Assemblage (art)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assemblage.

L'assemblage est un procédé artistique qui consiste à assembler divers objets découverts par l'artiste et mis en scène par celui-ci dans le cadre d'une composition en trois dimensions.

Picasso réalise ses premiers assemblages avec la série des "guitares" en 1912 ; tandis que Marcel Duchamp invente le « ready-made » ("Roue de bicyclette", 1913). Puis les dadaistes créent des assemblages à partir de 1914, avec Jean Arp et ses "reliefs" (Der Hirsch, 1914 ; Trousse d'un Da, 1920-21, constituée de bois flottés récupérés, MNAM, Paris) et en 1919 Marcel Janco avec ses "masques" du Cabaret Voltaire ou Kurt Schwitters. Le russe Vladimir Tatline, créé également des reliefs picturaux" et contre-reliefs" dès 1914 et Jean Pougny des Compositions en 1915. La première femme à travailler sur les assemblages fut Elsa von Freytag-Loringhoven, la baronne du Dada, suivie de Louise Nevelson qui commença à créer ses sculptures à partir de pièces de bois récupérés vers la fin des années 1930. Les surréalistes, tels que Man Ray, Max Ernst, Victor Brauner ou Joseph Cornell pratiquèrent aussi l'assemblage.

Simon Hantaï introduit à partir de 1952 des ossements (arrêtes de poisson, crâne) sur ses toiles ; tandis que Jean Dubuffet a commencé à créer des assemblages à partir d'août 1953 et les mois suivants[1], puis de nouveau en février 1955 et les mois suivants[2], en utilisant des éléments végétaux (écorce) et également animaux (ailes de papillons) dénommés assemblages d'empreintes, où cette expression est pour la première fois employée dans ce sens.

Du 2 octobre au 12 novembre 1961, l'exposition "The Art of Assemblage" (l'art de l'assemblage), organisée par William Seitz avec la collaboration active de Pierre Restany, se tient au MoMA à New York. On y trouve le travail de plus de cent cinquante artistes[3], originaires d'Europe, depuis le début du XXe siècle, comme Braque, Dubuffet, Marcel Duchamp, Picasso, Kurt Schwitters ou plus récents comme Daniel Spoerri, Wolf Vostell et Joseph Beuys, mais aussi américains comme Man Ray, Joseph Cornell et Robert Rauschenberg avec ses "combines", en incluant aussi des artistes "assembleurs" moins connus de la côte Ouest, comme Edward Kienholz, George Herms et Bruce Conner. William C Seitz, le commissaire de l'exposition, décrit les assemblages comme étant réalisés à partir des matériaux naturels ou manufacturés, des objets, entiers ou non, qu'on ne pourrait considérer comme des matériaux d'art[4].

Niki de Saint Phalle, qui participe également à cette exposition, expose en particulier le tableau Tu est moi (sic), technique mixte, composée de rasoirs, d'un marteau, de ciseaux, d'un pistolet, 1960[3], que Seitz choisit pour sa collection personnelle[5]. Une exposition intitulée En joue! Assemblages & Tirs (1958-1964) réunit les assemblages de Saint Phalle en 2013 à la Galerie Vallois à Paris[6]. Le catalogue rédigé par Catherine Francblin porte le même titre [7]

Artistes ayant créé des assemblages[modifier | modifier le code]

  • Louise Nevelson (1899 - 1988), une artiste américaine, connue pour ses boites expressionnistes abstraites reliées pour former une nouvelle création. Elle utilise des objets trouvés ou des objets délaissés de la vie de tous les jours dans ses assemblages[8]
  • Joseph Cornell (1903 - 1972), qui a vécu à New York, est connu pour ces boites délicates, fermées par une vitre, dans lesquelles il collectionnait des objets, des images de peintures de la renaissance et vieilles photographies. Beaucoup de ces boites, comme les fameuses boites "Medici Slot Machine", sont interactives et nécessitent d'être portées[9].
  • John Chamberlain (1927) est un artiste de Chicago, connu pour ses sculptures d'épaves soudées de voitures.
  • Wolf Vostell (1932-1998) est célèbre pour son assemblage avec télévision. La Chambre noire[10]
  • Betye Saar (1926) est une artiste de Los Angeles qui est célèbre pour son assemblage autour de Tante Jemima.
  • Bernard Pras, artiste charentais (France), qui est célèbre pour notamment pour son portrait  : Albert Einstein tirant la langue.
  • Armand Avril 1926, artiste lyonnais. Il est connu pour ses assemblages avec des bouchons de champagne découpés installés dans des Casses, ou mêlés à des épingles à linge pour former des compositions souvent intitulées La Mer à Cassis[11]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Picon Dubuffet Mathey 1961, p. 146
  2. Picon Dubuffet Mathey 1961, p. 173
  3. a et b Camille Morineau et al 2014, p. 257.
  4. William C. Seitz, The Art of Assemblage, Doubleday (1962)
  5. Émilie Bouvard conservatrice du Musée Picasso à Paris dans Camille Morineau et al 2014, p. 55.
  6. quelques exemples d'assemblages
  7. Catherine Francblin, Michelle Grabner, Norber Nobis et Jacques Villeglé, En joue ! Assemblages et tirs 1958-1964, Paris, Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, Fondation Ahlers Pro Arte,‎ 2013 (ISBN 978-2-954-28711-9)
  8. Biographical Note, The Louise Nevelson Papers, Archives of American Art, Smithsonian Institution.
  9. Deborah Solomon, Utopia Parkway: The Life and Work of Joseph Cornell, New York: Farrar, Straus & Giroux (1997).
  10. Wolf Vostell, La Chambre noire, 1958
  11. au musée des beaux arts de Lyon