Association de construction aéronautique de Tachkent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

41° 17′ 55″ N 69° 19′ 22″ E / 41.29861, 69.32278

GAO TAPOiCH, Association de production de l'aviation de Tachkent, nommée d'après V. P. Tchkalov

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Copie du Il-76 près de l'entrée principale de l'usine à Tachkent

Création 1932 à Khimki
Dates clés 1941 : Évacuation de l'usine vers Tachkent
1972 : Création de l'association de production d'aviation
1991 : Crise économique à la suite de l'effondrement de l'URSS
2007 L'entrée de la société dans l'association des corporations aéronautiques.
Personnages clés

Voir l'historique.

Forme juridique GAO, Société du gouvernement
Siège social Drapeau d'Ouzbékistan Tachkent (Ouzbékistan)
Actionnaires En 2007
  • République d'Ouzbékistan: 51 %
    Salariés : 10 %
  • Banque nationale des affaires économiques étrangères et du ministère des relations économiques étrangères : 6,7 %
  • À vendre : 25,6 %[5]
Activité Aéronautique, automobile (depuis 2009)[2]
Produits Transporteur aérien à grande capacité (Famille An, Famille Il-76), VUS
Société mère OAK
Sociétés sœurs Soukhoï, (angl.) Komsomolsk-on-Amur Aircraft Production Association
Filiales Les usines à Ferghana et à Andijan[3]
Effectif 10 900 (2007)[4]
Capitalisation 132,5 millions de $ (2007)[5]
Résultat net -4,4 millions de $ (2007)

L'association de production de l'aviation de Tachkent, nommée d'après V. P. Chkalov, est un complexe de haute technologie situé à Tachkent, capitale de la République d'Ouzbékistan.

La production principale de l'usine entre 1976 et 2009 fut le modèle Il-76 sous ses nombreuses modifications.

Historique de la société[modifier | modifier le code]

L'usine, sous son nom initial RZ no 84 (RZ du russe « ремонтный завод » : usine de réparation) fut créée dans le cadre du deuxième plan quinquennal afin de restaurer et mettre à jour l'équipement des avions usés[6].

Sa dénomination actuelle a deux origines :

  • Le patronyme est celui du célèbre pilote d'essai Valeri Tchkalov;
  • Le libellé de la raison sociale vient de la réforme de la société en une "association de production d'aviation" (en russe "АПО") intervenue en 1972 et qui vit la réunion d'usines situées à Tachkent, à Andijan et à Ferghana.

En décembre 1941, l'usine suit l'évacuation générale, en Asie centrale et dans l'Extrême-Orient russe, des entreprises stratégiques et leur mise à l'abri de la progression de la Wehrmacht en territoire soviétique. Les installations, les outils et l'ensemble de l'équipement sont transférés avec tout le personnel par convois ferroviaires, vers Tachkent. L'évacuation a suivi un ordre précis établi par le bureau du plan et la production put reprendre dès le mois de janvier 1942[7].

Tout au long de l'existence de l'URSS, l'usine a connu une expansion importante au sein de la ville de Tachkent, comme à l'intérieur de la République d'Ouzbékistan (alors République Soviétique Socialiste).

  • En 1972, fut créée l'Association de construction aéronautique de Tachkent, en regroupant les usines d'Andijan, de Ferghana et de Tachkent. La même année était introduit le système automatique de gestion. Ce système regroupait le personnel spécialisé dans l'informatique, les ingénieurs et les systèmes informatiques. Le but était de planifier et régler la production dans l'ensemble de l'entreprise.
  • En 1991, à la suite de la chute de l'URSS et la disparition du système de planification, l'usine vît venir une crise sans précédent qui marqua un déclin de la société[4],[8],[9],[10]. La crise économique qui régna, par la suite, en Russie n'arrangea rien à la situation[11],[8]. D'autant plus qu'à la suite d'une politique protectrice et de la préservation de l'usine sous la gestion de l'État, aucune restructuration ni modernisation n'aient eu lieu jusqu'à ce jour.
  • En 1997, l'association fut restructurée en une société actionnaire d'état (en russe "ГАО »).
  • En 2007, ont débuté les premiers pourparlers concernant l'entrée de TAPOiCH dans l'association russe, OKA. Si l'entrée dans l'association fut effective sur le plan juridique, il en était autrement sur le plan du respect des accords. À la suite des différents problèmes rencontrés par l'usine, les prix négociés pour la production des Il-78 furent rehaussés. La responsabilité de Rosoboronexport, vis-à-vis des accords avec la Chine, fut ébranlé par ces changements par rapport au contrat de base qui s'élevait initialement à 1,5 milliard de $[12].

Historique de la production de la société[modifier | modifier le code]

La reproduction du Il-76 à l'entrée principale de TAPOiCH
  • En 1932, l'usine s'occupait du contrôle, de la réparation et de la modernisation des avions de modèle I-15, I-16 et I-153[14] .
  • En 1935, la première commande fut la transformation du ANT-9 en un avion de propagande dénommé "Krokodil".
  • En 1936, à la suite du l'achat de la licence pour la production du Douglas DC-3 américain et au travail de documentation technique de l'ingénieur aéronautique Boris Lissounov, l'usine a pu mettre en production une copie nationale de l'avion américain. Le fait marquant est le passage d'une production rudimentaire des avions en bois (voir I-15) vers une production relativement complexe avec un fuselage en métal.
L'URSS n'était pas le seul pays à assurer une production indigène de cet appareil : l'armée impériale japonaise s'était déjà dotée du Showa L2D en copiant le DC-3 américain.
  • En 1942, le DC-3 fut repensé et converti en une version militaire. À la suite de diverses modifications effectuées par le constructeur Lisunov, notamment au niveau de la motorisation, l'avion fut renommé Lissounov Li-2. Au total, 2258 avions de transport militaire de type Li-2 seront produits par le personnel de l'usine pendant la Seconde Guerre mondiale[7].
TAPOiCH, le bâtiment administratif principal, Tachkent. La photo a été prise en 2009
  • En 1954, à la production de l'entreprise s'ajoute un nouvel appareil Il-14 (en).
  • En 1957, débute la production de l'Antonov An-8. Ce dernier, contrairement à ses prédécesseurs, est équipé d'un fuselage de type semi-monocoque, propre à l'aviation moderne.
  • En 1960, fut construit un prototype d'hélicoptère, le Ka-22, conçu par le bureau Kamov. C'est un type d'hélicoptère utilisant la force contre-rotative de ses deux hélices, n'ayant par conséquent pas besoin d'une hélice de queue pour garder le contrôle sur la direction de l'appareil.
  • L'année 1962 vit la création du centre de traitement de données équipé des systèmes informatiques de programmation à cartes perforés pour la fabrication des pièces en 3 dimensions par des fraiseuses automatiques. La même année commença la production des premiers An-12, du bureau Antonov.
  • 1966 marque un nouveau saut dans le progrès de la construction aéronautique, avec la réalisation du plus gros avion au monde de l'époque, l'Antonov An-22 surnommé d'après le légendaire Antée.
  • En 1973, fut construit le premier transporteur militaire et civil Il-76. Ce modèle, utilisant des technologies plus avancées que l'An-22, était devenu le produit phare de l'usine. À partir de 1976, année où débuta la production en série, plus de 950[15] exemplaires furent construits.
  • En 2000, l'usine passe à une production des produits usuels sur commande de la population locale. À la suite du problème financier et la corruption des organes de gestion les salaires sont payés avec un retard de plusieurs mois.
  • En 2002, fut construit le premier modèle du Il-114.
  • En 2005, la Chine a commandé 4 exemplaires de Il-78 et plusieurs exemplaires de Il-76.

Les activités d'utilité publique de la société[modifier | modifier le code]

Dans le but de diminuer le coût de la vie et, par conséquent, freiner les coûts de production (surtout les salaires) les usines étaient chargées d'offrir des services culturels, sanitaires et d'améliorer la vie du personnel. TAPOiCH participa activement dans ce domaine et proposait des services pour l'ensemble de la population de Tachkent et, surtout, des quartiers environnant l'association de production[16],[17].

Le palais de la culture et des techniques des constructeurs aéronautiques, nommé d'après de V. Sivec.
La photo a été prise lors des célébrations du 1.09.2009
Le stade "Start"
en 1967

Installations de vacances, centres médicaux, centres de loisirs et sportifs[modifier | modifier le code]

Centres de vacances.

En 1945, fut construit le premier camp de vacance pour les enfants et adolescents - « Aktash » - suivi en 1947 par la maison de vacance « Chigatai »[18]

En 1960, fut inauguré le pensionnat « les Sables d'or » (en russe "Золотые пески") qui se trouve en Kirghizie, près du lac Issyk Kul.

D’autres pensionnats, camps et maisons de vacances furent bâtis:

  • « Kristall » (en russe "Кристалл": Cristal);
  • « Sokol » (en russe "Сокол": Faucon);
  • « Кumyshkan ».
Centres médicaux.
  • L'hôpital de GAO TAPOiCH. Il se situe dans le quartier de Kadyshev.
  • Centre médical auprès de l'usine de Tachkent.
Centres de loisirs.
  • Le palais de la culture et des techniques des constructeurs aéronautiques, nommé d'après de V. Sivec.
Centres sportifs.
  • Le stade "Start"[19]

Développement des transports publics[modifier | modifier le code]

Développement du système d'approvisionnement d'eau[modifier | modifier le code]

  • En 1942, une partie du personnel de l'usine a participé dans la construction du canal de Tachkent-Nord.

Développement du système électrique[modifier | modifier le code]

  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'usine a libéré une partie de son personnel pour la construction de la centrale hydroélectrique de Salarsk.

Tremblement de terre à Tachkent[modifier | modifier le code]

En 1966, le personnel de l'usine participa par ailleurs activement à la reconstruction de la ville de Tachkent après le tremblement de terre qui endommagea gravement la cité.

Prix et décorations reçus durant l'époque soviétique[modifier | modifier le code]

Durant son existence l'association de production, TAPOiCH a été prisée 4 fois des plus hauts ordres du comité de décoration de l'Union soviétique.

  • En 1943, pour la réussite dans la compétition socialiste, l'usine a reçu le "Drapeau Rouge" qu'elle a maintenue jusqu'à la fin de la guerre[20].
  • En 1945, l'Ordre de Lénine a été décerné pour l'accomplissement de sa tâche, la défense de la patrie, grâce à la production massive des Li-2[20].

Notes et références.[modifier | modifier le code]

  1. Livre, "50 ans ailés », écrit sous la direction de V. N. Sivec (russe: "50 крылатых лет" В.Н. Сивец)
  2. http://www.highbeam.com/doc/1G1-196329989.html
  3. http://www.breegs.com/en/uzbpage5.php
  4. a et b http://www.ferghana.ru/article.php?id=5264
  5. a et b http://www.as-club.ru/dmdocuments/bull_as_club_07_2007.pdf
  6. http://www.airwar.ru/enc/cw1/ps9.html
  7. a et b http://www.airwar.ru/enc/cww2/li2.html
  8. a et b http://www.ferghana.ru/article.php?id=976
  9. http://www.ferghana.ru/article.php?id=4872
  10. http://www.ferghana.ru/article.php?id=3481
  11. (voir "La crise financière russe comme révélateur des carences de la transition libérale" par Jacques Sapir
  12. http:«  »//china-defense.blogspot.com/2009/11/update-on-chinas-il-76-buy.html
  13. http://www.autoobserver.com/2008/03/gm-establishes-uzbekistan-joint-venture.html
  14. http://www.globalsecurity.org/military/world/russia/chkalov.htm
  15. http://www.arms-expo.ru/site.xp/049049056057124049050051049.html
  16. http://www.cyberarchi.com/actus&dossiers/tours-du-monde/index.php?dossier=72&article=486
  17. En russe, l'explication du système de gestion des centres de production en URSS http://www.isras.ru/abstract_bank/1208422393.pdf
  18. Livre, "50 ans ailés », écrit sous la direction de V. N. Sivec, p. 75 (russe: "50 крылатых лет" В.Н. Сивец)
  19. http://www.goldenpages.uz/?page=o&orgid=50587
  20. a, b et c "50 ans de l'usine aéronautique de Tachkent" écrit sous la direction de V. Sivec, en 1982, "Ташкентскому авиационному 50"
  21. voir en russe, http://mytashkent.uz/2009/04/17/maloizvestnyiy-fakt-iz-zhizni-genseka/