Astaroth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Astaroth (homonymie).

Astaroth

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Illustration d'Astaroth tiré du dictionnaire infernal

Créature

Autres noms Ashtaroth, Astarot, Asteroth
Nom hébreu עשתרת
Groupe Créature des religions
(Judaïsme, Christianisme)
Sous-groupe démon, idole
Caractéristiques Cause douleurs et maladies et rend la beauté et l'amour en cessant les maux lorsqu'on lui offre des sacrifices[1]
Proches Astarté, Athtart, Shaushka, Aphrodite, Vénus

Origines

Origine Mythologie sumérienne
Région Inde
Première mention 1R 1,5
Dernière mention Pass Barth I,2-5

Astaroth est un démon, Grand-duc très puissant et trésorier des Enfers. Il aurait été investigateur de plusieurs possessions. La Bible mentionne Astaroth sous le nom de la déesse Astarté[2].

Goétie[modifier | modifier le code]

Astaroth est un démon présent dans les croyances de la goétie, science occulte de l'invocation d'entités démoniaques. Il était adoré par les Sidoniens et les Philistins.

Le Lemegeton le mentionne en 29e position de sa liste de démons. Selon l'ouvrage, Astaroth est un puissant duc. Il a la figure d'un ange devenu fort laid et se montre chevauchant sur un dragon infernal. En sa main gauche, il tient une vipère. On l'identifie à son odeur fétide, même quand il est déguisé. Celui qui le fait venir doit prendre garde à son insupportable puanteur. C'est pourquoi il est prudent de tenir sous ses narines un anneau magique en argent pour se préserver de son odeur fétide. Il enseigne les arts libéraux et permet de connaître le présent et l'avenir. Présidant à l'Occident, procurant l'amitié des grands seigneurs, il commande à quarante légions.

Jean Wier dit qu'il répond volontiers aux questions qu'on lui fait sur les choses les plus secrètes, et qu'il est facile de le faire causer de la création, les fautes ou les chutes des anges, dont il connaît toute l'histoire. Il est cité comme l'un des sept princes de l'enfer qui visitèrent Faust, selon la tradition anglaise.

La Pseudomonarchia daemonum le mentionne en 28e position de sa liste de démons et lui attribue des caractéristiques similaires.

Le Grand Grimoire le mentionne également et lui donne le titre de grand duc.

Littérature apocryphe chrétienne[modifier | modifier le code]

Il est fait mention d'Astaroth dans la Passion de Barthélemy. Barthélemy se rend dans un temple de la troisième Inde où se trouve Astaroth. À son arrivée, les anges de Dieu entourent le démon de chaînes brûlantes, le rendant incapable de rendre le moindre oracle malgré les sacrifices que les infirmes et les malades continuent à lui offrir. Astaroth est cité avec deux autres démons : Beireth et Vualdath[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Passion de Barthélemy, t. II : Écrits apocryphes chrétiens, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 516),‎ 2005, 2158 p. (ISBN 2-07-011388-4), p. 789-808

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Passion de Barthélemy, p. 796
  2. 1R 1,5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]