Association mondiale d'espéranto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Universala Esperanto-Asocio
Carte de l'organisation
Pays où l’on trouve une association nationale liée à l’UEA (en vert)

Création 28 avril 1908
Type Organisation espérantophone internationale
Siège Nieuwe Binnenweg 176
NL-3015 BJ Rotterdam
Coordonnées 51° 54′ 50″ N 4° 27′ 52″ E / 51.9138, 4.4644 ()51° 54′ 50″ N 4° 27′ 52″ E / 51.9138, 4.4644 ()  
Langue(s) Espéranto
Membre(s) Associations nationales
Membres individuels
Effectifs 6000[1]
Président Mark Fettes
Site web www.uea.org

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Universala Esperanto-Asocio

L'Association mondiale d’espéranto (Universala Esperanto-Asocio ou UEA) a pour objectif de promouvoir et de développer l'usage de la langue internationale équitable espéranto pour faciliter la communication entre personnes de langues natales différentes.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le siège d'UEA à Rotterdam
Librairie du siège

UEA a été fondée en 1908 à Genève à l'initiative de Hector Hodler. Elle compte des membres individuels dans 121 pays et fédère les associations nationales d'espéranto de 71 pays (chiffres 2013).

UEA est en relations officielles avec l'UNESCO[2].

UEA comporte plusieurs sections thématiques, dont les principales sont :

Le siège de l'association est à Rotterdam où travaille une douzaine de permanents. Elle est administrée par un bureau choisi par un conseil mondial (Komitato) représentant la diversité du mouvement avec des représentants des membres individuels, des associations nationales et des associations thématiques.

La plupart des espérantophones reconnaissent UEA comme la principale association du mouvement espérantophone dont elle est de fait la principale association.

Activités[modifier | modifier le code]

UEA fournit une large gamme de services pour promouvoir et développer l'usage de l'espéranto dans le monde.

UEA est notamment responsable de l'organisation du congrès mondial d'espéranto qui rassemble chaque année plusieurs milliers d'espérantophones.

UEA édite des livres, des revues, ainsi qu’un annuaire avec la liste des organisations espérantophones et des représentants locaux dans le monde.

De façon générale, UEA travaille pour la défense des droits linguistiques des citoyens, pour la défense de l'équité linguistique dans la communication internationale et pour la diversité linguistique et culturelle.

UEA représente la branche « neutre » du mouvement espérantophone, ce qui la distingue des associations engagées, notamment de l'Association mondiale anationale.

UEA est en relation consultative avec l’ONU, l'UNESCO, l'UNICEF, le Conseil de l'Europe, l’Organisation des États américains. En outre, UEA participe activement aux activités de normalisation terminologique du comité ISO/TC 37 de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) ; l'association coopère selon les critères de la catégorie A, c'est-à-dire la catégorie réservées aux organisations apportant une contribution effective aux travaux du comité technique. Active dans le domaine de la terminologie, UEA est devenue en mai 2011 membre associé du Centre d'information international pour la terminologie (Infoterm).

Schisme[modifier | modifier le code]

Compte tenu des difficultés que l'Association universelle d'espéranto rencontrait (baisse des contributions allouées par le comité international, basé à Genève, aux associations nationales), et de la querelle entre ses dirigeants Eduard Stettler et Hans Jakob sur la proposition de déplacer le siège international de Genève à Londres ; le président Louis Bastien et la plupart du Conseil de AUE quittèrent l'association le 18 septembre 1936, pour fonder la "Internacia Esperanto-Ligo" basée à côté de Londres.

Très vite, tous les membres et associés de l'AUE passèrent de leur côté. À l'AUE de Genève, où était situé le siège international, ne restaient d'abord que les membres suisses, rejoints par les associations espérantophones d'Espagne, la plupart d'entre eux réfugiés en Suisse en raison de la guerre civile espagnole qui faisait rage dans leur pays, et une centaine de membres individuels de toutes nationalités. Pour la première fois on parle de schisme au sein du mouvement espérantophone.

Après la Seconde Guerre mondiale, les deux associations espérantophones mondiales fusionnèrent lors du congrès mondial d'espéranto de Berne en 1947 sous la dénomination première de l'Association mondiale d'espéranto. L'Association mondiale d'espéranto fixa son futur siège à Rotterdam (Pays-Bas).

Liste des présidents successifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article paru dans la revue en ligne Libera Folio
  2. http://ngo-db.unesco.org/s/or/fr/list Liste des organisations en relations officielles avec l'UNESCO

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]