Association pour la restauration du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Association pour la restauration du Japon
Présentation
Président Shintarō Ishihara
Fondation 28 septembre 2012
Siège Osaka
Vice-président Tōru Hashimoto
Secrétaire général Ichirō Matsui
Président de la Commission des Affaires de la Diète Takeo Hiranuma
Représentants
32 / 480
Conseillers
6 / 242
Idéologie Droite,
Fédéralisme,
Conservatisme,
Libéralisme économique,
Nationalisme japonais,
Conservatisme social
Couleurs Vert
Site web j-ishin.jp/

L'Association pour la restauration du Japon (ARJ) (日本維新の会, Nippon Ishin no Kai?) est un parti politique japonais créé officiellement le 28 septembre 2012, mais dont la fondation a été préparée depuis le début du mois de septembre de cette année. Elle est présidée par Shintarō Ishihara.

Le parti a d'abord été fondé sous le nom d'« Association pour la restauration d'Osaka » et était dirigé par le maire d'Osaka Tōru Hashimoto et le gouverneur d'Osaka Ichirō Matsui. Le 17 novembre 2012, Hashimoto et l'ancien gouverneur de Tokyo Shintarō Ishihara annoncent la fusion entre l'Association pour la restauration du Japon et le Parti de l'aube, fusion qui, espèrent-ils, leur permettra de devenir la 3e force politique lors des élections législatives japonaises de 2012. Toutefois, les divisions tant stratégiques - concernant une fusion annoncée en 2014 avec le Parti de l'unité - que politiques - au sujet de la réforme de la Constitution pacifiste ou de la sortie du nucléaire - entre Shintarō Ishihara et Tōru Hashimoto se sont accentuées par la suite, aboutissant à une scission annoncée par les deux dirigeants le 28 mai 2014[1] et officialisée le 31 juillet 2014.

L'Association pour la restauration du Japon est le seul grand parti politique dont le siège est localisé à l'extérieur de Tōkyō.

Direction[modifier | modifier le code]

Les personnalités issues de l'Association pour la restauration d'Osaka créée en 2010 par Tōru Hashimoto sont mentionnés par le sigle ARO, et celles venues du Parti de l'aube de Shintarō Ishihara et Takeo Hiranuma par PDA, les dissidents récents des partis nationaux par ex-PDJ, ex-PLD ou ex-VP.

Après la fusion avec le Parti de l'aube le 17 novembre 2012, la direction de l'ARJ est ainsi constituée :

Parlementaires[modifier | modifier le code]

ARJ originelle de Hashimoto (septembre-novembre 2012)[modifier | modifier le code]

À l'origine, il s'agissait d'un parti politique local soutenant l'action du gouverneur de la préfecture d'Osaka, devenu ensuite maire de la ville d'Osaka, Tōru Hashimoto. Celui-ci étant devenu une personnalité politique populaire dans l'ensemble du Japon et prenant régulièrement des positions en matière de politique nationale, l'ARJ est ainsi fondée en 2012 pour essayer d'étendre les principes politiques de Hashimoto à Tōkyō et dans d'autres préfectures.

Figures provenant du Parti de l'aube (novembre 2012)[modifier | modifier le code]

Le Parti de l'aube (PDA), coprésidé par Shintarō Ishihara (gouverneur de Tōkyō de 1999 à sa démission pour pouvoir revenir sur le devant de la scène nationale en octobre 2012) et Takeo Hiranuma, est le nom pris à partir du 13 novembre 2012 par l'ancien Parti de l'aube du Japon, lui-même créé le 10 avril 2010 par des dissidents de plus ou moins longue date du PLD. Contrairement à la plupart des parlementaires ayant rejoint auparavant l'ARJ, ils défendent pour la plupart des positions nationalistes et conservatrices voire traditionalistes, sont plus âgés, ont déjà une relativement longue expérience politique et viennent surtout de circonscriptions rurales. En novembre 2012, il y avait 5 parlementaires du PDA, dont :

Figures ralliées après la fusion avec le PDA (novembre-décembre 2012)[modifier | modifier le code]

À la suite des élections législatives de 2012[modifier | modifier le code]

L'ARJ n'a pas réussi à obtenir d'accord formel électoral avec le Parti de tous, et les deux mouvements s'affrontent dans de nombreuses circonscriptions et dans chaque bloc législatif à la proportionnelle. Il présente 172 candidats (dont 12 femmes), à savoir 151 aux deux modes de scrutin et 21 uniquement à la proportionnelle (dont Shintarō Ishihara, placé en tête de la liste à Tōkyō). Deux sortants, les deux derniers ralliés Hiroshi Kawaguchi et Hirosato Nakatsugawa, sont les deux seuls sortants battus, tandis que le parti fait élire au total 54 députés, ce qui en fait la troisième force politique de la Diète (quatre conseillers ayant été élus, ils abandonnent leurs sièges à la chambre haute : pour trois d'entre eux, élus en 2010 dans la circonscription nationale, ils sont remplacés par leurs suivants de liste qui rejoignent Votre Parti et le quatrième, élu en 2007 dans une préfecture, son siège reste vacant jusqu'à l'organisation d'une partielle ou le prochain renouvellement en 2013, ce qui fait que l'ARJ n'a plus au lendemain des législatives que 3 conseillers).

Il obtient le troisième meilleur score au scrutin majoritaire uninominal à un tour (6 942 353 voix, 11,64 % des suffrages exprimés), derrière le PLD et le PDJ, gagnant 14 circonscriptions (4 pour des sortants réélus et 10 nouveaux) :

Mais il obtient avant tout un certain succès à la proportionnelle, y obtenant le deuxième meilleur score (12 262 228 voix et 20,38 % des suffrages) pour 40 élus (5 sortants, 4 conseillers, 5 anciens députés, 25 nouveaux), derrière le PLD mais devant le PDJ. Il devance ce dernier dans neuf des onze blocs (tous sauf Hokkaidō et le Tōhoku), et arrive en tête dans celui de Kinki :

Suite à la scission avec les pro-Ishihara[modifier | modifier le code]

Le 31 juillet 2014, la scission entre les partisans de Shintarō Ishihara (19 députés et 3 conseillers, pour la plupart issus de l'ancien parti de l'aube, qui fondent le 1er août 2014 le Parti des générations futures dirigé par Takeo Hiranuma) et ceux de Toru Hashimoto pousse ces derniers à relancer une nouvelle ARJ, proche de celle des origines et se rapprochant désormais du centre de l'échiquier politique, en vue de sa fusion future (annoncée d'ici un ou deux mois) avec le Parti de l'unité. Deux députés (Yuka Hayashibara et Arata Nishioka) refusent de choisir entre les deux et siègent donc désormais comme indépendants.

Suite à cela, ce nouvel ARJ compte 38 membres de la Diète dont :

  • 32 députés :
  • 6 conseillers :

Alliances[modifier | modifier le code]

L'ARJ de Tōru Hashimoto, portée par de bons sondages depuis sa création, affirme vouloir constituer une « troisième force » entre le PLD et le PDJ aux élections législatives du 16 décembre 2012, et négocie très tôt avec les autres petits partis de création récentes pour former une coalition. L'alliance avec le Parti de l'aube de Shintarō Ishihara est annoncée lors d'une conférence de presse commune entre ce dernier, Tōru Hashimoto et le secrétaire général de l'ARJ (ainsi que gouverneur de la préfecture d'Osaka), Ichirō Matsui, à Osaka, le 17 décembre 2012. Cette union surprend les observateurs, d'abord parce que Ishihara semblait plutôt s'orienter vers l'union avec un autre mouvement créé pour soutenir sur le plan national l'action d'un autre maire de grande-ville, le Genzei Nippon du premier magistrat de Nagoya Takashi Nakamura, un projet d'alliance qui avait été critiqué par Tōru Hashimoto. Ensuite, il est noté dans les médias les fortes divergences existant entre les deux hommes et leur mouvement, sur des points apparaissant pourtant comme les principaux thèmes de la campagne : le nucléaire (Tōru Hashimoto apparaît depuis 2010 comme l'un des plus fermes partisans d'une sortie totale et rapide, d'ici aux années 2030, alors qu'au contraire Ishihara veut plutôt soutenir l'industrie nucléaire) et le Trans-Pacific Strategic Economic Partnership ou TPP (le maire d'Osaka, libre-échangiste, soutient l'adhésion du Japon aux négociations sur ce partenariat commercial de la zone Asie-Pacifique, alors que l'ancien gouverneur de Tokyo, suivant une position assez répandue parmi les conservateurs japonais, s'y oppose par crainte que cela ne déstabilise l'agriculture nippone). Un compromis a dû être trouvé : le jour de la fusion, il est décidé que cette nouvelle ARJ défendrait la poursuite des négociations pour rejoindre le Trans-Pacific Strategic Economic Partnership tout en restant vigilant à préserver « l'intérêt national », et d'un autre côté l'objectif clairement annoncé et daté d'une sortie du nucléaire est abandonné au profit d'un projet de dérégulation du secteur de l'énergie. Les points d'accord entre ces deux hommes restent une certaine forme de populisme, le style (passant par une communication directe, voire offensive, concernant la politique étrangère ou l'idée de nation) et la défense de réformes structurelles de type libérales axées sur la critique de l'administration nationale et sur la promotion d'une profonde décentralisation[6].

L'ARJ entame également des négociations pour éviter au maximum des candidatures concurrentes avec Votre Parti, puis lui propose de fusionner le 23 novembre 2012[7].

En janvier 2014, des discussions avec le Yui no To (le Parti de l'unité), issu d'une scission de Votre Parti, provoquent des dissensions entre les ailes de Tokyo et d'Osaka de l'ARJ, notamment à propos de la politique nucléaire et de la nécessité d'une révision de la constitution[8]. La démission en février 2014 de Toru Hashimoto à la mairie d'Osaka et sa candidature à sa propre réélection (qui est obtenue le 23 mars 2014) ont ralenti les négociations entre partis[9]. Finalement, cette question provoque la scission avec les partisans de Shintarō Ishihara, opposés à cette fusion, annoncée le 28 mai 2014 et officialisée le 31 juillet 2014.

Autres élections[modifier | modifier le code]

Le 29 septembre 2013, Katsutoshi Nishibayashi, le candidat d'Osaka Ishin no Kai, a perdu l'élection à la mairie de Sakai face au maire sortant, Osami Takeyama. Cet échec électoral, le premier du parti dans la Préfecture d'Osaka[10], représente un obstacle pour les projets de Grande Métropole d'Osaka de Toru Hashimoto[11].

Alors que Shintaro Ishihara appuie la candidature de Toshio Tamogami à l'élection du gouverneur de Tokyo le 9 février 2014, le parti n'a pas donné de consigne de vote[12].

Parlement préfectoral d'Osaka[modifier | modifier le code]

Le 16 décembre 2013, Osaka Ishin no Kai a perdu la majorité que le parti avait depuis avril 2011 au Parlement préfectoral d'Osaka après avoir expulsé quatre de ses membres qui n'avaient pas suivi la consigne de vote du parti et voté contre la vente au fonds d'investissement Lone Star Funds des actions possédées par la Préfecture d'Osaka dans la société du tram Semboku Rapid Railway[13].

Références[modifier | modifier le code]