Association des projets de bienfaisance islamiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

L'A.P.B.I.F.[1], est une organisation religieuse musulmane sunnite fondée en 1930 au Liban par le cheikh  Chaykh ^Abdou l-Lah Al-Harariyy et dont le siège se trouve à Beyrouth, au Liban. Cette association appartient à la branche du sunnisme et adopte des pratiques issues de la voie du soufisme.

Elle affirme une vive opposition à l'égard de ceux qui sont appelés salafistes et/ou wahhabites. Elle est elle-même critiquée par ces groupes sur certains points du dogme liés à l'unicité, à l'intercession ou à l'innovation. L'APBIF répond à ces attaques en donnant sa position sur tous les sujets (croyance, obligations, comportement ...) sur son site: http://www.apbif.org/. Et par les sites de sympathisants : http://home.citycable.ch/ahbache/ ,http://fr.scribd.com/doc/40534104/Apbif-Halte-Aux-Rumeurs-Aux-Mensonges-Aux-Calomnies-Et-Aux-Diffamations-Sur-Des-Musulmans ,


Le domaine religieux[modifier | modifier le code]

L'A.P.B.I.F. suit les pas du cheikh Abdullah al-Harari connu sous le nom de al-Habachi (« l'abyssinien »). Son objectif est de promouvoir l'enseignement traditionnel sunnite du Coran et des textes religieux musulmans selon la doctrine acharite. L'association investit pour l'éducation dans les sciences religieuses. Elle transmet des cours de religion aux hommes, femmes et enfants et organise de nombreuses activités (tournois de football, fêtes religieuses...). Elle a récemment construit une grande Université au Liban [2] agréée par le Ministère de l'Education Nationale libanais. Elle soutient également des clubs sportifs et des activités culturelles. Elle gère des instituts, des centres islamiques et des mosquées dans plus de 50 pays à travers le monde, présente dans les pays arabes et asiatiques mais également établie en Amérique du Nord, en Australie et en Europe et dispose de plusieurs médias et publications[3]. L'organisation bénéficie de l'appuie des autorités libanaises. Différends livres de ce groupe sont estampillés et approuvés par certaines Universités Islamiques et Muftis de différents pays musulmans comme Al-Azhar en Égypte, en Tunisie, en Inde ou encore en Indonésie [réf. nécessaire][4]. Antoine Sfeir, journaliste, professeur en relations internationales et directeur de Cahier de l'Orient fait un commentaire assez élogieux sur l'association : « Le ahbachite a une connaissance quasi parfaite de l’islam, ce qui n’est en général pas le cas des prédicateurs des autres courants[5][réf. incomplète]. »

http://www.apbif.org/qui-est-lapbif/la-voie-de-lapbif

Position à l'égard des takfiri et des khawarij[modifier | modifier le code]

L'APBIF tente aussi de se démarquer des « takfiri », accusés de rendre mécréant une partie des musulmans : « Nous ne rendons pas licite l’assassinat des gens qui travaillent au service des gouvernements pour le simple fait qu’ils gouvernent avec des lois non tirées du Coran et nous ne déclarons pas permis de faire couler le sang des personnes âgées, des femmes et des enfants pour le simple fait qu’ils vivent dans ces pays. Nous condamnons ces groupuscules » proclament-ils[réf. nécessaire].

Ils considèrent que les événements qui ont eu lieu durant ces dernières décennies à travers le monde sont la conséquence d’idées propagées par Sayyid Qutb, qu'ils considèrent comme l’une des têtes pensantes de l’extrémisme et de la déviation car il déclara apostats la plupart des gouverneurs des pays musulmans, ce qui rappellerait la pensée des khawarij[6].

la position de l'APBIF face à l’extrémisme est disponible sous ce lien http://www.apbif.org/qui-est-lapbif/la-position-de-lapbif-face-a-lextremisme


La voie du soufisme de l'APBIF[modifier | modifier le code]

Cette association suit une voie issue du soufisme (tasawwouf). Le soufisme est une pratique ascétique de l'islam qui incite au détachement des plaisirs futiles de ce bas monde (al-douniya) pour se rapprocher spirituellement de Dieu et rechercher les récompenses de l'au-delà (al-akhira). Cette quête du rapprochement vers le divin et du détachement des futilités implique donc une éthique de vie qui amène à l'ascétisme, la simplicité, l'humilité, la modestie et la spiritualité. Dans la pratique les confréries soufies sont organisées autour d'un cheikh qui les guide dans cette voie soufie. Les soufis sous la guidance du cheikh applique la tariqa qui est un ensemble de méthodes, de rites, de pratiques appliquées collectivement pas le groupe et qui permet de se rapprocher de Dieu par la voie spirituelle et mystique. Dans ces pratiques collectives qui sont pratiquées par la confrérie, il y a une forme particulière de dhikr (rappel, invocation) qui consiste à psalmodier collectivement des invocations.


Situation actuelle au Liban et relations extérieures[modifier | modifier le code]

Certains politologues prétendent[réf. nécessaire] que l'association serait au service de la Syrie, d'autres qu'elle serait appuyée par les autorités libanaises. L'association défend cependant son indépendance[7] tout en ayant de bonnes relations avec la Syrie qu'elle considère comme élément stabilisateur pour le Liban multi-communautaire. Le financement de l’APBIF reposerait sur les dons de membres ou de sympathisants[réf. nécessaire]. http://www.apbif.org/qui-est-lapbif/le-financement-de-lapbif

Historique de l'implication politique au Liban[modifier | modifier le code]

Le mouvement politique a été fondé en 1983 et dirigé jusqu'en 1995 par Nizar Halabi, mort assassiné à Beyrouth par des membres du groupe Usbat al-Ansar[réf. souhaitée]. Houssam Qaraqirah est président de l'association depuis 1995.

Deux des membres de l'Association, Dr. Adnan Trabulsi et Hadj Taha Naji, furent élus aux élections parlementaires en 1992. Lors des élections législatives de 2005, leurs candidats ont réalisé autour de 17,5 % des suffrages, mais ont été battus par ceux du Courant du Futur de Hariri.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.apbif.org/ Association des Projets de Bienfaisance Islamiques
  2. http://www.gu.edu.lb
  3. Par exemple son magazine Manar Al-Houda ou encore namradio.com
  4. Plusieurs de ces approbations (documents originaux) sont consultables en arabe Liste des approbations
  5. Voir la publication d'Antoine Sfeir : "Radiographie des courants et des mouvements islamistes[réf. incomplète]"
  6. Les kharijites sont un courant apparu, peu après la mort de Mahomet, consistant à déclarer mécréants ceux qui jugent et qui gouvernent avec d'autres lois que la loi coranique, ainsi que ceux pratiquant les grands péchés. Ceci a impliqué dès cette époque de rendre mécréants certains compagnons du Prophète (voir bataille de Siffin)
  7. Voir sur apbif.org : « Nous ne sommes au service d'aucun Etat, quand bien même nous proposerait-on un financement. », déclaration qui suivrait les paroles d'Abdullah al-Harari a déclaré : « Nous ne sommes au service d'aucun Etat qui nous financerait, Dieu le sait plus que tout autre, et celui qui nous attribue le contraire, Dieu le jugera[réf. souhaitée]. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]