Assaut sur Cadix (1797)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Assaut sur Cadix
Informations générales
Date juin 1797
Lieu Côte de Cadix, Espagne
Issue Victoire espagnole[1],[2]
  • Assaut britannique repoussé[1]
  • Échec du bombardement de la ville[1]
  • Pertes économiques pour les deux camps[3],[4],[2]
Belligérants
Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Commandants
Horatio Nelson
John Jervis
José de Mazarredo
Federico Gravina
Pertes
Trois bâtiments coulés[5]
Échec de l'assaut du HMS Victory[5]
Guerres de la Révolution
Coordonnées 36° 31′ 00″ N 6° 16′ 00″ O / 36.516667, -6.26666736° 31′ 00″ Nord 6° 16′ 00″ Ouest / 36.516667, -6.266667  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Assaut sur Cadix (1797).

L'Assaut sur Cadiz est un épisode du blocus maritime du port espagnol de Cadix par la Royal Navy, qui comprend le siège et le bombardement de la ville ainsi qu'un assaut amphibie sur le port entre juin et juillet 1797. Après la bataille du cap Saint-Vincent la flotte britannique conduite par Lord St Vincent et Sir Horatio Nelson apparait dans le Golfe de Cadix. Pendant les premiers jours de juin la ville est bombardée, ne causant que des dégâts limités aux batteries, à la flotte et à la ville espagnole. L'objectif de Nelson est de forcer le général espagnol José Mazarredo à quitter le port avec la flotte espagnole. Mazarredo prépare une réponse intelligente et les Espagnols commencent à construire des canonnières de des petits bâtiments pour protéger l'entrée du port des attaques britannique. Dans les premiers jours de juillet, après une séries d'attaques avortées menées par le Rear-Admiral Nelson, et les vaisseaux Britanniques essuyant un feu soutenu des forts et batteries espagnoles, les Britanniques se retirent et le siège est levé[2]. Le blocus naval, cependant, dure jusqu'en 1802.

« The Blockade of Cadiz has been and is the completist thing in Naval History[6]. »

— Admiral Sir John Jervis à Evan Nepean, 21 mai 1797

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gardiner 2001, p. 135
  2. a, b et c San Juan 2005, p. 96
  3. O'Flanagan 2008, p. 112
  4. Fisher 1997, p. 202
  5. a et b Fernández Duro1902, p. 143
  6. (en) Roger Knight, The Pursuit of Victory : The Life and Achievement of Horatio Nelson, New York, USA, Basic Books,‎ 2005 (ISBN 978-0-465-03764-3)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Gardiner, Fleet Battle and Blockade, The French Revolutionary Wars,‎ 2001 (ISBN 1-84067-363-X)
  • (en) R.J.B. Knight, The Pursuit of Victory: The Life and Achievement of Horatio Nelson, New York, Basic Books,‎ 2005 (ISBN 978-0-465-03764-3)
  • (es) Víctor San Juan, Trafalgar: Tres armadas en combate, Silex Ediciones,‎ 2005 (ISBN 8477371210)
  • (en) Matthew Barker Henry, The life of Nelson revised and illustrated, by the Old Sailor, Londres, General Books,‎ 1836 (ISBN 1458926230)
  • (es) Cesáreo Fernández Duro, Armada española desde la unión de los reinos de Castilla y de León, vol. VI, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra,‎ 1902
  • (en) Patrick O'Flanagan, Port cities of Atlantic Iberia, c. 1500-1900, Aldershot, Ashgate Publishing, Ltd,‎ 2008 (ISBN 9780754661092)
  • (en) Edward Pelham Brenton, The naval History of Great Britain, from the Year MDCCLXXXIII to MDCCCXXXVI, vol. II, Londres,‎ 1837
  • (en) John Robert Fisher, The economic aspects of Spanish imperialism in America, 1492-1810, Liverpool, Liverpool University Press,‎ 1997 (ISBN 085323552X)