant ferroviaire français, est au bord de la faillite, confrontée à un problème financier récurrent. Elle est sauvée en étant rachetée par le constructeur canadien Bombardier, qui en fait une filiale européenne en pointe dans le domaine ferroviaire[1].

L'usine Bombardier du site de Crespin a notamment construit les Rames à Turbines à gaz RTG (Turbotrains) de 1972 à 1976 (44 unités),des voitures MS61, des voitures pour le Transmanche, des remorques de TGV et des Autorails. Le constructeur a aussi signé des contrats qui prévoient des productions sur le site de Crespin, notamment : une participation à la construction du MF 01, des rames Autorail à grande capacité AGC et Francilien NAT[2].

Article détaillé : Bombardier Transport.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bombardier Dossier de presse (Le site de Crespin : la réussite d'un intégrateur ferroviaire) : « Reprise des Ateliers du Nord de la France (ANF Industries) en 1989 par Bombardier [...] À cette époque, ANF industries est le deuxième constructeur ferroviaire français, mais éprouve de grandes difficultés. Elle est la propriété d’un pool bancaire, porteur des dettes contractées par l’entreprise. Durant cette période, l'entreprise compte un peu plus de 1 000 salariés dont l’emploi est menacé ».
  2. Site Francilien Bombardier, lien du 5 juillet 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bombardier, Le site de Crespin : la réussite d’un intégrateur ferroviaire, Dossier de presse, Salon des transports publics, Paris, 10-12 juin 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]