Astypalée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Astypalée (dème)
Astypalée
Αστυπάλαια (el)
Vue d'Astypalée
Vue d'Astypalée
Géographie
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Archipel Dodécanèse
Localisation Mer Égée (mer Méditerranée)
Coordonnées 36° 33′ N 26° 21′ E / 36.55, 26.3536° 33′ N 26° 21′ E / 36.55, 26.35  
Superficie 96,9 km2
Géologie Île continentale
Administration
Périphérie Égée-Méridionale
District régional Kalymnos
Dème Astypalée
Démographie
Population 1 238 hab. (2001)
Densité 12,78 hab./km2
Autres informations
Fuseau horaire UTC+2
Site officiel http://www.astypalaia.gr

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Astypalée
Astypalée
Îles de Grèce

Astypalée ou Astipalea (en Grec H Αστυπάλαια, en italien « Stampalia ») est une des îles principales du Dodécanèse.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île, déjà peuplée au néolithique, s'est trouvée dans la zone d'influence des cultures minoenne, géométrique et mycénienne avant d'être colonisée par les cités grecques de Mégare et peut-être d'Épidaure. Pline l'Ancien relate que l'Empire romain accorda à l'île le statut d'état libre[1] : le traité, rédigé en l'an 105 avant notre ère, était conservé sur une stèle détruite en 1797[2]. Les Romains utilisèrent l'île comme base stratégique contre les pirates.

En se christianisant, Astypalée rejoint la civilisation byzantine mais subit les raids sarrasins au VIIIe siècle et se dépeuple partiellement. À la suite de la Quatrième croisade, elle est vraisemblablement conquise par les Vénitiens.

Elle est pillée par Umur Bey entre 1334 et 1348[3] et désertée jusqu'en 1413, où elle est acquise par un membre de la famille vénitienne des Querini, qui la repeuple avec des colons originaires de Tinos et Mykonos dont il était le gouverneur. Il construit ou restaure alors le château de Chora[4]. En 1537 l'île est conquise par l'Empire ottoman. Elle est à nouveau occupée par les Vénitiens au cours de la guerre de Candie entre 1648 et 1668 et se soulève pendant la guerre d'indépendance grecque[réf. nécessaire] entre 1821 et 1828 mais revient à chaque fois aux Ottomans, non sans des persécutions envers les habitants, dont une partie doit alors fuir[réf. nécessaire]. En 1827 elle est le théâtre de la mort d'Hippolyte Bisson.

Le 12 avril 1912, la marine italienne occupe l'île, qui devient ensuite possession italienne jusqu'en 1946 avec le Dodécanèse[5]. Elle fut occupée durant un an par le Royal Navy britannique, puis rejoignit enfin la Grèce en 1947.

Archéologie et mythologie[modifier | modifier le code]

Vue du château

Dans la mythologie grecque, Astypalée fut une méchante femme transformée par Poséidon en un monstre ailé, à corps de léopard et queue de poisson, qui ne cessa pas ses méfaits et fut finalement pétrifiée pour former l'île[6].

De la poterie néolithique et de nombreux tessons, des outils en pierre ou en obsidienne et des armes en bronze ainsi que divers autres artefacts ont été trouvés, notamment dans les tombes mycéniennes d'Armenohori, à l'ouest de la chapelle de Saint-Panteleimon.

Astypalée fut durant l'antiquité classique une cité-état dont l'acropole se trouve sous le château médiéval des Quérini, dans la ville moderne de Chora. Les pierres des monuments antiques ont été réutilisées pour élever le château et les maisons les plus anciennes. De nombreuses inscriptions, catafalques et autres artefacts y ont été trouvés, et sont présentés sur le rivage, au musée archéologique de Péra Gialos, près du vieux-port.

À Cylindra, au flanc occidental de la colline du château, une nécropole a livré environ 2700 squelettes de nourrissons et de petits enfants de moins de deux ans inhumés dans des poteries sur une période de mille ans entre 750 avant notre ère et le IVe siècle. Les enfants plus âgés et les adultes étaient enterrés séparément, dans une autre nécropole située près de Katsalos[7], ce qui laisse envisager un culte local spécifique comportant cette distinction (peut-être un culte à mystères, disparu avec le christianisme)[8]

À l'est du petit port d'Analipsi, on trouve à Tallaras les ruines de thermes, aux sols pavés de mosaïques représentant Hélios et les signes du zodiaque. La chapelle de Sainte Barbara à Maltezana comprend la mieux préservée des mosaïques paléochrétiennes au sol, décorée de motifs géométriques, à environ 700 m au nord d'Analipsi. Ses colonnes monolithiques, dont les bases sont en marbre, proviennent d'un monument classique ou romain antérieur. D'autres mosaïques paléochrétiennes se trouvent dans les basiliques de Shinountas et de Saint Basile, au sud de Livadi. Enfin des fortifications byzantines s'élèvent sur le mont Patelos, en face du monastère de Saint-Jean, à l'extrême ouest de l'île[9].

Géographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Ses quatre paroisses de l'église orthodoxe du patriarcat œcuménique de Constantinople sont rattachées à la Métropole de Léros, Kalymnos et Astypaléa.

Notes et érénrences[modifier | modifier le code]

  1. Gary Reger, "The Aegean" in Hansen and Nielsen eds., An Inventory of Archaic and Classical Poleis (Oxford 2004), 737.
  2. Voir Greek text at IGXII,3 173. Texte dans Robert Kenneth, Rome and the Greek East to the death of Augustus, p. 57-58 sur [1].
  3. R-J Loenertz, Les Querini, comtes d'Astypalée, 1413-1537 in Byzantina et Franco-Graeca p. 510
  4. Loenertz, Les Querini p. 512
  5. L.V. Bertarelli, Guida d'Italia, Vol. XVII. Consociazione Turistica Italiana, Milano 1929, p. 161
  6. Theoi.com
  7. Clement, Anna et al, The ancient cemeteries of Astypalaia, Archaeology International 12 (2009).
  8. Hillson, Simon, The World's Largest Infant Cemetery and Its Potential for Studying Growth and Development, Hesperia Supplements vol. 43, New Directions in the Skeletal Biology of Greece (2009), p. 137-154.
  9. Astypalaia : Lady of the Aegean (Municipality of Astypalea 2011).

Sur les autres projets Wikimedia :