Assem Qanso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Assem Qanso

Assem Qanso (né à Baalbek en 1937) est un homme politique libanais de confession musulmane, chef du parti Baas au Liban.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a effectué des études d'ingénieur en Yougoslavie (1963, mines et géologie) puis en Roumanie (pétrole et géologie).

Assem Qanso est marié et père de 5 enfants. Il ne doit pas être confondu avec Ali Qanso, chef du Parti social nationaliste syrien (PSNS).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il rejoint le Baas libanais en 1953. Durant la guerre du Liban, la branche libanaise du parti est divisé en deux groupes hostiles : le Baas syrien et le Baas irakien. Qanso est résolument baasiste syrien. Il est réputé pour la brutalité de ses discours. Il a publiquement menacé Walid Joumblatt de mort le 6 novembre 2000, en plein séance parlementaire : « Vous avez dépassé toutes les limites. La guerre d'Israël arrive et les agents cachés ne seront pas protégés des fusils de la résistance. » Il a publiquement supporté la prolongation du mandat d'Émile Lahoud (11 juin 2004) avant même que la Syrie ne fasse connaître sa décision. Qanso était un opposant farouche à la révolution du cèdre. Il ne sera pas réélu au parlement libanais en 2005. Le 2 février 2005, il qualifie Walid Joumblatt « d'espion » en raison du support de celui-ci pour la Résolution 1559 (2004) du Conseil de sécurité des Nations unies : « vous serez crucifié sur la décharge de l'histoire, comme symbole de votre ingratitude et de vos coups de poignards dans le dos » et « vous n'êtes pas hors d'atteinte de nos militants ».