Association canadienne d'éducation de langue française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Association canadienne d’éducation de langue française (ou ACELF) est un organisme à but non lucratif canadien dont la mission est d’offrir aux intervenants en éducation francophone une vision, du perfectionnement et des outils en construction identitaire francophone.

L’ACELF existe depuis 1947. Son siège social est situé dans la ville de Québec, au Canada. Elle est composée d’un réseau pancanadien de membres qui adhèrent à sa mission, ainsi que de bénévoles qui s’y investissent par le partage de leur expertise et d’une équipe de huit employés qui assurent la mise en œuvre de ses activités.

L’ensemble des activités de l’association vise à soutenir les intervenants du réseau éducatif de langue française du Canada dans leur mission en construction identitaire francophone auprès des jeunes. L’association organise annuellement un congrès pancanadien, des stages de perfectionnement, un programme d’échanges d’élèves, une semaine nationale de la francophonie, des stages en enseignement. Elle produit et diffuse également du matériel d’intervention et du matériel pédagogique pour outiller les intervenants dans leurs actions et dans leur réflexion.

L’ACELF est appuyée financièrement par les gouvernements fédéral et provinciaux. Elle travaille aussi régulièrement en partenariat avec d’autres organismes du réseau associatif francophone. Elle est notamment étroitement engagée dans les travaux du Plan d’action national en éducation, adopté lors du Sommet des intervenants en éducation dans la mise en oeuvre de l'article 23 en milieu francophone minoritaire tenu à Ottawa en juin 2005.

Historique[modifier | modifier le code]

Naissance et évolution[modifier | modifier le code]

L’ACELF a été fondée le par un comité mis sur pied par le Comité permanent de la survivance française en Amérique (lequel prendra le nom de Conseil de la vie française en Amérique en 1956) en réponse à un appel de l’épiscopat canadien lancé en 1944 pour organiser une association canadienne d’éducateurs catholiques.

Le président du Comité permanent de la survivance française en Amérique, Ernest Désormeaux, a été le premier président de l’association.

Orientation idéologique[modifier | modifier le code]

Vision[modifier | modifier le code]

L’ACELF fonde sa mission sur la vision suivante : des communautés francophones dynamiques qui utilisent leurs institutions éducatives pour appuyer la construction identitaire francophone de leurs membres.

Mission[modifier | modifier le code]

La mission de l’ACELF est d’offrir aux intervenants en éducation francophone, par des actions efficaces et novatrices, une vision, du perfectionnement et des outils en construction identitaire francophone.

Principes directeurs[modifier | modifier le code]

L’ACELF possède huit principes directeurs qui orientent ses interventions éducatives en construction identitaire et qui en assurent la cohérence.

Ses interventions en construction identitaire doivent :

  • s’inscrire dans la francophonie contemporaine;
  • miser sur la créativité et l’innovation;
  • valoriser la diversité;
  • favoriser l’action concertée de la famille, de la communauté et de l’école;
  • développer un rapport positif à la langue française;
  • créer des liens au sein de la francophonie;
  • encourager la mobilisation;
  • viser des effets durables.

Clientèle[modifier | modifier le code]

Afin d’exercer son leadership, l’ACELF privilégie deux clientèles sur lesquelles elle cherche à avoir une incidence positive dans le but de favoriser la construction identitaire francophone des jeunes : les institutions éducatives francophones œuvrant de la petite enfance au postsecondaire ainsi que les intervenants en éducation francophone du primaire au secondaire.

Structure organisationnelle[modifier | modifier le code]

L’ACELF est constituée d’un réseau pancanadien de membres, d’un conseil d’administration, d’un conseil des gouverneurs, de divers comités d’orientation et d’une équipe d’employés.

Membres[modifier | modifier le code]

Les membres de l’ACELF sont des personnes ou des individus qui adhèrent à la mission de l’association et qui l’appuient par leur soutien financier. L'association comprend cinq catégories de membres : les membres individuels, les membres collectifs, les membres désignés, les membres honoraires et les membres gouverneurs.

Conseil d’administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d’administration assure la gestion de l’association. Il est formé de huit personnes : un président élu, quatre vice-présidents élus représentant quatre parties du territoire canadien (Atlantique, Québec, Ontario, Ouest et territoires) et trois administrateurs nommés par le conseil des gouverneurs. Le conseil d’administration a le pouvoir décisionnel sur l’ensemble des opérations, orientations et activités de l’association.

Conseil des gouverneurs[modifier | modifier le code]

Le conseil des gouverneurs exerce un rôle d’appui et de recommandation auprès du conseil d’administration. Un total de 35 personnes y siègent : les huit membres du conseil d’administration, 13 membres désignés par les ministères de l’Éducation des provinces et des territoires ainsi que 14 membres élus.

Comités d’orientation[modifier | modifier le code]

Les comités d’orientation orientent le développement et la mise en œuvre des programmes et des ressources de l'association en lien avec sa mission en construction identitaire. Ils sont formés de personnes-ressources expérimentées venant du milieu éducatif et de diverses régions du Canada, qui mettent leur savoir et leur expertise au service de l’association.

Employés[modifier | modifier le code]

L’ACELF possède une équipe de huit employés, qui ont la responsabilité de mener à terme les diverses activités de l’association. Le bureau des employés est localisé dans la ville de Québec.

Programmes et ressources[modifier | modifier le code]

Congrès pancanadien[modifier | modifier le code]

Le congrès est un lieu de concertation où tous les intervenants des milieux éducatifs francophones du Canada sont conviés pour faire le point sur les défis et les enjeux de l’heure en éducation de langue française.

Tenu en alternance en Atlantique, au Québec, en Ontario et dans l’Ouest, l’événement réunit des participants de toutes les régions du pays, de tous les ordres d'enseignement (du préscolaire à l'université) et de tous les types d'intervenants (enseignants, conseillers et commissaires scolaires, directeurs, parents, étudiants, personnel des ministères). Il a lieu chaque automne et se déroule sur une période de trois jours consécutifs.

Selon l’année et l’endroit, le congrès rassemble entre 300 et 850 personnes.

Stages de perfectionnement[modifier | modifier le code]

Le programme de Stages de perfectionnement consiste en une session de perfectionnement offerte aux professionnels de l’éducation qui travaillent en milieu francophone au Canada dans une autre province que le Québec. L’ACELF définit cette session comme un lieu de formation, d’échange et de réflexion centré sur la construction identitaire en milieu éducatif francophone.

Quatre stages sont offerts, soit un s’adressant aux intervenants de la petite enfance, un à ceux du primaire, un à ceux du secondaire, et un au personnel de direction d'école.

Les stages visent cinq principaux objectifs : explorer la mission particulière des services éducatifs francophones en contexte minoritaire, briser l’isolement en créant des réseaux de solidarité en francophonie, favoriser des pratiques pédagogiques spécifiques à l’éducation de langue française, développer un sentiment d’appartenance et d’engagement à l’égard de la francophonie canadienne, encourager la responsabilisation à l’égard de l’enseignement et de l’apprentissage dans l’école française.

L’approche préconisée vise à offrir aux participants une expérience formatrice globale, caractérisée par l’apprentissage de notions et de pédagogies d’actualité en éducation, la découverte de nouveaux outils, la création de liens et le ressourcement culturel.

La formation se déroule dans la ville de Québec au mois de juillet, sur une période de deux semaines. Elle est donnée principalement sous la forme d’ateliers animés par des personnes-ressources qualifiées venant de différentes régions du pays. Deux activités socioculturelles sont également rattachées au programme des stagiaires.

Chaque année, le programme accueille environ 60 participants.

Échanges francophones[modifier | modifier le code]

Le programme Échanges francophones consiste en des jumelages de classes de 6e, 7e, 8e et 9e année de différentes écoles de langue française du Canada (pour les classes du Québec, cela correspond à la 6e année du primaire et aux 1re, 2e et 3e du secondaire).

Le but du programme est d’engager les jeunes dans un processus de construction identitaire par des voyages-échanges dans une communauté francophone du Canada. En particulier, les échanges visent cinq objectifs : favoriser la découverte d’un milieu francophone différent, donner l’occasion à des élèves de valoriser leur langue et leur culture, favoriser la création de liens d’amitié durables, développer une compréhension mutuelle des réalités francophones canadiennes et engager les jeunes dans l’organisation d’activités éducatives, linguistiques et culturelles.

En moyenne, cinq jumelages sont réalisés chaque année, soit dix classes jumelées. Chacune des classes d’un jumelage effectue un séjour d’environ 10 jours dans la communauté de la classe avec laquelle elle est jumelée. Les voyages s’effectuent à l’hiver et au printemps.

Semaine nationale de la francophonie[modifier | modifier le code]

La Semaine nationale de la francophonie est un cadre festif que l’ACELF propose aux institutions éducatives de langue française comme occasion de célébration de la culture francophone. Elle vise à stimuler le développement d'une identité culturelle francophone dynamique et d'un fort sentiment d'appartenance à la francophonie chez les élèves, les intervenants et les gens des communautés locales. La Semaine nationale de la francophonie a été créée par l’ACELF en 1993.

Cet événement, inscrit sur une période de deux semaines au mois de mars dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie, s’articule autour d’un thème ou d’un slogan (renouvelé chaque année), ainsi que de concours et d’activités pédagogiques que l’ACELF propose aux écoles. Les concours permettent aux institutions éducatives de reconnaître des personnes qui se démarquent par leur engagement pour la francophonie. Les activités pédagogiques, rédigées chaque année en lien avec le thème de l’événement, sont offertes gratuitement aux enseignants de la petite enfance, du primaire et du secondaire, ainsi qu’aux intervenants en alphabétisation.

Stages en enseignement dans les communautés francophones[modifier | modifier le code]

Les Stages en enseignement dans les communautés francophones sont offerts aux étudiants d’universités québécoises inscrits à un programme de formation de premier cycle en enseignement. Les participants effectuent un stage de 6 à 10 semaines dans une école francophone située dans une autre province que le Québec.

Le programme est fondé sur l’établissement d’ententes entre l’ACELF, les universités du Québec et les conseils scolaires francophones d’autres provinces ou territoires du Canada. En fonction de ces ententes, chaque université partenaire est jumelée à un conseil scolaire. Les stages s’inscrivent dans le parcours de formation des étudiants et donnent accès à des crédits universitaires. Selon l’université fréquentée, les étudiants effectuent leur stage en 3e ou en 4e année de formation.

Ces stages ont pour objectif de permettre aux étudiants du Québec de se familiariser avec les particularités du contexte éducatif des communautés francophones du Canada, et éventuellement de s’ouvrir de nouveaux horizons professionnels. Du point de vue des communautés francophones, l’expérience vise à favoriser un échange dynamique entre le stagiaire, l’enseignant associé, les membres de l’école et les membres de la région d’accueil, donnant lieu à des retombées positives dans le milieu scolaire et communautaire. Enfin, devant une relève enseignante qui se fait parfois rare, les stages sont aussi une occasion pour les conseils scolaires des communautés francophones de connaître de futurs enseignants qui seront qualifiés pour travailler dans ces milieux.

Outils d’intervention[modifier | modifier le code]

L’ACELF produit et diffuse des outils destinés à appuyer les intervenants en éducation dans les différents aspects de leur rôle et de leur mission en construction identitaire francophone.

La production de ces outils découle des objectifs que s’est donnés l’association à la suite de la publication en 2006 de son Cadre d’orientation en construction identitaire[1], lequel a donné à sa mission un nouvel élan en l’axant dorénavant de façon plus précise sur la construction identitaire.

Ces outils prennent la forme de trousses ou de guides, offerts en format imprimé à moindre coût ou téléchargeables gratuitement sur Internet.

Banque d’activités pédagogiques[modifier | modifier le code]

La Banque d’activités pédagogiques[2] est un répertoire Internet spécialisé en construction identitaire francophone, à l’intention des enseignants de la petite enfance, du primaire, du secondaire, ainsi que du secteur de l’alphabétisation. Elle contient une multitude d'activités pédagogiques en lien avec différents thèmes, qui ont pour but d’amener les élèves à réfléchir sur leur identité personnelle et culturelle tout en développant leur sens de la communication, de l’engagement et du leadership.

En mars 2008, la BAP a été décorée du prix des Mérites du français dans les technologies de l’information par l’Office québécois de la langue française.

Revue Éducation et francophonie[modifier | modifier le code]

L’ACELF est l’organisme éditeur d’une revue scientifique arbitrée intitulée Éducation et francophonie.

Éducation et francophonie présente des résultats de recherche inédits sur l’éducation en langue maternelle française. Les thèmes qu’elle aborde touchent tous les ordres d’enseignement et font appel à la contribution de différents chercheurs à travers la francophonie internationale. Ses lecteurs sont principalement des chercheurs, professeurs, enseignants et étudiants du domaine de l’éducation et de domaines connexes tels que la psychologie et les sciences sociales.

La revue est publiée deux fois par année sur Internet, où elle est accessible intégralement et gratuitement en format PDF. Elle est aussi vendue imprimée sur demande.

Partenariats nationaux et provinciaux[modifier | modifier le code]

L’ACELF travaille régulièrement en partenariat avec plusieurs organismes canadiens nationaux et provinciaux en éducation, que ce soit pour l’organisation de ses programmes, pour la production de ses ressources ou par sa participation à des projets à l’échelle pancanadienne. Selon les projets et les ententes, ces organismes appuient l’ACELF dans son action par leur soutien financier ou professionnel, ou encore ils s’impliquent directement avec l’ACELF dans un projet réalisé en collaboration.

Parmi les principaux partenaires nationaux, on trouve la Fédération canadienne des directions d’école francophone, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, la Fédération culturelle canadienne-française, la Fédération de la jeunesse canadienne-française, la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, la Fédération nationale des conseils scolaires francophones et la Commission nationale des parents francophones. Quant aux partenaires provinciaux, ils regroupent essentiellement, eux aussi, des fédérations et associations d’enseignants et de conseils ou commissions scolaires.

Un des principaux soutiens que reçoit l’ACELF provient des gouvernements fédéral et provinciaux du Canada, qui l’appuient financièrement dans son fonctionnement de base et dans la réalisation de plusieurs de ses activités. Les principales sources de ce financement public sont le ministère du Patrimoine canadien, les ministères de l’Éducation de toutes les provinces et de tous les territoires du pays, ainsi que le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du gouvernement du Québec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadre d’orientation en construction identitaire, ACELF, 2006 (ISBN 978-2-920095-78-6) (ISBN 2-920095-78-1). [lire en ligne]
  2. http://www.acelf.ca/c/bap

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]