Atelier LWD

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

l'Atelier LWD est un atelier d'architecture dirigé par Guy Lagneau, Jean Dimitrijevic et Michel Weill, actif de 1952 à 1985.

Il prend aussi le nom d'Atelier d'études architecturales (ATEA), dont les associés sont Guy Lagneau, Michel Weill, Jean Dimitrijevic, Paul Cordoliani, Henri Coulomb (1927-2006), Renzo Moro (1933), Ivan Seifert (1926-2008). Il est à l'origine d'une grand nombre de bâtiments publics en France et en Afrique.

Historique[modifier | modifier le code]

Guy Lagneau (1915-1996), Michel Weill (1914-2001) se rencontrent au sein de l'atelier d'Auguste Perret à l'École nationale supérieure des beaux-arts créée en 1943. Ils participent avec leur maître aux chantiers de reconstruction du Havre à partir de 1946. Lagneau est particulièrement marqué par l'architecture scandinave, notamment en acier. Jean Dimitrijevic (1926-2010) rejoint leur agence dès 1947, suite à sa rencontre avec Guy Lagneau au sein de l'atelier que celui-ci dirige aux Beaux-arts. Il est diplômé en 1957 et complète sa formation au Massachusetts Institute of Technology en 1959. Il devient ensuite l'un des associés de l'atelier[1].

Ils créent ensemble un Atelier d'études architecturales (ATEA) auquel est associé un bureau d'étude, la Société d'études techniques et d'aménagements planifiés (SETAP). Ainsi, l'ATEA-SETAP s'engage dans de nombreuses opérations d'urbanisme en Afrique, notamment en Guinée en Mauritanie et au Sénégal. En parallèle, ils répondent à de nombreuses commandes publiques en France pour des musées, préfectures, et centres commerciaux. En parallèle, Lagneau participe à titre individuel à l'élaboration du Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région parisienne (SDAURP) entre 1962 et 1965, participant ainsi à la création des villes nouvelles.

L'agence collabore à de nombreuses reprises avec l'industriel Jean Prouvé dans la mise en œuvre de structures métalliques innovantes ou encore avec la designer Charlotte Perriand pour l'architecture intérieure.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Abram, sous la direction de Gérard Monnier, L'architecture moderne en France, tome 2 "Du chaos à la croissance 1940-1966", Paris, éd. Picard, pp. 303-304
  • Joseph Abram, "Le rêve du réel. Guy Lagneau, Michel Weill, Jean Dimitrijevic, Jean Prouvé et Charlotte Perriand : de la Maison du Sahara aux écoles du Cameroun", Faces, Genève, n° 37, automne 1995, pp. 48-54.

Ouvrages de Michel Weill

  • À quoi sert l'architecture ?, éd. Milan, 2001, 63 p. coll. "Les essentiels Milan" (ISBN 2-7459-0419-1)
  • " L'Urbanisme " ed. Milan, 1997, 64 p. coll. " Les Essentiels Milan " (ISBN 2-84113-590-X)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hommage à Jean Dimitrievic » par Florence Lipsky, Académie d'architecture, 8 novembre 2010
  2. « Cergy-Pontoise : le centre-ville », Urbanisme, n° 170, mai 1979, p. 40-45 [lire en ligne]