Association sportive de Saint-Étienne (féminines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres significations, voir Association sportive de Saint-Étienne.

AS Saint-Étienne

Logo du AS Saint-Étienne
Généralités
Nom complet Association sportive
de Saint-Étienne Loire
Section féminine
Surnoms Les vertes
Les amazones
Noms précédents Racing Club de Saint-Étienne
(1977-2009)
Fondation 1977
Statut professionnel non
Couleurs Vert et blanc
Stade Stade Léon Nautin
(1 500 places)
Siège 11 rue de Verdun
42580 L'Étrat
Championnat actuel Division 1
Président Drapeau : France Bernard Caïazzo
Drapeau : France Roland Romeyer
Entraîneur Drapeau : France Hervé Didier
Site web www.asse.fr
Palmarès principal
National[1] Coupe de France (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2014-2015 de l'Association sportive de Saint-Étienne (féminines)
0

La section féminine de l'Association sportive de Saint-Étienne est un club de football féminin français basé à Saint-Étienne et créé en 1977 sous le nom de Racing Club de Saint-Étienne.

Les Stéphanoises atteignent pour la première fois de leur histoire la Division 1 en 1980, pour seulement deux petites saisons. Redescendues en Division 2 puis dans les divisions régionales de la Ligue de Rhône-Alpes, il va falloir attendre 2004 pour les voir réapparaître dans un championnat national, en Division 3. Après deux promotions rapides, elles retrouvent l'élite en 2007. Absorbé par l'Association sportive de Saint-Étienne en 2009, le club du Forez décroche son premier titre majeur en Coupe de France en 2011.

L'équipe fanion du club, entraînée par Hervé Didier, participe au Championnat de première division pour la 8e saison consécutive et évolue au Stade Léon Nautin, terrain de l'ancien club féminin de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

RC Saint-Étienne : un parcours chaotique (1977-2000)[modifier | modifier le code]

Le successeur de l'AS Saint-Étienne (1977-1980)[modifier | modifier le code]

Le Racing Club de Saint-Étienne est créé le 1er juillet 1977 à la suite de la fermeture, le 30 juin, de l'éphémère section féminine du célèbre club professionnel masculin de la ville de Saint-Étienne, l'AS Saint-Étienne. Ce club uniquement féminin évoluera ensuite pendant 3 saisons dans le Championnat régional de la Ligue de Rhône-Alpes, dans un relatif anonymat, avant de rejoindre pour la première fois le niveau national au début des années 1980.

Une première expérience dans l'élite (1980-1982)[modifier | modifier le code]

En 1979, pour la 6e édition du Championnat de France de football féminin, il fut décidé d’élargir le nombre d'équipes participantes à la Division 1 à 48 clubs, au lieu de 20 précédemment. Le RC Saint-Étienne bénéficie de cet élargissement et réussit, dès la saison suivante, à rejoindre l'élite pour la première fois de son histoire grâce à ses bons résultats en Ligue du Rhône-Alpes.

Les Stéphanoises restent deux saisons dans l'élite. Elles sont placées dans le groupe contenant les équipes du sud-est de la France en compagnie de clubs comme le FC Lyon, l'Olympique de Marseille ou l'ES Arpajonnaise. Les vertes n'arrivent sur aucune des saisons à sortir du groupe et ce sont le FC Lyon en 1981, puis le Caluire SCSC en 1982, qui se qualifient pour le tournoi final.

Des performances en dents de scie (1982-1986)[modifier | modifier le code]

La formule change pour la saison 1982-1983 alors qu'un niveau inférieur, la Division 2 est mise en place pour la première fois. Les 3 premiers de chaque groupe du tour préliminaire se qualifient pour le Championnat de Division 1, tandis que les 3 derniers participeront au Championnat de Division 2. Dans un groupe où l'on retrouve les rivales régionales du FC Lyon, mais aussi le FC Vendenheim, l'US Orléans, l'AS Moulins et l'AS Valentigney, les Stéphanoises terminent le tour préliminaire à la dernière place avec seulement deux points et sont reversées au Championnat de Division 2. Elles échouent à se maintenir au niveau national lors de cette deuxième phase, finissant à l'avant-dernière place de leur groupe devant l'US Beaumont.

Le RC Saint-Étienne passe ensuite deux saisons dans le Championnat régional de la Ligue de Rhône-Alpes. Il y réussit une très bonne saison 1984-1985 : les vertes glanent leur premier titre régional avec la Coupe de la Loire et surtout se qualifient pour le tour préliminaire des divisions nationales pour la saison suivante.

La saison 1985-1986 est la dernière année d'existence de la Division 2 avant qu'elle ne soit rétablie sept ans plus tard. Les Stéphanoises vont jouer de malchance. Elles échouent d'abord à se qualifier pour la Division 1, finissant 4e de leur groupe à un point derrière l'AS Toussieu. Puis, reversées dans un groupe de Division 2 où elles retrouvent notamment l'Olympique de Marseille et l'ES Arpajonnaise, elles réussissent une excellente phase de groupe, se classant à la 1re place à l'issue de la saison régulière et atteignant pour la première fois le tournoi final. Elles tombent cependant en demi-finale sur le FCF Juvisy ; le club de l'Essonne, déjà redoutable, ne lui laisse aucune chance (6-0, puis 3-0). Malgré leur très bon parcours jusqu'au tournoi final, à cause de la disparition de la Division 2 la saison suivante, les Stéphanoises sont reléguées en Ligue de Rhône-Alpes.

Déclin et renaissance en Ligue de Rhône-Alpes (1986-1993)[modifier | modifier le code]

Retombé douloureusement dans le Championnat de la Ligue de Rhône-Alpes, le club semble avoir du mal à s'en remettre et va lutter dans les divisions régionales pendant 7 saisons consécutives avant de refaire parler de lui au niveau national. Un coup d'éclat illumine cependant cette période : le gain du titre de Champion de Division d'Honneur de Rhône-Alpes lors de la saison 1991-1992. Malgré ce titre, les Stéphanoises auront besoin d'une saison supplémentaire pour atteindre de nouveau la Division 2 (National 1B), qui a été recréée en 1992.

Nouvelle expérience en Division 2 (N1B) : des espoirs déçus (1993-1997)[modifier | modifier le code]

La Division 2 - appelée National 1B - compte à cette époque trois groupes de 10 équipes réparties selon leurs positions géographiques. Les trois premiers de chaque groupe sont qualifiés pour la saison suivante en Division 1 et s'affrontent en fin de saison pour obtenir le titre de Champion. La 1re saison des Stéphanoises à ce niveau est très prometteuse : elles terminent à la 4e place du Groupe B à 10 points du premier, le Toulouse OAC, derrière le Caluire SCSC et à égalité de points avec le Toulouse Olympique Mirail. Elles se placent à la 3e place du groupe la saison suivante, à 1 point de Montpellier Le Crès, mais loin du vainqueur de la poule, Caluire SCSC.

Montant en puissance au fil des saisons, les vertes entament la saison 1995-1996 avec un statut de favorites. C'est pourtant une saison très difficile qui les attend. Elles vivent notamment une saison très compliquée défensivement et finissent l'année avec un déficit de 17 buts à une modeste 6e place, présageant la saison catastrophique qui allait suivre. En effet, elles achèvent la saison 1996-1997 avec seulement deux victoires, à une 10e place derrière le FCF Ambilly synonyme de relégation en ligue régionale[2].

De retour dans l'anonymat du Championnat régional (1997-2000)[modifier | modifier le code]

Le club du Pays d'Astrée retourne à partir de 1997 pour sept saisons dans les divisions régionales de la Ligue de Rhône-Alpes et ne fera plus parler de lui au niveau national avant le Championnat interrégional de la saison 2001-2002, qualificatif pour la nouvelle Division 3. Le principal événement de cette période survient dans l'équipe dirigeante du club avec la nomination en 2000 de Stéphane Tessier - alors entraîneur de l'équipe - à la présidence du club du Forez, succédant à Jean Nebouy. Sa mission, avec le directeur sportif de l'époque, Michel Gaffie, est ambitieuse : faire du club de Division d'Honneur régionale l'un des 5 meilleurs clubs de France, avec comme espoir secret un rapprochement avec le club professionnel masculin de l'AS Saint-Étienne[3].

RC Saint-Étienne : la montée en puissance (2000-2009)[modifier | modifier le code]

De nouvelles ambitions (2000-2004)[modifier | modifier le code]

Lorsque Stéphane Tessier prend la relève de Jean Nebouy en 2000, le club ne compte qu'une vingtaine de licenciées. Sa première tâche sera donc de structurer le club et d'en faire un pôle d'attraction et de formation pour les joueuses de la région. Sportivement, le club refait parler de lui en 2002 en se qualifiant pour le Tournoi interrégional mis en place cette année en vue du nouvel échelon qui est prévu pour la saison suivante : la Division 3. C'est encore un peu tôt pour le club du Forez qui termine 5e de sa poule à seulement deux points de l'équipe qualifiée, le RC Flacé Mâcon[4]. On trouve déjà dans cette équipe des joueuses emblématiques du club qui joueront par la suite un rôle essentiel dans l'ascension du RC Saint-Étienne, comme les franco-algériennes : Laetitia Agab-Cluzel et Safia Bengueddoudj - qui deviendront par la suite des internationales algériennes.

C'est d'ailleurs avec de nombreuses joueuses internationales africaines - ou futures internationales - que le club remporte le Championnat de DH Rhône-Alpes en 2004 et gravira ensuite progressivement les échelons jusqu'au sommet. En plus des deux joueuses citées précédemment, on compte dans l'équipe qui est promue en Division 3 pas moins de cinq joueuses maliennes (dont la gardienne Djeneba Bamba et la défenseure Aïssata Coulibaly) et une joueuse camerounaise qui deviendra une joueuse clé de sa sélection nationale, Madeleine Michèle Ngono Mani.

Le passage éclair en Division 3 (2004-2005)[modifier | modifier le code]

Les vertes ne restent qu'une saison en Division 3. En se classant 3e de leur poule derrière les réserves des clubs de Division 1, le FCF Juvisy et l'Olympique lyonnais, elles accèdent au tournoi final de la Division 3[5]. Elles remportent brillamment leur groupe devant le Claix FF et l'ES Arpajonnaise, sécurisant ainsi leur accession à la Division 2, et se qualifient pour la finale. Elles y rencontrent le CPBB Rennes et s'inclinent 5 buts à 2 au terme d'un match spectaculaire[6].

Un court palier en Division 2 (2005-2007)[modifier | modifier le code]

En 2005, le Championnat de Division 2 compte deux poules de dix équipes réparties plus ou moins selon la position géographique. Le RC Saint-Étienne est placé dans le groupe B, en compétition avec des clubs comme le Celtic de Marseille ou le COM Bagneux. Les Amazones font une excellente saison (12 victoires, 4 nuls pour seulement 2 défaites) et finissent à la 1re place devant l'USF Le Puy, qualifiées pour le tournoi final. Elles voient cependant s'amenuiser toute chance de promotion en perdant leurs deux premiers matchs. Les scores sont serrés. Les Bretonnes du Stade Briochin l'emportent à la dernière seconde grâce à deux buts tardifs (score final : 2 buts à 1), et le FCF Condéen résiste au retour des Amazones malgré un doublé de Safia Bengueddoudj (score final : 3 buts à 2). Ce sont finalement ces deux clubs qui se qualifieront pour l'élite.

Après cette bonne mais décevante première saison, Pierre-Yves Thomas remplace Michel Gaffie à la tête de l'équipe. Les Vertes se classent à la fin de la saison suivante à la 2e place de leur groupe derrière le FC Vendenheim et retrouvent les Alsaciennes lors de la phase finale. A la dernière journée, en accrochant le FC Vendenheim sur son terrain grâce à un but en deuxième mi-temps de Aïssata Coulibaly, le RC Saint-Étienne accroche la deuxième place qualificative pour la Division 1 et glane le titre de Vice-champion de Division 2. Cette même année, elles effectuent un joli parcours en Coupe de France (alors Challenge de France) qui les mènent jusqu'en quart de finale où elles sont écartées aux tirs-au-but par le Tours FC

Une première saison exceptionnelle (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Pour leur première saison dans l'élite, les Stéphanoises ne perdent pas leurs bonnes habitudes et font une 1re saison exceptionnelle pour un promu. Avec dans ses rangs des joueuses comme Delphine Blanc, Karima Benameur, Kelly Gadea, Jessica Houara ou Fanny Tenret venues renforcer l'effectif à l'intersaison, l'équipe crée la surprise en pointant en 4e position en fin d'exercice, devant le Paris SG, et derrière le club professionnel de l'Olympique lyonnais, le club historique du FCF Juvisy, et pas loin du club professionnel du Montpellier HSC. Le Président du club, Stéphane Tessier, a rempli son premier objectif en 8 ans, faire du RC Saint-Étienne l'un des 5 meilleurs clubs de France.

Une deuxième saison plus timide (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Pierre-Yves Thomas cède sa place en début d'exercice à un duo Hervé Didier et Cécile Locatelli sur le banc du RC Saint-Étienne. Malgré un bon parcours en Coupe de France qui voit le club atteindre les quarts de finale de la compétition - où il sera sorti par l'Olympique lyonnais (3-0) -, cette saison est en demi-teinte et voit l'équipe s'installer dans le ventre mou du Championnat (7e), une position qu'elle occupera souvent lors des saisons suivantes. Le fait marquant de cette année se passe dans les coulisses avec le rapprochement espéré entre le club et l'AS Saint-Étienne.

AS Saint-Étienne - section féminine (2009- ~ )[modifier | modifier le code]

Des débuts intéressants (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Date symbolique anniversaire de la création du club - suite à la fermeture de la section féminine de l'AS Saint-Étienne en 1977 -, le 1er juillet 2009, est entérinée la fusion entre le RC Saint-Étienne et le club professionnel masculin de l'AS Saint-Étienne[7]. Ayant accompli sa mission, Stéphane Tessier se retire et laisse les rênes du club aux dirigeants de l'AS Saint-Étienne. La première saison de la section féminine de l'AS Saint-Étienne est intéressante et voit le club se rapprocher un peu des premières places en terminant 6e du classement général derrière le FCF Nord Allier Yzeure.

La saison de l'exploit (2010-2011)[modifier | modifier le code]

La saison 2010-2011 voit l'AS Saint-Étienne obtenir son premier trophée sur la scène nationale : la Coupe de France féminine (alors Challenge de France). Le club du Forez n'avait pourtant atteint que les huitièmes de finale la saison précédente, et son classement quelconque en Championnat (5e) ne laissait pas présager une telle performance. Profitant d'un tableau plutôt clément, les Stéphanoises se hissent en finale en écartant sur leur passage : le Caluire FF68 (DH), le RCF Mâcon (D2), l'ES Saint-Simon (DH), l'équipe du Mans FC (D1), et le Dijon FCO (D2) en demi-finale. Elles affrontent en finale l'une des quatre grosses équipes du Championnat, le Montpellier HSC. Composées de joueuses comme Kheira Hamraoui, Camille Catala ou Ludivine Coulomb, l'équipe, complètement dominée dans le jeu, tient bon, bien aidée par le match exceptionnel de la gardienne Méline Gérard. Se clôturant sur un score nul est vierge, la rencontre se jouera aux tirs-au-but. Méline Gérard récidive lors de la séance, et arrête trois tirs-au-but dont le dernier de l'attaquante montpelliéraine Hoda Lattaf donnant la victoire à son équipe[8]. C'est le premier trophée national majeur remporté par le club.

Une équipe de milieu de tableau (2011-2013)[modifier | modifier le code]

Les vertes lutteront les deux saisons suivantes avec des équipes comme l'EA Guingamp ou le FF Yzeure pour la cinquième place symbolique du Championnat, loin derrière les 4 grosses équipes qui survolent la Division 1 : Lyon, Paris, Montpellier et Juvisy. Elles remportent ce "championnat dans le Championnat" en 2012 (5e), mais échouent à 1 point du FF Yzeure la saison suivante.

En Coupe de France, elles ont un tirage malchanceux en 2012 et tombent sur l'Olympique lyonnais dès les 1/16e de finale, qui les élimine 4 buts à 0. En 2012-2013, elles réussissent à nouveau un parcours exceptionnel, en sortant notamment le Paris SG en demi-finale (2-0)[9]. Elles retrouvent les Lyonnaises en finale. Ces dernières s'imposent finalement 3 buts à 1[10].

A la lutte pour éviter la relégation (2013- ~ )[modifier | modifier le code]

Axant sa stratégie sur la formation, le club est vite reconnu dans ce domaine apportant de nombreuses joueuses aux sélections françaises juniors. Mais en n'amorçant pas le passage au professionnalisme qu'ont effectué des clubs comme le Paris SG, l'Olympique lyonnais ou encore le Montpellier HSC, le club va se montrer incapable, durant cette période, de retenir nombre de ses meilleurs éléments qui partent dans d'autres clubs y chercher de meilleures conditions (Kheira Hamraoui, Jessica Houara au Paris SG ; Camille Catala, Aude Moreau au FCF Juvisy ; Méline Gérard à l'Olympique lyonnais ; Kelly Gadea au Montpellier HSC, etc.).

La saison 2013-2014 marque un changement important de standing pour le club qui passe de la lutte pour la 5e place à la lutte pour sa survie dans l'élite. Les Stéphanoises finissent 9e de cette saison difficile, en accrochant un match nul inespéré contre le Montpellier HSC lors de la dernière journée. Elles se sauvent in extremis d'une relégation en Division 2 grâce à une meilleure différence de buts par rapport au FCF Hénin-Beaumont.

Dates clés[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Finale du challenge de France en 2011.

Le palmarès de l'équipe féminine de l'AS Saint-Étienne comporte une Coupe de France, ainsi que trois titres de Champion du Rhône-Alpes et quatre Coupes de la Loire.

Le tableau suivant liste le palmarès du club actualisé à l'issue de la saison 2013-2014 dans les différentes compétitions officielles aux niveaux national et régional.

Palmarès de l'Association sportive de Saint-Étienne Loire section féminine
Compétitions nationales Compétitions régionales
  • Division d'Honneur du Rhône-Alpes (3)
    • Champion : 1992, 2004, 2006[12].
  • Coupe de la Loire (4)
    • Vainqueur : 1985, 2003, 2008[13], 2009[13].

Bilan saison par saison[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant retrace le parcours de l'équipe-fanion du club, depuis sa création en 1977 sous le nom de RC Saint-Étienne, puis d'AS Saint-Étienne depuis 2009.

Parcours du club saison par saison
Édition Division 1 Division 2 Division 3 Division Régionales Coupe de France
1977-1980 - ...
1980-1981 Premier tour -
1981-1982 Premier tour -
1982-1983 - 5e (Gr. B) -
1983-1984 - - ...
1984-1985 - - ...
1985-1986 - Demi-finaliste -
1986-1987 - ...
1987-1988 - ...
1988-1989 - ...
1989-1990 - ...
1990-1991 - ...
1991-1992 - Champion
DH Rhône-Alpes
1992-1993 - - ...
1993-1994 - 4e (Gr. B) -
1994-1995 - 3e (Gr. B) -
1995-1996 - 6e (Gr. B) -
1996-1997 - 10e (Gr. B) -
1997-1998 - - ...
1998-1999 - - ...
1999-2000 - - ...
2000-2001 - - ...
2001-2002 - - 5e (Interrégional Gr. D) 3e tour régional
2002-2003 - - - ... 1er tour fédéral
2003-2004 - - - Champion
DH Rhône-Alpes
...
2004-2005 - - 3e (Gr. B)
1er (Tournoi Final Gr. B)
- 1er tour fédéral
2005-2006 - 1er (Gr. B)
3e (Tournoi Final)
- - 1/16e de finale
2006-2007 - 2e (Gr. B)
2e (Tournoi Final)
- - 1/4 de finale
2007-2008 4e - - - 1/16e de finale
2008-2009 7e - - - 1/4 de finale
2009-2010 6e - - - 1/8e de finale
2010-2011 5e - - Vainqueur
2011-2012 5e - - 1/16e de finale
2012-2013 6e - - Finaliste
2013-2014 9e - - 1/8e de finale
2014-2015 En cours - - En cours

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Effectif de l'AS Saint-Étienne de la saison 2014-2015[14]
Joueuses Encadrement technique
No  P. Nat.[15] Nom Date de naissance Sélection[16] Club précédent
16 G Drapeau de la France Mancion, MarionMarion Mancion 20/8/1989 (25 ans)
FCF Juvisy
1 G Drapeau de la France Perrodin, JulieJulie Perrodin 1/10/1992 (22 ans) France -16 ans Claix Football
28 D Drapeau de la France Cirri, MerylMeryl Cirri 11/6/1996 (18 ans)
Formée au club
20 D Drapeau de la France Courteille, MorganeMorgane Courteille Capitaine 23/12/1987 (27 ans) France -21 ans Montpellier HSC
18 D Drapeau de la France Debever, JulieJulie Debever 18/4/1988 (26 ans) France B FCF Juvisy
26 D Drapeau de la France Gauvin, CharlotteCharlotte Gauvin 6/4/1990 (24 ans)
Formée au club
4 D Drapeau de la France Lorgeré, CharlotteCharlotte Lorgeré 25/8/1994 (20 ans) France -20 ans Toulouse FC
29 D Drapeau de la France Multari, LéonieLéonie Multari 29/6/1996 (18 ans)
Montpellier HSC
23 D Drapeau de la France Sissoko, TeninsounTeninsoun Sissoko 2/9/1992 (22 ans)
Le Mans FC
24 D Drapeau de la France Soulard, AmandineAmandine Soulard 24/3/1987 (27 ans)
Olympique lyonnais
2 D Drapeau de la France Velay, CarolineCaroline Velay 19/3/1994 (20 ans)
Formée au club
22 M Drapeau de la France Audemar, CarolineCaroline Audemar 19/3/1993 (21 ans) France -19 ans Plaine Revermont
5 M Drapeau de la France Benoît, AliceAlice Benoît 27/3/1996 (18 ans) France -20 ans ASJ Soyaux
13 M Drapeau de la France Bouchet, BarbaraBarbara Bouchet 5/2/1993 (21 ans)
Le Puy Foot 43
21 M Drapeau de la France Clémaron, MaévaMaéva Clémaron 10/11/1992 (22 ans) France -19 ans Olympique lyonnais
6 M Drapeau de la France Debbache, GwladysGwladys Debbache 1/9/1995 (19 ans)
Formée au club
19 M Drapeau de la France Duclos, MarieMarie Duclos 30/10/1995 (19 ans)
Formée au club
8 M Drapeau de la France Gherbi, CandiceCandice Gherbi 5/9/1995 (19 ans) France -20 ans Riorges Football Club
17 M Drapeau de la France Lavaud, RoseRose Lavaud 6/4/1992 (22 ans) France Toulouse FC
10 M Drapeau de la France Morel, JulieJulie Morel 6/8/1982 (32 ans) France FCF Condéen
15 A Drapeau de la France Brun, MarianneMarianne Brun 15/6/1996 (18 ans) France -19 ans Formée au club
11 A Drapeau de la France Chaumette, AudreyAudrey Chaumette 3/11/1996 (18 ans) France -19 ans Formée au club
14 A Drapeau de la France Coton-Pelagie, NoraNora Coton-Pelagie 22/4/1988 (26 ans) France A' FF Issy-les-Moulineaux
7 A Drapeau de la France Fleury, LéonieLéonie Fleury 11/10/1996 (18 ans)
Formée au club
9 A Drapeau de la France Palacin, SarahSarah Palacin 2/9/1988 (26 ans)
FF Issy-les-Moulineaux
Entraîneur(s)
  • Drapeau : France Hervé Didier
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : France Patrick Brossat
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Bruno Souchière



Légende

Mise à jour de l'effectif le 22 novembre 2014

Consultez la documentation du modèle

*Les sélections indiquées en petits caractères représentent des sélections nationales jeunes dont les joueuses ont fait partie dans le passé.

Personnages emblématiques du club[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : France Stéphane Tessier (1999 à 2000)
  • Drapeau : France Bernard Paruch ( ~ à 2005)
  • Drapeau : France Michel Gaffie (2005 à 2006)
  • Drapeau : France Pierre-Yves Thomas (2006 à 2008)
  • Drapeau : France Cécile Locatelli (2008 à 2009)
  • Drapeau : France Hervé Didier (2008 à ~ )
  • Drapeau : France Patrick Brossat (2009 à 2013)

Joueuses emblématiques d'hier et d'aujourd'hui[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : Algérie Laetitia Agab-Cluzel (plus de 10 saisons au club qui l'a formée, internationale algérienne, dans l'équipe lors des montées en D3, D2 et D1, évolue désormais au Le Puy Foot 43 Auvergne)
  • Drapeau : France Amélie Barbetta (5 saisons au club qui l'a formé, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française junior)
  • Drapeau : Algérie Safia Bengueddoudj (plus de 10 saisons au club qui l'a formée, internationale algérienne, dans l'équipe lors des montées en D3, D2 et D1, évolue désormais au Le Puy Foot 43 Auvergne)
  • Drapeau : France Ophélie Brevet (6 saisons au club qui l'a formée, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française junior)
  • Drapeau : France Camille Catala (4 saisons au club qui l'a formée, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française, évolue désormais au FCF Juvisy)
  • Drapeau : France Astrid Chazal (8 saisons au club qui l'a formée, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française junior, dans l'équipe lors de la montée en D1)
  • Drapeau : France Maéva Clemaron (7e saison au club qui l'a formée, présente lors de la victoire en Coupe de France, internationale française junior)
  • Drapeau : Mali Aïssata Coulibaly (plus de 4 saisons au club qui l'a formée, internationale malienne, dans l'équipe lors des montées en D3, D2 et D1)
  • Drapeau : France Ludivine Coulomb (7 saisons au club qui l'a formée, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française junior, évolue désormais au Le Puy Foot 43 Auvergne)
  • Drapeau : France Morgane Courteille (6e saison au club, capitaine, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française junior)
  • Drapeau : France Charlotte Gauvin (9e saison au club qui l'a formée, capitaine lors de la victoire en Coupe de France)
  • Drapeau : France Méline Gérard (4 saisons au club, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française junior, évolue désormais à l'Olympique lyonnais)
  • Drapeau : France Kheira Hamraoui (4 saisons au club, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française, évolue désormais au Paris SG)
  • Drapeau : France Aude Moreau (4 saisons au club, titulaire lors de la victoire en Coupe de France, internationale française junior, évolue désormais au FCF Juvisy)
  • Drapeau : Cameroun Madeleine Michèle Ngono Mani (plus de 5 saisons au club qui l'a formée, internationale camerounaise, dans l'équipe lors des montées en D3, D2 et D1, évolue aujourd'hui au Claix FF)
  • Drapeau : France Amandine Soulard (9e saison au club, présente lors de la victoire en Coupe de France et lors de la montée en D1)

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autres Équipes[modifier | modifier le code]

  • Jeunes :
    • 1 équipe Challenge National Féminin -19 ans
    • 1 équipe Ligue Rhône-Alpes -18 ans
    • École de foot
  • Autres :
    • 1 équipe réserve en DHR Rhône-Alpes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Classements et résultats en National 1B entre 1992 et 2000
  3. Stéphane Tessier. Le financier au coeur vert.
  4. Championnat interrégional 2001-2002
  5. Groupe B du Championnat de France de D3 2004-2005
  6. Finale de D3 2004-2005
  7. Le RC Saint-Étienne deviendra la section féminine de l'ASSE
  8. Finale du Challenge de France 2010-2011
  9. Demi-finale de Coupe entre l'AS Saint-Étienne et le Paris SG en 2013
  10. Finale de la Coupe de France 2012-2013
  11. Le RC Saint-Etienne passe au sein de l'ASSE
  12. En 2006, c'est l'équipe réserve qui est sacré championne.
  13. a et b En 2008 et 2009, c'est l'équipe réserve qui est sacré championne.
  14. Effectif officiel sur asse.fr.
  15. Seule la nationalité sportive est indiquée. Une joueuse peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  16. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]