Association de soutien à l'autorité impériale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'association de soutien à l'autorité impériale (大政翼賛会, Taisei Yokusankai?) est une structure politique créée par le Premier Ministre Fumimaro Konoe le 12 octobre 1940 afin de supprimer le sectarisme et d'instaurer un parti unique totalitaire au sein de l'Empire du Japon. Ce parti devait maximiser l'effort de guerre totale contre la Chine[1].

Origines[modifier | modifier le code]

Emblème de l'Association de Soutien à l'Autorité Impériale (大政翼賛会, Taisei Yokusankai), le parti fondé le 12 octobre 1940 par Fumimaro Konoe, qui visait à implanter au sein de l'empire du Japon une structure totalitaire destinée à promouvoir la guerre totale.

Les courants militaristes de l'empire du Japon et l'implication du cabinet Konoe permirent, dès 1938, l'instauration de mesures législatives comme la loi de mobilisation nationale, visant à supprimer la liberté de presse et à promouvoir la "guerre sainte" (seisen) contre la Chine, envahie depuis l'été 1937.

Une seconde étape fut franchie en octobre 1940 avec la mise en place de la Taisei Yokusankai, une initiative visant à regrouper tous les partis politiques en une seule entité et à chapeauter les tonarigumi, les associations de voisinage destinées à promouvoir la "guerre sainte" pour instaurer un "nouvel ordre en Asie Orientale".

Cette entité fut renforcée en 1942 par le premier ministre Hideki Tojo, qui obligeait tous les députés à appartenir à la Yokusan Seijikai, ou Association Politique d'Assistance, de nouveau renforcée en 1945 pour devenir la Dai Nihon Seijikai ou Association politique du Grand Japon.

Cérémonie officielle de la fondation de la Taisei Yokusankai

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wolferen, The Enigma of Japanese Power;People and Politics in a Stateless Nation, page 351

Source[modifier | modifier le code]

  • Eddy Dufourmont, « Rousseau et la critique « anti-Lumières » de la démocratie dans le Japon du XX e siècle. Yabe Teiji, Hans Kelsen et Carl Schmitt », dans Tanguy L’Aminot, Reinhard Bach et Catherine Labro dir., Rousseau et l’Allemagne à l’époque contemporaine, Montmorency, SIAM-JJR Musée Jean-Jacques Rousseau Publications du Mont-Louis, 2010, p.101-116.

Articles connexes[modifier | modifier le code]